Connect with us

Politique

Revue politique (2e partie): Affaire Quantum Global, Affaire Jessica Rosun, congé de Pradeep Jeeha…

Georges Alexandre

Published

on

[2e partie] Revue politique : Showkutally Soodhun - allégations de vente de terres de l’Etat…

Revue politique (2e partie): Affaire Quantum Global, Affaire Jessica Rosun, congé de Pradeep Jeeha…

Alors que l’enquête de l’ICAC initiée sur l’affaire Sobrinho se poursuit à plein régime avec des descentes des lieux chez certains concessionnaires de voitures ( Leal, ABC Motors, Axess…) et l’interrogatoire de grosses pointures, à l’instar de Sydney Bathfield, promoteur de Royal Park et Ken Poonoosamy, ancien CEO de la BOI, l’affaire Quantum Global s’est éclatée au grand jour.

Toujours, lors de sa conférence de presse hebdomadaire, le samedi 7 avril, Paul Bérenger a qualifié le dossier Quantum Global comme une « deuxième affaire Sobrinho » qui se développe dans le pays. Expliquant que Quantum Global Investment Africa Ltd est une compagnie internationale, basée en Suisse, dont la plus grande base d’opération est à Maurice, il a souligné que le propriétaire Jean-Claude Bastos de Morais assure le contrôle de tout, comme Alvaro Sobrinho.

Paul Bérenger a qualifié l’homme d’affaires comme « un intime du fils du président de l’Angola. » Selon lui, le fils du président angolais qui gérait 85% des fonds souverains du pétrole, d’une valeur de $ 5 milliards, accusé de fraude, a été révoqué en janvier dernier. Outre une interdiction de voyager qui pèse également sur lui, le leader du MMM a soutenu que l’argent a été saisi par la United Kingdom National Crime Agency.

« Bondie kone komie kas ena dan bann labank moris»,  lance t-il. Aussi, il a dénoncé que Jean-Claude Bastos de Morais a déjà été condamné en Suisse en 2011, pour « repeated qualified criminal mismanagement. »

Le leader du MMM a réclamé l’institution d’une enquête de la Financial Services Commission (FSC).  « Pu ena enn pli gran malher ki Sobrinho», a-t-il lancé dans une sévère mise en garde.

Cinq heures, à peine, après ces révélations, l’on apprend que le Quantum Global Group est pris sous le coup d’un gel de Rs 7,8 milliards en banque. Trois banques, à savoir la MCB, la SBM (Mauritius) et AfrAsia Bank, soit un total de 25 comptes bancaires sont concernées par le Freezing Order, émis à 15heures, samedi dernier, par le juge David Chan, à la demande de la Financial Intelligence Unit (FIU). Il est souligné que la FSC qui avait demandé à Jean-Claude Bastos de «Show Causes» depuis le 8 janvier, devrait entériner la disqualification de cet homme d’affaires suisse pour «fausse déclaration.»

Et cette semaine, Marc Hein, l’ancien président de la FSC est venu se défendre.

Les allégations d’attouchement sexuel qui pèsent sur le chef de la délégation mauricienne aux Jeux du Commonwealth, Kaysee Teeroovengadum, également secrétaire-général du Comité National Olympique Mauricien (COM), mis en cause par Jessika Rosun, lanceuse de javelot en marge des XXI Jeux du Commonwealth en Australie, ont éclaboussé le monde sportif mauricien et de surcroît, le COM et terni l’image du pays.

Répondant à une PNQ du leader de l’Opposition, Xavier-Luc Duval, à l’Assemblée Nationale, mardi dernier, le ministre de la Jeunesse et des Sports, Stephan Toussaint a déploré : « C’est navrant que certains font de la récupération politique sur l’affaire Jessica Rosun.»

Dans sa réponse, Stephan Toussaint a fait une chronologie des évènements précédant ces incidents, qui  ont terni l’image du pays sur la scène internationale.

Le ministre a fait comprendre que son ministère traite cette affaire au sérieux. Le ministre a expliqué qu’une fois sur place en Australie, il a rencontré personnellement Jessica Rosun et cette dernière lui avait dit qu’elle n’avait toujours pas pris de décision concernant une éventuelle déposition à la police.

Sur ce, explique le ministre, il n’avait d’autre choix que d’attendre. Toutefois, Stephan Toussaint a affirmé avoir pris toutes les dispositions nécessaires pour donner l’encadrement psychologique nécessaire à la victime alléguée.

Par ailleurs, Stephan Toussaint a assuré que des sanctions adéquates ont été prises contre Kaysee Teeroovengadum. Il a soutenu que ce dernier a été remplacé dans toutes les instances décisionnelles desquelles il siégeait.

Xavier-Luc Duval devait revenir à la charge, affirmant que Philippe Hao Thyn Voon, président du COM aurait exercé des pressions pour ne donner aucune suite à l’affaire. Il aurait fait des appels téléphoniques au président du comité d’athlétisme mauricien, Vivian Gungaram.

