Actu de l'ile Maurice
Actualités

Prostitution infantile : aucun cas recensé depuis le début de 2018

Prostitution infantile : aucun cas recensé depuis le début de 2018

Aucun cas de prostitution infantile n’a été recensé depuis le début de 2018. C’est ce qu’a avancé la ministre de l’Egalité des Genres, Roubina Jadoo-Jaunboccus. Elle répondait à une question parlementaire du député Reza Uteem sur la prostitution infantile. La ministre a affirmé que la Child Development Unit (CDU) reçoit plus de 5 000 plaintes liées à la prostitution infantile mensuellement.

Roubina Jadoo-Jaunboccus fait remarquer qu’il n’y a eu aucune plainte logée depuis le début 2018. En sus d’un cas  enregistré en 2017 et environ deux cas recensés en 2016, elle souligne que les relevés ont été compilés par la brigade des mineurs, les plaintes sur la hotline et également celles faites à la CDU.

«C’est une bonne chose», clame Rita Venkatasawmy, l’Ombudsperson for Children.  Elle souligne que la brigade des mineurs est très active sur le terrain. « Leurs efforts ont porté leurs fruits,», ajoute-t-elle. Toutefois, Rita Venkatasawmy insiste qu’il faut rester vigilent, même si aucun cas de prostitution infantile n’a été enregistré.

Elle estime que le Children’s Bill, une fois voté s’occupera du problème de prostitution infantile. Selon elle, l’approche de ce projet de loi, est de regrouper toutes les composantes. « Lerla gayn tou enn sel plas », dit-elle. L’Ombudsperson for Children soutient qu’une  victime de prostitution infantile ou d’abus sexuel vit un gros traumatisme. Elle nous explique que malgré les dispositifs mis en place par le gouvernement, tels que la disponibilité de psychologues au niveau de chaque CDU, « ce n’est pas assez. » Elle espère que ce manquement sera comblé avec la mise en œuvre du Children’s Bill.

Pour rappel, Roubina Jadoo-Jaunboccus avait affirmé à l’Assemblée Nationale que deux études ont été entreprises en 1998 et 2001 afin d’établir le nombre de cas de prostitutions infantiles à Maurice et à Rodrigues. Elle avait soutenu que des actions sont entreprises afin de mettre un frein à la prostitution infantile.

Elle avait cité que la loi et le cadre institutionnel pour les soins des victimes sont en train d’être revus. La ministre avait aussi parlé du soutien apporté par les centres de soins et des programmes de renforcement de capacités pour ceux quitravaillent avec les victimes. La ministre de l’Egalité des Genres avait aussi abordé des campagnes de sensibilisation au sein des écoles ou la mise en place de la community child watch.  

Roubina Jadoo-Jaunboccus avait également soutenu qu’avec l’avènement du Children’s Bill, tous les troubles liés aux enfants seront traités.