Actu de l'ile Maurice
Regional

Réseaux sociaux : les Sud Africains contre-attaquent la décision de L’EFF

Réseaux sociaux : les Sud Africains contre-attaquent la décision de L’EFF

Les Sud-Africains utilisent les médias sociaux pour remettre en question la décision du parti de l’opposition, le parti de la liberté économique (EFF), de s’opposer au projet de loi sur le financement des partis politiques qui obligerait les partis à déclarer leurs sources de revenus.

L’EFF dirigé par Julius Malema a par le passé été très critique envers le parti au pouvoir African National Congress et son ancien président Jacob Zuma, accusant le président de diriger le gouvernement pour les caprices des agents étrangers qui l’ont financé.

EFF a tweeté que leur raison d’opposer ce projet de loi est parce qu’une disposition rend illégal pour une personne ou une entité de faire un don à un membre d’un parti politique autre qu’à des fins politiques.

Un autre parti d’opposition, l’Alliance Démocratique (DA) a également soulevé ses préoccupations au sujet du projet de loi, clamant qu’il ne couvre pas un certain nombre d’échappatoires sur la corruption de politiciens et de partis politiques.

Le DA a cependant finalement soutenu le projet de loi.

Les Sud-Africains qui ont répondu à l’EFF sur tweeter se sont demandés pourquoi le parti s’opposait aux appels à la transparence alors qu’il les a pourtant défendu autre fois.

Une fois le projet de loi adopté, il instaurera un régime strict régissant le financement privé des partis politiques au Parlement et dans les assemblées législatives provinciales, ce qui assurera une plus grande transparence. Il prévoit un fonds qui sera géré par la Commission électorale indépendante.