«Je ne peux répondre pour Philippe Hao Thyn Voon ! Si le président de l’Athlétisme de Maurice voit qu’il y a eu une tentative de cover-up, il sait quoi faire(…)!»  a répliqué le ministre.

Se disant convaincu qu’il y a eu ‘cover-up’ dans cette affaire, XLD a allégué qu’il y aurait des pressions pour que l’athlète ne consigne aucune déposition une fois revenue à Maurice.  D’où sa demande pour l’institution d’une enquête pour faire toute la lumière sur cette affaire.

« Le COM est une institution indépendante et autonome…», a rétorqué Stephan.

De son côté, Kaysee Teeroovengagum qui a retenu les services d’un avocat, d’autant plus qu’il devra comparaître en cour en Australie, le 17 avril, s’est muré dans le silence.

Pour ce qui est de Pradeep Jeeha, il s’est retiré du Bureau Politique (BP) du MMM, le 9 avril dernier. Dans une lettre envoyée au leader du MMM, Paul Bérenger, Pradeep Jeeha déplore qu’un « unhealthy state of affairs » prévaut au sein du parti ces derniers temps. Il mentionne plusieurs faits qui auraient chamboulé les structures du MMM, notamment la décision d’avoir recours à des élections internes; « the ill-advised sanction », votée par le BP à l’encontre de Steven Obeegadoo; le manque de considération à l’égard des membres qui émettraient des opinions divergentes…

Par ailleurs, Pradeep Jeeha déplore, dans sa lettre, le fait que le leader du MMM ait pris une décision «unilatérale» de « restricting important party affairs to a triumvirate composed of yourself, Ajay Gunness and Reza Uteem ». Une telle décision, s’insurge-t-il sous-entend que le MMM  accorderait peu d’importance à l’intelligence collective des autres membres. D’où sa démarche d’en informer Paul Bérenger, « on a question of personal dignity and self-respect » de se retirer le temps d’un changement.

Il faut dire que cette décision est intervenue après que Dorine Chukowry, la première femme à avoir été élue Lord-maire, a claqué la porte du MMM’ la semaine dernière. Dorine Chukowry estime qu’il y aurait un « hidden agenda » chez les mauves qui ne fairait pas honneur au parti et encore moins à la politique.

Interrogé sur la démission de Dorine Chukowry, le secrétaire-général, Ajay Guness a confié à Inside News : « C’est un problème relationnel, rien de plus .» Selon lui, « Elle aurait dû prendre son temps pour étudier d’autres options plus crédibles, comme migrer vers une autre circonscription ! »

Mais le leader du MMM n’a pas caché sa colère et sa tristesse par rapport au «congé» de Pradeep Jeeha. « Pradeep Jeeha a tourné la page, nous allons de l’avant (…) Jeeha s’est rendu coupable d’une trahison », a déclaré en substance, Paul Bérenger, à l’issue d’une réunion de la régionale No 4 (Port-Louis Nord/Montagne Longue. Commentant la lettre que lui a envoyée Pradeep Jeeha, le leader des mauves s’est insurgé : . « Il m’a envoyé cette communication à 10h39 et mardi matin, c’était déjà du domaine public. C’est honteux. Que chacun assume ses responsabilités.»

Revenu à la charge, à la mi-journée, jeudi 12 avril, Pradeep Jeeha campe sur sa position. « Je demeure toujours un leader adjoint du MMM et suis toujours un militant, » lance-t-il à Inside News. Ainsi, c’est la guerre ouverte entre Pradeep Jeeha et la direction du MMM. Pradeep Jeeha nous fait comprendre qu’il reste toujours un des dirigeants du MMM et insiste qu’actuellement il est en congé.

« C’est ziss enn conze. Mais le MMM c’est mo parti, mo touzour enn militant ! », clame-t-il. Il nous fait également savoir qu’il s’exprimera en long et en large sur sa marche à suivre, la semaine prochaine. Il réitère qu’il fait toujours partie des mauves.

Par conséquent, en début d’après-midi du 12 avril, Françoise Labelle, un autre membre du MMM est montée au créneau pour exprimer ses craintes publiquement. «Je suis attristée et très bouleversée par ce qui passe au sein du parti », confie-t-elle à l’antenne d’une radio privée. En tant que membre du comité central, elle déplore l’interprétation donnée à la lettre de Pradeep Jeeha et au départ de Dorine Chuckowry.

En revanche, Françoise Labelle refuse de blâmer Paul Bérenger. Se montrant critique à l’égard de l’entourage du leader des mauves, elle affirme qu’elle envisage d’exprimer ses inquiétudes lors de la prochaine réunion du comité central. « Le MMM a une vision, un passé glorieux et un leader qui n’a aucun cas judiciaire. Il n’a aucun soupçon de corruption. J’avais déjà évoqué les problèmes au comité central. Il faut travailler en se serrant les coudes et retirer ce grain de sable dans l’engrenage pour mieux avancer », déclare-t-elle.

