Actu de l'ile Maurice
Sport International

FIFA : Vers une abolition du système des prêts

FIFA : Vers une abolition du système des prêts

FIFA : Vers une abolition du système des prêts

Depuis plusieurs mois, la FIFA, les syndicats de joueurs et les associations de clubs se réunissent à Zurich (Suisse), au siège de l’instance internationale, pour réformer le marché des transferts. Selon les informations, ces réunions pourraient notamment aboutir à une régulation des prêts.

Au départ, un club utilise un prêt pour donner du temps de jeu ou de l’expérience à un joueur qui en manque, pour ensuite le faire revenir. Le hic, c’est que certains clubs  utilise ce système pour donner de l’exposition à leurs jeunes joueurs, leur faire prendre de la valeur et ensuite les revendre avec une belle plus-value, sans donc jamais les faire jouer.  Bref, les prêts sont devenus un moyen de faire du business. La FIFA n’est pas dupe. Tout comme elle observe également d’autres dérives, comme cela a été le cas l’été dernier avec Kylian Mbappé. Ici, le prêt de l’attaquant de l’AS Monaco avec une option d’achat de 145 M€ (+ 35 M€ de bonus) sert au Paris Saint-Germain à contourner le fair-play financier. Mais dans l’esprit de tout le monde, l’international français est définitivement Parisien depuis le 31 août dernier.

Alors, Il est possible que l’instance internationale décide de limiter le nombre de prêts autorisés par club. Elle peut aussi opter pour une limitation du nombre de joueurs sous contrat par effectif, puisqu’un élément prêté est toujours sous contrat avec la formation à laquelle il appartient. Mais les sources évoquent une alternative plus radicale : une interdiction totale des prêts.

Autant le dire tout de suite, cette option semble plus être une réflexion pour un avenir lointain qu’un changement proche. Comment imaginer la FIFA interdire les prêts alors qu’ils restent tout de même très utiles pour de nombreux clubs aux moyens financiers limités ? L’idée a peut-être été lancée, mais on est sans doute loin de voir débarquer une telle mesure. Une telle interdiction demanderait un certain temps d’adaptation puisque plusieurs clubs seraient dans l’obligation de changer leur politique sportive.