Connect with us

india

India – China soothing relationship : Dalai Lama’s thanks to India rally cancelled

Published

on

India- China soothing relationship: Dalai Lama’s thanks to India rally cancelled

India – China soothing relationship : Dalai Lama’s thanks to India rally cancelled

Since 1959, the Tibetan spiritual leader lives in Dharamsala, where his supporters run a small government in exile while campaigning peacefully for Tibet’s autonomy. Earlier this month, India had banned the rally celebrations marking the 60th anniversary of the start of the failed uprising against Chinese rule. This decision from the Indian government had been interpreted as a cold shoulder towards the Dalai Lama.

The Dalai Lama and followers face new tensions as India eases diplomatic relationship with China. This Thursday, Foreign Ministry Spokesman Lu Kang, declared that India and China are marking a new era in the Sino-Indo diplomatic relationship. Both parties have settled the post-Dokalam issues and have decided to start anew.

However, this relationship lies upon specific conditions. For instance, Lu Kang had addressed China’s interest in the cancellation of Dalai Lama’s events in India. This step threatens the Dalai Lama and his followers, who had been sheltered in India since a Chinese crackdown on Tibetans 60 years ago.

Since 2017, India and China had faced huge tensions concerning the Dokolam issue, lashing each other over the disputed Sikkim sector. As a consequence, this confrontation between the two giant Asian blocks, had severely undermined security, development and trade expansion.

Narendra Modi has now decided to reverse the situation and to scratch China’s back. In the hope that siding by China over the Dalai Lama concerns will enable a better co-operation, Modi’s government has expressed his willingness to set 2017 events behind and avoid disputes.

 

Advertisement
Click to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.

india

Inde – Judiciaire : Après le mariage, l’homme ou la femme a le droit de dire non à une relation sexuelle

Published

on

Inde - Judiciaire : Après le mariage, l’homme ou la femme a le droit de dire non à une relation sexuelle

Inde – Judiciaire : Après le mariage, l’homme ou la femme a le droit de dire non à une relation sexuelle

La position finale de la Cour sera très suivie, mais déjà elle annonce la couleur. “Marriage does not mean that a woman is always consenting for physical relations with her husband”. La Haute Cour de Delhi a fait cette observation dans une affaire où deux parties s’opposaient. L’une voulait que le viol conjugal devienne une infraction et l’autre était totalement opposée et cherchait à ce qu’il y a une violence physique pour qu’on traite l’affaire comme un cas de viol.

La Chef juge de la Cour de Delhi, Gita Mittal et son adjoint, Hari Shankar, ont été directs. Pour eux, après le mariage, l’homme ou la femme a le droit de dire non à une relation physique. “Le mariage ne signifie pas que la femme doit être de tout temps prête et consentante. L’homme aura à venir prouver qu’elle l’est en Cour”, a déclaré la chef juge.

Cette dernière était contre la demande de la Men Welfare Trust, une ONG. Cette dernière était contre l’idée que le viol conjugal devienne un délit.

It is incorrect to say that force is necessary for rape. It is not necessary to look for injuries in a rape. Today the definition of rape is completely different” a déclaré la Cour.

Plusieurs ONGs de la grande péninsule sont contre et leurs avocats pourront faire entendre leurs voix le 8 août.

Continue Reading

india

Inde : Six personnes droguent et violent une Russe à Chennai

Rachel

Published

on

By

Inde : Six personnes droguent et violent une Russe à Chennai

Inde : Six personnes droguent et violent une Russe à Chennai

Une jeune femme de 21 ans, a été droguée puis transportée dans un appartement dans une ville de pèlerinage de Tiruvannamalai à Chennai où elle aurait été violée par six personnes. Ces suspects ont été interrogés par les autorités mardi après que l’un d’eux ait transporté la victime inconsciente à l’hôpital, lundi. Le médecin a alerté les autorités qui ont procédé à l’interrogatoire des suspects.

Selon le rapport médical, la jeune femme avait des morsures sur le visage, les mains et des égratignures sur le haut du corps. Le suspect qui l’a transportée à l’hôpital, a, dans sa version des faits, clamé que dans la nuit de samedi 14 juillet, la victime l’avait invité chez elle et celle-ci était consentante pour avoir des relations sexuelles avec lui.  Toutefois le lundi suivant, alors qu’il rapportait des fruits et légumes qu’il avait achetés pour la jeune Russe, il l’a trouvée inconsciente dans son appartement et a décidé de la transporter à l’hôpital.

Continue Reading

india

Inde : 22 hommes, dont des gardes de sécurité, violent une fillette de 12 ans

Herve Runga

Published

on

Inde : 22 hommes, dont des gardes de sécurité, violent une fillette de 12 ans

Inde : 22 hommes, dont des gardes de sécurité, violent une fillette de 12 ans

18 personnes ont été arrêtées à Chennai, Inde. Ces gens figurent parmi les 22 hommes, dont des gardes de sécurité, accusés d’avoir violé sur une durée de sept mois, une fillette de 12 ans qui souffrait des troubles d’audition.

Des gardes de sécurité, des plombiers et d’autres employés du complexe Purasawalkam, auraient agressé sexuellement la fille sur une durée de 7 mois, selon la police indienne. Ce crime horrible a secoué l’Inde et la police tente maintenant de retracer les autres coupables.

L’affaire a été rapportée samedi. Selon la presse indienne, ils auraient drogué la fille avant de commettre leur acte. Ils ont pris des vidéos et des photos d’elles avant de menacer de les rendre public. Ce n’est que samedi que la fille a alerté sa soeur ainée, qui est retournée à la maison, après des cours à Delhi.
Cette dernière a immédiatement alerté ses parents et l’affaire a été rapporté à la police.
Parmi les accusés, un homme de 60 ans, employé du flat qui comprend 300 complexe. Il a été le premier à violer la fille avant d’inviter d’autres employés à en faire de même. Les noms et l’âges des accusés ont été communiqués. Ils ont entre 23 à 60 ans.

 

Continue Reading

Trending