Actu de l'ile Maurice
Actualités

Dépénalisation du cannabis : « Pourquoi politiser ce sujet ? »

Drogue : 153 plants de cannabis déracinés dans un champ de canne

Dépénalisation du cannabis : « Pourquoi politiser ce sujet ? »

Ally Lazer se demande pourquoi il faut politiser la dépénalisation du gandia. Ce sujet est revenu sur le tapis sur l’échiquier politique. Arvin Boolell, candidat élu de la circonscription No 18, Belle-Rose/Quatre-Bornes, a, lors d’un forum débat, affirmé qu’il faut régulariser le cannabis pour des traitements thérapeutiques. Roshi Bhadain, leader du Reform Party, a, lors d’une conférence de presse, souligné qu’une dépénalisation du cannabis causerait une prolifération de la drogue synthétique.

« Mo against legalizasyon, » lance Ally Lazer. Il précise ici qu’il n’utilise pas le mot « dépénalisation » mais plutôt « légalisation. » Il réitère que la place d’un fumeur de gandia ou d’un toxicomane n’est pas en prison mais qu’il lui faut tout simplement un traitement. Ally Lazer explique par ailleurs que, même l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) définit les toxicomanes comme des « malades. » Il est d’avis que c’est plutôt les planteurs de cannabis ou les trafiquants qui méritent la prison et non les consommateurs.

Le Président de l’Association des Travailleurs Sociaux de Maurice (ATSM), tout comme l’OMS,  soutient que toutes les institutions ont démontré que le cannabis est une drogue. Il cite ici l’alcool qui contient de l’éthanol et la cigarette qui contient plus de 4 000 substances dangereuses, la plus nocive étant la nicotine. Il explique que l’élément le plus dangereux dans le cannabis reste le Tetrahydrocannabinol soit le (THC). Il fait savoir que cette substance « aime la graisse. » Quand une personne fume du gandia, cela va directement au cerveau, soit l’endroit où il y a plus de graisse, poursuit Ally Lazer.

Le travailleur social regrette que certaines personnes « politisent ce sujet » en réclamant une régularisation du cannabis « aux fins thérapeutiques. » Il soutient qu’il y a certes, ceux en phase terminale de cancer à qui est prescrit du cannabis, pour attenuer la douleur. Cependant, il fait savoir que lorsqu’on parle de besoins médicinaux, ce n’est pas le même cannabis qui est utilisé. « Se pa sa gandia ki roul dan ti papie la sa, » lance-t-il.

D’autre part, le cannabis pour le traitement  médical est encore à la phase de recherche, nous explique-t-il. « Ceux qui demandent de dépénaliser, est-ce qu’un fumeur de cannabis le fait à cause du cancer où pour une euphorie. »

De plus, il fait référence à plusieurs arguments qui expliquent que Maurice doit légaliser le cannabis, car, les autres pays l’ont fait. « Eski nu bizin copie imoralite ki lezot pei in fer ? » se demande-t-il.

Ally Lazer dénonce par ailleurs les prétextes au sujet du ravage causé par des drogues synthétiques. Beaucoup sont d’avis qu’il faut légaliser le cannabis pour contrer la drogue de synthèse. « Depi 15-20 an pe milite pu legaliz gandia. » Selon le Président du ATSM, ces personnes n’ont recours qu’à des prétextes à cause de la drogue synthétique. « On ne peut faire le choix entre la peste et le choléra. » Il faut que les gens comprennent que les deux sont néfastes.

Par ailleurs, Ally Lazer fait savoir que la totalité de fumeurs de gandia n’accepteront pas que leurs enfants consomment du gandia.

Il se pose la question : « Eski seki pa bon pou to zanfan, li bon pu twa ou zanfan lezot ? »