Actu de l'ile Maurice
Actualités

Production d’énergie solaire : Maurice bénéficie d’un prêt de Rs 350 millions

Production d’énergie solaire : Maurice bénéficie d’un prêt de Rs 350 millions

Maurice a bénéficié d’un prêt d’environ Rs 350 millions (USD 10 millions) du Fonds d’Abou Dhabi pour le développement (ADFD), l’entité nationale pour l’aide au développement, et de l’Agence internationale de l’énergie renouvelable (IRENA) dans le cadre de la mise en place de projets photovoltaïque solaire.

Ce projet s’inscrit dans le cadre de la vision du gouvernement d’éradiquer la pauvreté à Maurice tout en réalisant ses objectifs au niveau des énergies renouvelables. Le prêt permettra au Central Electricity Board d’installer des panneaux solaires sur les toits de 10 000 maisons. Il est estimé qu’environ 35 000 habitants au bas de l’échelle réaliseront des économies sur leur facture d’électricité. Le projet aidera aussi le pays à produire 10 mégawatts d’énergie verte réalisant ainsi des économies de l’ordre de USD 35 millions par rapport aux importations de carburants et d’améliorer la sécurité énergétique du pays.

Cette annonce a été faite le 13 janvier 2018 lors de la 8e séance de l’Assemblée de l’IRENA qui s’est tenue à Abou Dhabi aux Emirats Arabes Unis.  Outre Maurice, le Rwanda a bénéficié d’un prêt de 15 millions USD de l’ADFD pour financer l’installation de 500 000 systèmes photovoltaïques solaires hors réseau à travers le pays, fournissant de l’électricité propre pour l’éclairage, la téléphonie mobile et la recharge radio.

Le projet, qui forme une partie importante de la stratégie du gouvernement pour l’électrification rurale, est l’un des systèmes de paiement les plus abordables en Afrique. Il utilise une plateforme de paiement mobile flexible, essentielle dans les zones mal desservies par les infrastructures bancaires et de transport. Ce projet permettra à environ 2,5 millions de personnes dans les communautés rurales à bénéficier d’un meilleur accès à l’électricité et plus de 2 000 emplois locaux seront créés.

ADFD/IRENA : Assistance aux pays en développement sous forme de prêts

Selon M. Adnan Z. Amin, Directeur général de l’IRENA, pour les pays en développement, l’énergie renouvelable comprend plusieurs avantages. Elle représente un moyen économique de fournir de l’électricité aux familles, stimule la croissance économique et soutient l’indépendance et la sécurité énergétique.

De nombreux pays en développement ont du mal à accéder au financement de l’investissement dans les énergies renouvelables. Nous sommes ravis que notre partenariat continu avec l’ADFD fournira une source de financement stable et peu coûteuse pour aider Maurice et le Rwanda à atteindre un avenir énergétique durable’, a-t-il souligné.

Quant à M. Saif Al Suwaidi, Directeur Général de l’ADFD, il a déclaré que leur collaboration avec l’IRENA énonce le principe fondamental de l’ADFD de soutenir le progrès économique et social durable dans les pays en développement en finançant des projets de développement au service des secteurs économiques vitaux.

Il a fait ressortir que l’ADFD donne la priorité aux énergies renouvelables en tant que catalyseur d’un développement économique et social inclusif. ‘A l’ADFD, nous croyons que grâce à la promotion des projets d’énergies durables dans les pays ayant un immense potentiel d’énergie propre, nous pouvons contribuer à la prospérité économique à long terme de ces communautés à travers le monde. Nous sommes convaincus que les derniers projets sélectionnés pour un financement à Maurice et au Rwanda apporteront des avantages considérables aux économies des communautés locales’, a-t-il déclaré.

En effet, ces projets ont le potentiel de transformer considérablement la vie de plus de 2,5 millions de personnes et de réduire la pauvreté en apportant une énergie abordable aux communautés à faible revenu. L’énergie renouvelable peut avoir un impact positif sur le développement durable en termes d’amélioration des résultats en matière de santé et d’éducation, de meilleures conditions de vie et de travail et d’une réduction de la pollution de l’air.

Les prêts couvrent jusqu’à 50% des coûts du projet, mobilisant des fonds supplémentaires provenant d’autres sources. Depuis 2014, l’ADFD a alloué 214 millions de dollars à 21 projets, attirant plus de 420 millions de dollars de cofinancement supplémentaire de la part des gouvernements et des fonds de développement.