Actu de l'ile Maurice
Politique

[2e partie] Revue de la semaine politique :  le sort de Pradeep Jeeha scellé, la révolution de Bhadain…

[2e partie] Revue de la semaine politique :  le sort de Pradeep Jeeha scellé, la révolution de Bhadain…

 

Pradeep Jeeha, l’un des quatre leaders adjoints du MMM, pris sous le coup d’une motion de suspension, telle que recommandée par le bureau politique des Mauves a fini par être expulsé de toutes les instances du parti par le Comité Central, samedi 21 avril. 58 membres ont voté pour, alors que 14 ont choisi de voter contre. Cinq autres se sont abstenus.

« Le réveil sera brutal! », lance Pradeep Jeeha dans une déclaration à chaud. Amer, il s’est montré critique : « Mo pe aller leker gros, mo ress enn militant, mai pa enn berengiste. Le réveil sera brutal !» Affirmant d’être victime d’une injustice « perpétuée par les puissants au sein du parti », l’ex-leader adjoint du MMM argue que pour lui, Paul Bérenger « pense enn zafer, li dir enn zafer, ek li fer enn lot zafer ».

Que compte-t-il faire après son expulsion ? Pradeep Jeeha affirme qu’il restera auprès des militants. « Mo combat continier, personn pa pu kapav effase ce ki monn fer pou bann militant ! », renchérit-il.

 

Dans une interview, accordée à Inside News, jeudi 26 avril, Ajay Guness, secrétaire général du parti, a passé en revue la situation. Il évoque des événements, lesquels, selon lui, ont été agrémentés par « un système de fuites organisés qui fait du tort au MMM ». Il lance une mise en garde à ces gens qui font véhiculer « de fausses informations, qui propagent le doute dans l’esprit de la population ». Il exhortent à ces personnes de se ressaisir.

«Des difficultés à avancer»

 

Chez les Rouges, Navin Ramgoolam, le leader dit maintenir son congrès pour le 4 mai dans la circonscription no 8 ( Moka/Quartier Militaire). « Le gouvernement avait prévu une fonction le 27 avril. Mais, en apprenant que le PTr tiendrait son congrès le 4 mai, il a décidé de la tenir à la même date. C’est une preuve qu’ils ont peur des rouges », déclare-t-il.

 

Dans un autre volet de son intervention, Navin Ramgoolam a insisté : «Si vous êtes contre le Ptr, vous aurez des difficultés à avancer.»

Quant aux différends entre Asraf Dulull et Shakeel Mohamed, le leader des rouges a indiqué que « cela existe dans les grands partis politiques ». « Mais au sein du PTr, notre regard est tourné vers l’avenir », dit-il.

 

Du côté de Reform Party, le leader Roshi Bhadain qui envisage de migrer à la circonscription No 20 (Beau-Bassin/Petite Rivière, après sa cuisante défaite au No 18 (Belle-Rose/Quatre-Bornes) ne veut pas se resigner : « Mo pu enn bulldozer avek enn moter nef dan No 20 ! » « Mo pa finn per pou lager ar Arvin Boolell dan nimero 18. Aster ena Bhagwan, mo pa per! »,  souligne-t-il lors d’une conférence du Reform Party, tenue à l’auditorium Paul Octave Wiéhé, à Réduit, dimanche 22 avril.

Confirmant sa candidature au No 20 (Beau-Bassin/Petite-Rivière en marge des prochaines élections générales, Roshi Bhadain insiste :   « Mo kapav fer buku zafer pou sa circonscription-la. Dayer, mo abite laba depi 1990 !»

 

«Il est temps de changer le système»

Par ailleurs, Roshi Bhadain a présenté 20 mesures que prendra le Reform Party une fois qu’il sera au pouvoir. Parmi, figure la réduction du nombre de ministres de 24 à 18 ; baisse de 25 % des salaires des ministres et des Parliamentary Private Secretaries, abolition de la pension à vie des anciens ministres, députés ; lancement de télévisions privées entre autres. De ce fait, il préconise une réfonte du système parlementaire actuel. Il dit avoir un rêve à la manière de Martin Lutherking.

