Actu de l'ile Maurice
Monde

Des arnaqueurs en France qui offre des billets d’Air France à travers whatsapp

Des arnaqueurs en France qui offre des billets d’Air France à travers whatsapp

 

Depuis plusieurs jours, circule sur WhatsApp et Facebook un lien proposant aux internautes une offre permettant de gagner deux billets d’avion. La promotion semble venir du site d’Air France, mais elle est en fait une escroquerie sournoise, pour laquelle il fallait avoir l’œil.

Sur WhatsApp, application de messagerie instantanée utilisée sur téléphone portable et qui exige près de 1,3 milliard d’utilisateurs, le message ci-dessous a commencé à circuler depuis le début du mois de février. L’offre apparaît comme provenant du site d’Air France et renvoie sur un questionnaire proposant de gagner deux billets d’une valeur de 500 euros à l’occasion du 85e anniversaire de la compagnie française. Tout semble exact : le site airfrance.com dans l’URL, et Air France fête bien cette année ses 85 ans – la compagnie a été créée en 1933. Mais une fois sur le site, les billets sont proposés via la compagnie Ryan Air, ce qui met en évidence les doutes sur le sérieux de l’offre.

Surtout, un indice dans l’adresse URL du site elle-même était visible : un petit point, en dessous du deuxième “A” d’Air-France, qui apparaît comme ceci : ạ. Ce symbole est en fait ce qu’on appelle en informatique un “caractère UTF8”.Ici, cette lettre est utilisée dans l’alphabet vietnamien ou encore maltais. Ce type d’arnaque s’appelle le typosquatting. C’est-à-dire le fait d’utiliser une lettre graphiquement proche d’une autre pour faire croire qu’on se trouve sur un site officiel.

La “promesse” de billets gratuits utilisant une adresse n’est pas une première : en août 2017, le même genre de messages frauduleux avait circulé et même à Maurice cela est récurrent. L’objectif de ce type d’escroquerie est, à minima, de pousser l’internaute à s’inscrire sur des lettres d’informations marketing qui vont rapporté à leur créateur de l’argent à chaque souscription d’un nouvel utilisateur, mais sans que l’internaute s’en rende compte. Ces données personnelles une fois dedans les données peuvent être utilisées pour être revendues à des publicitaires, ou plus grave, soutirer de l’argent grâce aux coordonnées bancaires rentrées dans le questionnaire.

Soyez donc sur le qui-vive lorsque vous voyez un tel lien : vérifiez de près l’alphabet utilisé et les caractères spéciaux.