Connect with us

Actualités

 Le Club Export Réunion célèbre ses 20 ans

Published

on

 Le Club Export Réunion célèbre ses 20 ans

 Le Club Export Réunion célèbre ses 20 ans

Le Club Export Réunion connaitra une année 2018 un peu particulière. En effet, il fêtera ses 20 ans de promotion de l’internationalisation des entreprises ! Les 20 ans du club seront le fil rouge de cette année riche en rencontres avec les îles et pays voisins.

Cette année, le Club Export Réunion organisera la 6e édition des  « Rencontres internationales du développement durable – Inscrire nos îles dans un futur désirable » du 21 au 23 novembre, au domaine du MOCA à Saint-Denis.. Cette manifestation qui a permis aux opérateurs économiques de notre région de se retrouver ces dernières années pour échanger sur des problématiques essentielles pour l’avenir de nos économies insulaires, recevra des représentants et entreprises de 10 pays, dont l’île Maurice. Quelque 400 visiteurs sont attendus.

L’objectif de ces sixièmes rencontres est de contribuer à une intégration régionale renforcée par des liens plus étroits entre les opérateurs économiques régionaux, et notamment :

  • Témoigner de l’impact des collaborations entre entreprises comme vecteur de développement
  • Dynamiser les espaces de dialogue bilatéraux privé – privé
  • Accroitre les investissements communs entre les entreprises de notre région
  • Favoriser les réformes en faveur d’un meilleur climat des affaires dans notre région.
  • Ces rencontres internationales seront l’occasion de retisser et resserrer les liens établis avec nos partenaires dans chacun des territoires.

Avec trois présidents successifs, Daniel Moreau (Royal Bourbon Industrie) de 1998 à 2005, François Mandroux (Master Group) de 2005 à 2011, et Gilles Couapel (Domeau) depuis juin 2011, le club de forme associative a vu ses missions multipliées. Véritable partenaire opérationnel de la Région Réunion, le club tisse depuis de nombreuses années un solide réseau avec ses partenaires institutionnels, ambassades, syndicats professionnels des pays ciblés. Logiquement axées vers le premier cercle, Maurice et Madagascar, le Club Export s’est ouvert vers les Seychelles, le Mozambique, les Comores, l’Afrique du Sud, le Kenya, la Tanzanie, la Côte d’Ivoire. Une prochaine étape sera franchie, cette année avec une mission en Asie du Sud-Est.

Lancées en 2012 à l’île Maurice, les « rencontres du développement durable » du Club Export Réunion ont été déclinées au fil des ans à Madagascar, aux Seychelles, aux Comores et au Mozambique. Une thématique différente a été développée chaque année dans les pays : innovation, biotechnologies, smart cities, agroalimentaire ou financement de projets vers l’Afrique.

Les actions du Club Export en faveur de l’internationalisation des entreprises réunionnaises sont soutenues par la Région Réunion et l’Europe.

Eléments de contexte 

Dans un paysage institutionnel réunionnais renouvelé via le Plan Régional d’Internationalisation des Entreprises (PRIE), le Club Export qui fête ses 20 ans en 2018 souhaite conforter son rôle en faveur de l’internationalisation des entreprises réunionnaises.

En effet, dans un contexte de compétition internationale accrue, nos économies insulaires doivent plus que toutes autres trouver des relais de croissance répondant aux enjeux d’un développement durable.

L’observation d’une carte du monde montre un océan Indien qui passerait presque pour une mer intérieure : le plus petit des trois océans mondiaux est en effet bordé de trois « continents » — africain, eurasien et antarctique — soit une trentaine de pays côtiers et des centaines d’îles. Il rassemble pourtant plus du tiers de l’humanité et est aussi le plus dynamique : le trafic maritime y a cru de l’ordre de 300% au cours de ces 20 dernières années.

A la faveur de l’émergence asiatique, l’océan Indien a commencé à retrouver sa place singulière et se réaffirme comme une zone stratégique de première importance à l’échelle mondiale. Selon l’expert américain Robert D. Kaplan, l’océan Indien deviendra le centre de gravité stratégique mondial du 21ème siècle. Non seulement cet océan constitue un passage vital pour le commerce et les ressources énergétiques entre le Moyen-Orient et l’Asie de l’Est, mais il est aussi au coeur de l’axe économique qui se développe entre la Chine, d’une part, et l’Afrique de l’autre, via notamment ce qu’on appelle communément la « Nouvelle Route de la Soie.»

