Actu de l'ile Maurice
Coin-lecteur

[Opinion] Interdiction d’arborer le tikka: une aberration!

[Opinion] Interdiction d’arborer le tikka: une aberration!:Inside.News
Nous ne comprenons pas la démarche et l’entêtement des Singapouriens à la tête de The Résidence de poursuivre dans cette voie conflictuelle.

La décision de la direction de l’hôtel The Residence d’interdire aux employées d’arborer le tikka nécessite une réflexion chez nos décideurs politiques, interpeller les dirigeants des partis politiques et suscite des interrogations chez des citoyens.

A l’aube de l’émergence de l’industrie touristiques dans les années 70’ résultant à la mise en place de grands groupes hôteliers, à l’instar de la New Mauritius Hotels ( Beachcomber), de Sun Resort, du Club Med, entre autres, les employées avaient les coudées franches de porter les insignes religieux : tikka, sindoor, hijab, mangala sutra, entre autres.

Malgré les balbutiements du secteur de l’hôtellerie, le patronat a perduré avec cette tradition de permettre à leurs employées d’arborer des signes religieux. Cela même après que le secteur ait pris sa vitesse de croisière à la fin des années 80 ou encore entamer une autre étape de son développement à partir de 2000.

Il est un fait que les grands patrons de groupes hôteliers, à l’instar d’Herbert Couacaud ( groupe Beachcomer, de Paul Jones (Sun Resorts), de Patrice Hardy (Groupe Naïde) et ceux de moyens et petits établissement hôteliers avaient fait preuve de respect, de tolérance par rapport aux des coutumes et des traditions de toutes les confessions religieuses du pays.

Cela dans le but de préserver l’harmonie sociale et de ne pas blesser les susceptibilités des uns et des autres. Leurs successeurs n’ont pas dérogé à cette règle.

Nous ne comprenons pas la démarche et l’entêtement des Singapouriens à la tête de The Résidence de poursuivre dans cette voie conflictuelle.

Or, cette décision portant sur l’interdiction du port de tikka, relevant d’un problème de relations industrielles qui devrait être résolue à l’amiable par l’employeur-employée ou l’employeur-syndicat, est en passe de devenir un enjeu politique.

Outre la Voice of Hindu qui est monté au créneau pour défendre les droits des employés, la Hindu Human Right et et le Hindu Common Front ont poursuivi leur combat dans cette affaire, en organisant un yajña sur la plage en face de The Résidence, hier. Cela dans le but de susciter une prise de conscience nationale sur les excès de zèle du management de l’hôtel

En sus du ministre du Travail, des Relations Industrielles et de l’Emploi, Soodesh Callichurn qui aurait avisé l’employée en question et les autres employées que la direction de l’hôtel est dans l’illégalité.

Il y a aussi la ministre de l’Egalité des Genres, Roubina Jaddoo-Jaunboccus qui a fait entendre sa position. Le leader du MMM, Paul Bérenger a insisté pour le respect des droits constitutionnels des employés. Et ce vendredi, la FTU sous la férule d’Atma Shanto prévoit une manifestation en face de l’hôtel à Belle Mare.

Face à ce problème qui est une aberration et qui risque de prendre des proportions alarmantes, il incombe aux autorités suprêmes du pays et autres instance décisionnelles de tirer cette affaire au clair.

[Opinion] Interdiction d’arborer le tikka: une aberration!