Actu de l'ile Maurice
Faits Divers

Un officier de police accusé d’attentat à la pudeur : « Li finn koste so sex avek mwa»

Un officier de police accusé d’attentat à la pudeur : « Li finn koste so sex avek mwa »

Un gradé de la force policière se retrouve dans une situation très embarrassante, depuis vendredi. Il est accusé d’attentat à la pudeur par une habitante de la localité, âgée de 55 ans. Celle-ci a porté plainte contre lui au poste de police d’Abercrombie. Les faits, dit-elle, se sont produits à son domicile, hier, vendredi 20 avril.

Elle nous relate qu’elle s’était rendue au poste de police de sa localité, vendredi matin. « Je suis allée voir l’officier de police concernant des moisissures sur les murs de ma maison, causées par les récentes averses. Li ti promette mwa ki li pou fer mwa gagn enn aide de la NEF. Et ki mo pou gagn materio pou crepi miray la ».

C’est pourquoi, l’officier l’a accompagnée chez elle pour un constat des lieux. Ce dernier lui a demandé si elle souffrait d’hypertension. « Li finn demann mwa sa parski mo ti pe transpiré. Mo finn reponn li ki mo tension bon ».

« Non. Mo dir twa to ena tension », aurait rétorqué l’officier de police. « Li finn retourn mwa. Lerla li finn komens mass mo zepol », nous raconte la quinquagénaire. Le gradé aurait glissé ses mains jusqu’à ses seins et lui aurait caressé les fesses « Missie (…..) ki ou pe fer ? », lui-a-t-elle demandé. L’officier qui se tenait toujours dernière lui a répondu : « Enn bon lokazion ».

« Li finn koste so sex avek mwa », poursuit notre interlocutrice. Devinant les véritables intentions de l’officier de police, elle l’a repoussé. Ce dernier, déconcerté, est sorti de la maison.