Actu de l'ile Maurice
Faits Divers

Fausses coupures  de Rs 2000 : cinq suspects traduits en cour

Fausses coupures  de Rs 2000 : cinq suspects traduits en cour

Il  a fallu moins de 24 heures pour que les limiers de la Criminal Investigation Division (CID) de Moka, démantèlent le réseau impliqué dans la fabrication de fausses coupures de Rs 2000. Cinq suspects  interpelés, hier, lundi 12 février, ont été présentés devant le Bail and Remand Court (BRC), ce mardi 13 février.

C’est une plainte déposée au poste de police de Saint-Pierre par un commerçant, qui a permis aux hommes de l’inspecteur Cowlessur de découvrir qu’un réseau de faussaires opérait dans le nord du pays

Le commerçant a relaté dans sa déposition, qu’un individu s’était présenté dans son magasin dans la matinée de lundi. Ce dernier lui a remis une coupure de Rs 2000. En vérifiant le billet de banque à l’aide de son appareil, il était convaincu qu’il s’agissait d’un vrai. En revanche, lorsqu’il a vérifié l’autre face du billet, il devait constater  que l’hologramme du Dodo n’était pas affiché. Il n’y a pas l’ombre d’un doute. Il s’agissait d’une fausse coupure.

Le commerçant a aussitôt alerté la police. Des policiers dépêchés quelques minutes sur place, ont interpelé le suspect, qui était toujours sur place. Sous le feu roulant de questions des limiers, il devait balancer le nom de son complice.

Une opération a été montée dans différentes régions, soit à Bois Marchand, Camp Chapelon et Pailles. C’est ce qui a permis aux enquêteurs de procéder à l’arrestation de quatre autres suspects. Ces derniers  ont nié toute participation  dans cette affaire.

L’enquête est menée par le sergent Raymond et les constables  Armoogum, Govindasamy, Rajiah et Sahir-Mohamed sous la supervision de l’inspecteur Vishal Cowlessur. Les suspects ont été  traduits en cour, ce  mardi 13 février en début-d’après midi. Ils répondent tous d’une accusation  provisoire de « counterfeit bank notes». La police ayant objecté à leur remise en liberté conditionnelle, ils ont été reconduits en cellule policière. D’autres arrestations sont à prévoir.