En outre, l’accélération du processus d’intégration régionale en Afrique, et la perspective d’un partenariat renouvelé entre l’Union Européenne et les pays africains qui engloberait une nouvelle vision de l’aide au développement et les acquis des Accords de Parteneuriat Economiques (APE), rend encore plus forte l’urgence d’une stratégie partagée pour une meilleure internationalisation de nos économies.

L’un des principaux enjeux de cette internationalisation se concentre sur les conditions de l’essor des échanges économiques intra régionaux, conduisant à terme à la consolidation d’un espace économique régional et ainsi à une amélioration de l’attractivité économique de notre région. L’objectif est d’accroitre les investissements dans la région et notamment au niveau intra régional.

Pour l’heure, l’analyse des données d’import-export montre que l’intégration régionale au niveau du secteur privé reste embryonnaire. Ainsi, les échanges à l’intérieur des Mascareignes se maintiennent à un niveau estimé entre 3 et 5 % des flux commerciaux de la zone. Il est toutefois possible d’identifier un pôle d’échange intra régional principalement entre Madagascar, la Réunion et Maurice.

Les rencontres internationales du développement durable – Océan Indien (RIDD) 

La Réunion représente l’Europe de l’océan Indien. A ce titre elle se doit d’être un moteur du développement régional. Par ailleurs, les lois et règlementations, tant françaises qu’européennes, nous ont contraints plus tôt que nos voisins à adopter les schémas et stratégies d’un développement durable. Fort de ces contraintes, mais aussi d’opportunités, le Club Export Réunion a mis en place en 2012 les premières rencontres bilatérales du développement durable avec l’Ile Maurice, rapidement dupliquées dans les pays de la zone.

Outre ce fil rouge de l’intégration régionale et des outils à mobiliser pour une meilleure internationalisation de nos entreprises, l’expérience passée a montré les nombreuses lignes de rencontres entre nos économies sur des problématiques techniques communes. Divers ateliers techniques permettront donc de travailler ensemble à un partage d’expériences et à l’élaboration de projets communs sur six parcours :

Agro-nutrition : mieux se nourrir et mieux valoriser les ressources alimentaires

Santé et sécurité sanitaire : profiter de la richesse apportée par les structures de recherche et des normes sanitaires pour mieux l’implémenter ailleurs

Economie bleue : l’océan Indien comme espace d’union pour nos iles

Systèmes énergétiques intelligents : notre climat, combiné à notre savoir-faire, comme force pour imaginer une meilleure gestion des énergies renouvelables de demain

Economie circulaire : tirer profit des richesses de chacun de nos territoires pour en faire, à terme, un véritable espace d’échange

Smart cities : construire les villes intelligentes de demain dans un milieu insulaire et tropicalisé.

Des opérateurs emblématiques européens, africains et asiatiques viendront témoigner de leurs expériences, de leurs projets et du regard qu’ils portent sur nos îles et plus généralement sur l’océan Indien.

Notre ambition est de capitaliser sur nos réussites passées, de témoigner de l’intérêt des partenariats croisés entre nos économies et d’élaborer des plans d’actions pour les années à venir afin de renforcer les liens entre nos opérateurs économiques.

Les pays qui se rassembleront autour de ces rencontres :

  • La Réunion
  • Maurice
  • Madagascar
  • Seychelles
  • Mozambique
  • Comores
  • Mayotte
  • Kenya
  • Afrique du Sud
  • ASEAN

Advertisement

Actualités

 RT Knits: inauguration d’une nouvelle teinturerie et lancement du projet Teamonite

Published

on

 RT Knits: inauguration d’une nouvelle teinturerie et lancement du projet Teamonite

 RT Knits: inauguration d’une nouvelle teinturerie et lancement du projet Teamonite

Le Premier ministre, Pravind Jugnauth a procédé à l’inauguration d’une nouvelle unité de teinturerie et au lancement du projet Teamonite pour le compte de RT Knits, à la Tour Koenig, vendredi 25 mai.

Dans son discours, il a félicité les directeurs de RT Knits, en l’occurrence Jean Li  Wan Po et Kendall Tang, pour avoir été les précurseurs dans plusieurs domaines. «RT Knits a beaucoup investi dans l’économie verte, notamment dans les panneaux solaires thermiques, les chauffe-eau solaires et le lavage», a déclaré Pravind Jugnauth. Saluant leur optimisme, il a encouragé d’autres sociétés et entreprises à emboiter le pas à RT Knits.

