Actu de l'ile Maurice
Actualités

PNQ : La CWA met le feu entre Ivan Collendavelloo et Xavier Duval

PNQ : La CWA met le feu entre Ivan Collendavelloo et Xavier Duval

En effet, pour ce mardi 17 avril, le leader de l’opposition a adressé sa question au Premier ministre par interim et ministre des Utilités Publiques concernant la CWA. Il a demandé des détails sur le projet de privatisation de l’organisme régulateur du service de l’eau, de ses impacts collatéraux sur les employés, ainsi que les nouveaux tarifs pour les consommateurs.

En réponse, Ivan Collendavelloo a défendu bec et ongles le projet de privatisation de la CWA.

Toutefois, le ministre responsable des Utilités Publiques devait préciser que la CWA ne sera pas tout à fait privatisée en elle-même, assurant que l’organisme maintiendra le contrôle absolu sur toute l’administration de l’eau. Il a aussi affirmé que les paramètres pour la réforme du secteur de l’eau avaient été envisagés en 2017. En décembre 2015, le gouvernement a nommé la World Bank pour faire des recommandations portant sur un éventuel partenariat public/ privé. Par la suite, la Banque Mondiale a fait des recommandations en vue de régler les problèmes financiers de la Central Water Authority (CWA) et d’atteindre l’objectif d’une fourniture d’eau 24/7, a soutenu Ivan Collendavelloo.

De ce fait, le ministre a rassuré que « la CWA ne sera pas privatisée en elle-même et conservera tous ses avoirs. » Toutefois, le Premier ministre suppléant a laissé entendre qu’un opérateur privé sera nommé pour assurer la fourniture d’eau sous un contrat d’affermage de 15 ans.

Ivan Collendavelloo a réitèré qu’il n’y aura aucune rupture de contrat pour les employés. De plus, les droits, le temps de service et la pension seront respectés, a-t-il soutenu. Selon le ministre Collendavelloo, l’opérateur privé sera tenu à offrir de meilleures conditions de travail. Par ailleurs, il a expliqué que son ministère travaille de concert avec la CWA pour finaliser la structure du tarif d’eau « Cela sera fait dans deux à quatre semaines, », a-t-il affirmé.

Lors des questions supplémentaires, le leader de l’opposition a fait ressortir que le secteur de l’eau est un dossier sensible, car cela concerne chaque foyer et chaque commerce mauricien. Xavier-Luc Duval a insisté qu’il doit y avoir un débat public sur ce sujet et que les parlementaires doivent avoir l’occasion de s’exprimer.

« C’est ce que j’entreprends»,  a lancé le ministre. Ivan Collendavelloo a expliqué que tout sera effectué à travers un calendrier établi par le gouvernement, selon les exigences de l’International Finance Corporation. « Ça doit aller au Cabinet au préalable»,  dit-il.

Par la suite, Xavier Duval a avancé que les experts affirment que les objectifs fixés par le gouvernement sont « irréalisables. » Selon le leader de l’opposition, ces initiatives seront concrétisées d’ici 2 ans.

Pour le ministre des Utilités publiques « les opinions divergent. » Il  a soutenu qu’on ne peut pas le blâmer pour un empressement quelconque sur ce dossier.

Xavier Duval a fait état de 20% de pertes causés par des fuites, des fraudes ou à travers des compteurs défectueux. «Le ministre souhaite-t-il que les consommateurs honnêtes doivent supporter une hausse, alors qu’il y a 20% de pertes à cause des fraudes ? »,  s’est-il demandé

«Nous allons avoir ce débat lorsque la question du tarif reviendra sur le tapis», a rétorqué Ivan Collendavelloo. Il a affirmé également que 78 000 vieux compteurs sont en train d’être remplacés.

« De plus, je ne suis pas certain si le chiffre de 20% est correct», a maintenu le ministre.

Le leader de l’opposition s’est demandé où se situe la nécessité d’augmenter le tarif de l’eau si les consommateurs seront appelés à payer bien plus cher avec les nouveaux compteurs.

Xavier-Luc Duval est aussi d’avis qu’il faut débourser des milliards de roupies avec l’arrivée du nouvel opérateur en vue de préserver les acquis des employés: pensions, temps de service et autres acquis…