Actu de l'ile Maurice
Regional

Un marquage de rhinocéros débute au Kenya

Un marquage de rhinocéros débute au Kenya

Le Kenya a commencé à marquer les rhinocéros jeudi et vise à identifier 22 d’entre eux en deux semaines au coût de 600 000 $, ont indiqué des hauts fonctionnaires du gouvernement, dans le cadre des efforts visant à conserver leur nombre décroissant.

Le projet intervient quelques semaines après la mort du dernier rhinocéros blanc du Nord au Kenya, laissant seulement deux femelles de ce type en vie dans le monde. Les scientifiques espèrent toujours sauver la sous-espèce de l’extinction en utilisant la fécondation in vitro.

Le Kenya avait 20 000 rhinocéros dans les années 1970, tombant à 400 dans les années 1990. Il a maintenant 650, presque tous des rhinocéros noirs. Le Kenya Wildlife Service et le ministère du Tourisme ont commencé à marquer les rhinocéros dans le parc national de Meru, dont la superficie est passée de 45 km carrés à 83 km carrés auparavant.

Le nombre de rhinocéros dans le parc est passé de 104 à 90 auparavant. Parmi ceux-là, 72 sont des rhinocéros blancs du Sud et 32 sont noirs. “Les entailles aux oreilles sont des marques permanentes et vous pouvez les utiliser pour la vie de l’animal“, a déclaré à Francis Gakuya, chef des services vétérinaires chez KWS.

Ils sont permanents. Les émetteurs de cornes que nous mettons habituellement sur les animaux ont une durée de vie de trois ans, puis la batterie tombe en panne, donc après cela, vous n’êtes plus capable de suivre l’animal à moins de l’immobiliser et d’en mettre un nouveau.”

Des milliers de rhinocéros blancs du sud continuent d’errer en Afrique subsaharienne, mais des décennies de braconnage effréné ont presque anéanti les Blancs du Nord. Les braconniers étaient en mesure de vendre des cornes de rhinocéros blanc du Nord pour 50 000 $ le kilo, ce qui les rend plus précieux que l’or.