Actu de l'ile Maurice
Monde

Brexit : Le Royaume-Uni demande à l’union Européenne de collaborer

Brexit : Le Royaume-Uni demande à l'union Européenne de collaborer

Brexit : Le Royaume-Uni demande à l’union Européenne de collaborer

Le ministre du Brexit, David Davis, a déclaré mardi que la Grande-Bretagne et l’Union européenne pourraient conclure un accord pour accéder au marché unique. Il a nié que le Royaume utilise le Brexit pour réduire les réglementations économiques.

Dans son dernier discours, Davis a déclaré aux chefs des entreprises autrichiennes que les craintes de voir la Grande-Bretagne plonger dans un « monde style Mad Max » ne sont pas fondées.

À la place, le ministre a proposé un mécanisme où les deux parties sont en accord sur les réglementations. À titre d’exemple, la protection des consommateurs et la stabilité financière. Ainsi les deux partis poursuivront leurs politiques et pourront atteindre leurs propres objectifs.

“Ce sera un accord crucial pour assurer que notre futur partenariat économique soit ainsi ouvert, et que le commerce reste aussi fluide que possible”, a déclaré Davis.

La Grande-Bretagne a pour but de maintenir des liens économiques étroits avec l’UE à son départ du bloc commercial en mars l’année prochaine et de conclure librement de nouveaux accords commerciaux au niveau mondial.

Davis visite les capitales européennes et tente de persuader les dirigeants de l’UE à conclure un nouvel accord sur le commerce. Par conséquent, les dirigeants de l’UE ont averti que la Grande-Bretagne ne pouvait pas être libre de ses agissements dans la réglementation de l’UE et du commerce sans que friction soit causée.

Davis a déclaré que la Grande-Bretagne voulait travailler avec l’UE pour créer les normes les plus strictes à l’échelle mondiale. Il a aussi cité que les droits des travailleurs et la réglementation financière font partie des domaines où il faut améliorer.

Ses commentaires sont destinés à apaiser les inquiétudes des politiciens de l’Europe et de l’idée que la Grande-Bretagne pourrait réduire les impôts et alléger la réglementation pour attirer les entreprises mondiales.