Actu de l'ile Maurice
Actualités

Intempéries et congés scolaires : « Faut-il réduire les vacances d’août »

Intempéries et congés scolaires : « Faut-il réduire les vacances d’août »

Avec la présence de la forte tempête tropicale Fakir, les élèves ont eu droit à un congé forcé, le 24 avril dernier. Pour rappel, durant le premier trimestre, il y avait déjà des retards accumulés suite aux grosses pluies qui s’étaient abattues sur le pays. Mais qui dit congé forcé, dit retard dans le calendrier scolaire. Comment faire pour le combler?

Soondress Sawmynaden, Président de l’Association des Recteurs, pense que certes, on a eu plusieurs congés forcés. Cependant, il affirme que « ce n’est pas alarmant. » Il nous fait savoir que dans les collèges d’Etat, il y a environ quatre périodes durant lesquelles les élèves entreprennent des activités physiques. Soondress Sawmynaden explique que ces périodes peuvent être utilisées pour des cours de rattrapage. Toutefois, il ajoute que si ces congés imprévus persistent, on pourra penser à réduire les vacances d’août. « Pour le moment le problème ne se pose pas » déclare-t-il.

Et est-ce-que les enfants auront bien plus de devoirs ? « Non, » affirme le Président. Il explique que les enseignants sont des professionnels. Ils s’assureront à ce que les enfants puissent assimiler le tout avant de pouvoir affronter les examens du 2e trimestre.

Pour Suttyhudeo Tengur, Président de la Government Hindi Teachers Union (GHTU), il est vrai que durant le premier trimestre, il y a des intempéries « qui dominent ». Cependant, il ajoute que cette année, le temps était bien moins clément. Suttyhudeo Tengur explique que la situation n’a pas seulement bouleversé le calendrier scolaire mais également divers secteurs, tel que la construction.

« Tout comme le secteur de l’éducation, d’autres secteurs ont aussi souffert, » lance-t-il.

Néanmoins, le Président de la GHTU est d’avis que c’est aux acteurs de l’enseignement, soit les parents, les éducateurs, maîtres d’école et les élèves eux-mêmes « ki bizin asiz ansam pu trouv enn solution »

Suttyhudeo Tengur précise que l’éducation est un domaine où les décisions doivent être prises en consensus. « Ce sont tous les acteurs concernés qui ont l’obligation de prendre des décisions collégiales. »