Le Premier ministre a soutenu qu’en dépit de la conjoncture économique difficile, le secteur manufacturier à Maurice compte 38 859 salariés et un solde commercial de Rs 23 milliards. Il a fait remarquer que ce secteur a bénéficié d’une baisse de la taxe passant de 15 à 3%, ainsi que le freight rebate.

«L’heure n’est pas à célébration, mais à la réflexion», a clamé Jean Li Wan Po, Business Partner chez RT Knits, dans son allocution. Arguant sur la nécessité «to think out of the box», il a souligné que le modèle B to B a fait son temps. «Désormais, il nous faut penser au modèle de B to C dans le Manutailer. Nous sommes en compétition avec des pays en voie de développement. Le modèle B to B semble être très prometteur. Il est un fait que e-commerce est le canal prometteur pour nos produits», a-t-il dit.

S’agissant de la nouvelle unité de teinturerie, dotée d’un laboratoire, s’étendant sur une superficie de 13 000 m2, il a affirmé que l’entreprise y a injecté une somme de Rs 350M. La compagnie, regroupant quelque 2 000 employés, brasse un chiffre d’affaires de Rs 1,5 milliards en 2017, cela avec une progression de 12%. «Cette progression a été rendue possible grâce à une vision à très long terme», avance Jean Li Wan Po. «Notre stratégie s’inscrit dans une perspective d’adaptation en vue d’améliorer notre productivité à travers des marchés niches pour plus de valeur ajoutée», ajoute-t-il.

Pour ce qui est du projet Teamonite, une nouvelle plate-forme électronique, qui se veut être le premier projet international de Manutailer, il permet aux entreprises de commander des vêtements en ligne. «Ainsi, une commande qui prend entre 1 et 4 jours est disponible chez nous à partir de ce vendredi 25 mai», a annoncé pour sa part, Kendall Tang.

Continue Reading

Actualités

[vidéo] Finale de Ligue des Champions : 13e pour les Merengues ou 6e pour les Reds ?

Published

on

Finale de Ligue des Champions : 13e pour les Merengues ou 6e pour les Reds ?

[Vidéo] Finale de Ligue des Champions : La 13e pour les Merengues ou la 6e des Reds ?

La finale de la Ligue des Champions, entre le Real Madrid et Liverpool, à Kiev ce soir, s’annonce explosive. Le Real Madrid est en course pour un 13e titre en C1 et une 3e finale de la Ligue des champions d’affilée. La bande à Jürgen Klopp vise la sixième coupe aux grandes oreilles de son histoire.

Ce sera surtout l’occasion de prouver sa suprématie entre le Ballon d’or 2017, Cristiano Ronaldo et la nouvelle star monde footballistique, Mohamed Salah.

A 22h45, les supporteurs mauriciens, comme dans le monde entier, seront devant leurs petits écrans pour suivre le match. Dans cette optique, Inside News est allé à la rencontre des mordus du ballon rond pour avoir leurs avis.

Continue Reading

Actualités

[Vidéo] Nando Bodha sur le Metro Express : « On est dans les temps… »

Published

on

Nando Bodha sur le Metro Express : « On est dans les temps… »

[Vidéo] Nando Bodha sur le Metro Express : « On est dans les temps… »

Le ministre des Infrastructures Publiques entreprenait une visite, ce samedi 26 mai à la rue Deschartes à Port-Louis et au Caudan. Nando Bodha faisait un constat des travaux dans le cadre du projet Metro Express. Selon lui, les travaux vont dans le bon sens. « On est dans les temps, » nous affirme-t-il.

Lors d’une déclaration à la presse, il a expliqué que cette zone reste très complexe. Le ministre affirme qu’il a fallu faire de sorte que ce projet puisse intégrer les infrastructures existantes. Il souligne qu’il est essentiel que les travaux soient réalisés dans les meilleures conditions. « Pa bizin ena time overrun et cost overrun» a-t-il lancé.

L’objectif principal des travaux à la rue Deschartes est de permettre au trafic en direction du nord d’entrer dans le centre-ville. Ainsi, la circulation venant du nord ou le sud se déplacera sans interruption à la hauteur de Place d’Armes.

Les travaux de construction du fly-over sont complétés à 27% et il sera prêt d’ici mars 2019.

D’autre part, Nando Bodha souhaite mettre en place un Traffic Management Centre où le trafic du pays pourra être contrôlé.

Continue Reading

Trending