Il faut dire que Roshi Bhadain caresse l’option pour une alliance électorale.

 «Il est temps de changer le système. Nous ferons notre possible pour entrer dans le gouvernement.» Toutefois, il reste à savoir si pour ce faire, le Reform Party se présentera seul aux prochaines élections ou en alliance. «Si nou pou fer lalians ou al tousel, sé ou ki pou désid sa», lance-t-il à l’assistance.

 

Dans le cadre de la mise en chantier du projet Metro Express, Ivan Collendavelloo a annoncé cette semaine que 300 jeunes sont déjà employés. C’était lors du vernissage de la maquette du projet Metro Express, à la mairie de Beau-Bassin/Rose-Hill, mercredi 25 avril en présence de la Vice-Première ministre, Fazila Jeewa-Daureeawoo.

Arguant que le gouvernement mise beaucoup sur le projet du Metro Express, le DPM soutient que le gouvernement veut que l’appréhension de la population soit dissipée le plus vite possible. Selon lui, une fois le métro opérationnel, « il y aura beaucoup d’autres emplois qui seront créés pour la jeunesse mauricienne.» 

Demander à l’ICAC d’initier une enquête.

 

Autre fait marquant cette semaine politique est la Vacoas Popular Multi-Purose Co-operative Society (VPMCS), minée par des malversations, fraudes et autres irrégularités, ces dernières années, qui est revenue sur le tapis.

Suite à sa PNQ, adressée au ministre de tutelle, Sunil Bholah, à l’Assemblée nationale, mardi 23 avril, le leader de l’Opposition, Xavier-Luc Duval est revenu à la charge, le lendemain, mercredi 24 avril, lors d’une conférence de presse, pour demander à l’ICAC d’initier une enquête.

« Il faut retourner la Vacoas Popular Multi-Purose Co-operative Society à ses membres ! » insiste le leader de l’opposition.

Xavier-Luc Duval réitère ses propos : «Il y a eu ingérence de la part du ministre des Coopératives dans cette affaire.» Il dit ne pas comprendre la raison pour laquelle la firme consultante SB ProConsult a été évincée comme gestionnaire de la société. En outre de s’interroger sur la  nomination d’un activiste du MSM, sur le conseil d’administration de la VPMCS, Xavier-Luc Duval dit ne pas comprendre la raison de vendre un terrain, à Flic-en-flac, une propriété de la VPMCS, à la compagnie Claridge, pour une somme de Rs 650 millions. Cela, d’autant plus, explique-t-il, « il y avait une autre entreprise appelée  Fontanel & Mone qui avait proposé Rs 750 millions pour l’achat de ce terrain ». Selon lui, le ministre des Coopératives « aurait dû faire une évaluation des deux offres ». Il fustige, également, le Registrar des Cooperatives, qui «  a fauté, en suivant les instructions du ministre Bholah en vue de faciliter la vente de ce terrain ! ». 

Par conséquent, le leader de l’opposition demande à ce qu’une enquête soit entreprise par l’ICAC pour faire la lumière sur cette affaire. Il évoque une possible autre affaire semblable à Alvaro Sobrinho.

Ne baissant pas les bras, le Chief Whip du gouvernement, Bobby Hurreeram, encadré de Zouberr Joomaye et Maneesh Gobin a donné la réplique à XLD. «Le gouvernement fait du bon travail en mettant de l’ordre au sein de la VPMCS. Au lieu de le féliciter pour le travail accompli, on l’accuse d’ingérences…», s’insurge Bobby Hurreeram.

Les porte-parole du gouvernement lance un défi à Xavier-Luc Duval d’adresser une PNQ à l’Assemblée nationale sur l’affaire Quantum Global.  «Xavier-Luc Duval doit assumer ses responsabilités. C’est l’affaire Quantum Global qui comporte des irrégularités», allègue le Chief Whip.