Actu de l'ile Maurice
Actualités

Barclays Bank Mauritius consolide sa position avec des profits de Rs 2 milliards en 2017

Barclays Bank Mauritius consolide sa position avec des profits de Rs 2 milliards en 2017

Depuis 2013, Barclays Bank Mauritius a réorienté sa stratégie de croissance et en a récolté de nombreux bénéfices. En effet, au cours de ces cinq dernières années, la banque a vu une progression quasi constante de ses résultats, tant au niveau du chiffre d’affaires que des pro ts. En 2017, l’institution, qui fait partie des banques les plus performantes du pays, affiche des profits de Rs 2 milliards pour un chiffre d’affaires de Rs 4,2 milliards.

Une stratégie payante. C’est ainsi qu’on pourrait qualifier celle adoptée par Barclays Bank Mauritius Ltd pour optimiser ses opérations et ses ressources. Et les résultats ne se sont pas fait attendre. L’institution bancaire, qui a récemment dévoilé la nouvelle identité qu’elle devrait adopter d’ici à 2020, a réalisé, en 2017, des pro ts de Rs 2 milliards. Bien que ceux-ci indiquent une légère baisse par rapport aux pro ts enregistrés en 2016, qui étaient de l’ordre de Rs 2,1 milliards, une analyse des 5 dernières années montre une hausse de plus de 100% depuis 2013. En outre, la baisse de 2017 découle de dépenses non-récurrentes – à la hauteur de Rs9 millions liées au retrait de Barclays PLC en tant qu’actionnaire majoritaire de Barclays Africa Group, et aussi d’un exercice de restructuration interne lancé en 2017 qui a engrangé des frais additionnels de Rs 117 millions.

« Nous sommes satisfaits de notre performance au cours de l’année 2017. Suivant la crise financière globale de 2008-2009, nous avions réfléchi à une nouvelle stratégie de développement que nous avons mis en place peu de temps après. Et je suis heureux de constater que cette démarche a porté ses fruits, notamment au cours de ces cinq dernières années, durant lesquelles Barclays a connu une progression quasi constante », souligne Ravin Dajee, Managing Director de la banque. « Un coup d’oeil aux chiffres des années précédentes montre en effet une progression dans plusieurs segments clés ; notamment une croissance de plus de 100 % de nos pro ts en 2017 comparativement à 2013, ainsi que de notre chiffre d’affaires qui est passé de Rs 2,7 milliards en 2013 à Rs 4,2 milliards en 2017. Tout en maintenant les investissements dans de nouvelles technologies et de nouveaux services pour nos clients, nous travaillons continuellement sur des mesures qui portent à optimiser et améliorer notre efficience – cela est clairement illustré par notre coefficient d’exploitation qui a atteint 47.3 % en 2017, contre 61.0 % en 2013. Notre rendement des capitaux propres a aussi pris la courbe ascendante, passant de 8.4 % en 2013 à 15.9 % en 2017 – une performance qui démontre que nous avons apporté une contribution significative à la croissance du chiffre d’affaires de nos actionnaires. »

« Cette performance est à mettre au compte du dévouement des 700 membres qui font partie de l’équipe de Barclays Bank Mauritius. Ces chiffres indiquent non seulement la bonne orientation de notre institution, mais présagent un avenir brillant pour notre banque, en particulier dans notre stratégie de devenir une référence en matière de banque panafricaine. Les opportunités sont nombreuses et nous pouvons compter sur la force qui nous caractérise depuis le début de nos opérations sur le territoire mauricien depuis presque un siècle », ajoute Ravin Dajee.

A fin 2017, Barclays Bank Mauritius disposait d’actifs de Rs 109,1 milliards pour un capital et des réserves de Rs 15 milliards. Durant l’exercice fiscal 2017, la banque avait accordé des crédits de Rs 49,5 milliards alors que les dépôts des clients avaient été de l’ordre de Rs 84,2 milliards.

Avec une telle performance, les perspectives de croissance pour la banque sont plus qu’intéressantes, d’autant plus qu’elle se positionne en tant que banque panafricaine, avec l’ambition clairement affichée de devenir la référence dans la région, surtout en terme d’accompagnement des entreprises et des multinationales désirant investir sur le continent et dans le bassin sud-ouest de l’océan Indien.