Actu de l'ile Maurice
Monde

France : proposition pour le droit d’en savoir plus sur les donneurs de sperme et ovules

France : proposition pour le droit d’en savoir plus sur les donneurs de sperme et ovules

L’organisation qui recueille les dons de gamètes (sperme, ovules) en France défend le droit d’en savoir plus sur les donneurs, jusqu’à présent totalement anonymes, a indiqué mardi à l’AFP sa présidente, Nathalie Rives.

Qui est mon père biologique, pourquoi-a-t-il fait ce don ? Aujourd’hui, un enfant issu d’un don de sperme n’a aucune réponse à ces questions. Après un débat interne, la Fédération nationale des Centres de conservation des oeufs et du sperme humains (Cecos) s’est prononcée, lors des États généraux de la bioéthique, pour le recueil de diverses données non nominatives, a-t-elle expliqué.

La proposition concerne aussi bien les donneurs masculins (de sperme) que féminins (d’ovocytes), ainsi que les couples (donneurs d’embryons). “Il ne s’agit pas de lever l’anonymat. Il s’agit de permettre la transmission de données non identifiants“, a précisé Mme Rives.

En 2011, 1 307 enfants étaient nés d’un don de gamètes en France, soit 0,16% des naissances, selon les derniers chiffres de l’Agence de biomédecine.