Pour ce qui est de la bataille entre le clan Dulull et celui de Mohamed au No 3, il nous revient que les tiraillements trouvent leurs sources par rapport à l’organisation d’un dîner en marge des célébrations marquant les 50 ans de l’indépendance, sans l’approbation du Constituency Labour Party (CLP) no 3, dirigé par Shakeel Mohamed.

« Sa bann zafer la regler en interne », insiste Patrick Assirvaden dans une déclaration à Inside News. Il a révélé que depuis un certain temps, il y a une tension palpable qui règne parmi les partisans des rouges de la circonscription no 3 (Port-louis Maritime/Port-louis Est. Pour sa part, Shakeel Mohamed a refusé à tout commentaire.

Au bout du compte, la direction du Parti Travailliste s’est réunie sous la présidence du leader, Navin Ramgoolam, a donné gain de cause à Shakeel Mohamed. Le Ptr par la voix de Patrick Assirvaden, a condamné les propos d’Asraf Dulull qui s’en était pris au député Mohamed sur les ondes d’une radio, mercredi. Pour ce qui est du dîner, le président du Ptr a été catégorique: « Ce dîner a été organisé sans l’aval du parti et l’emblème du parti a aussi été utilisé à l’insu de la direction. »

 

 

 

 

 

.

 

 

 

 

 

Advertisement

Politique

Le leader du MNC, Vivek Pursun, convoqué au CCID

Published

on

Le leader du MNC, Vivek Pursun, convoqué au CCID

Vivek Pursun, leader du Mauritian National Congress (MNC), a été convoqué par les enquêteurs de la CCID. Cela fait suite à des allégations qu’il aurait postées sur les réseaux sociaux, Facebook, contre Soodesh Callichurn,  ministre du Travail. Il commentait principalement sur l’octroi de permis des travailleurs étrangers.

À noter que Vivek Pursun avait consigné une déposition à l’ICAC pour réclamer une enquête approfondie pour « unexplained wealth » sur :

  1. Prakash Ramchurun, officier au ministère du Travail;
  2. Krishna Chendriah, conseiller du ministre Callichurn;
  3. Feizal Mooniarack, un membre de la VIPSU attaché au service du ministre Callichurn;
  4. Anass Rawoo, ancien conseiller du ministre du Travail.

Ce jeudi 19 juillet, c’est le deuxième jour d’affilée que le leader du MNC répond aux enquêteurs du Cyber Crime Unit attachée au CCID.

Continue Reading

Politique

Peine capitale contre les trafiquants de drogue : Les opinions divergent

Sarvesh Bhugowandeen

Published

on

Peine capitale contre les trafiquants de drogue : Les opinions divergent

Peine capitale contre les trafiquants de drogue : Les opinions divergent

« Si cela ne tenait qu’à moi, je ré-introduirai la peine de mort pour les trafiquants de drogue! »: tels sont les propos de sir Anerood Jugnauth, ministre Mentor. C’était lors de la tranche réservée à la Private Notice Question, hier, mardi 17 juillet à l’Assemblée nationale.

On a pu remarquer qu’après cette réponse, le Leader de l’opposition s’est montré plus ou moins acculé. Cette déclaration a provoqué de vives réactions de part et d’autres…

Dans une déclaration à Inside News, Bobby Hureeram, le Chief Whip de la majorité adhère à l’opinion de sir Anerood Jugnauth.  Selon lui, le taux de criminalité a beaucoup augmenté, dû à la drogue. « Ces ‘marsans la mort’ ont détruit notre société. Donc, en mon nom personnel, j’estime que ce serait salutaire d’avoir recours à la peine capitale pour les trafiquants de drogue », fait-il ressortir.

Pour sa part, Ravi Rutnah, le Deputy Chief Whip du gouvernement a fait savoir qu’il est contre cette pratique. « Je respecte le point de vue de sir Anerood Jugnauth. Mais, en tant qu’avocat des droits humains, je ne peux être pour la peine de mort dans le sens élargi », soutient-il.   Cependant, le député de la circonscription no 7 estime qu’il est essentiel de revoir le système carcéral. Ravi Rutnah estime qu’il faut trouver un moyen pour réinsérer les personnes dans la société.

Pour sa part, Me Jacques Laval Panglose, un dirigeant du PMSD lance : « Je suis viscéralement contre la peine de mort. Cela ne peut pas se faire dans une société. C’est barbare !» Il ajoute que  « ce n’est pas la peine de mort qui résoudra les problèmes. Si ça existait, il y a longtemps qu’il n’y aurait plus vie sur terre».

Poursuivant sur sa lancé, Jacques  Panglose soutient « Quand on inflige une punition à quelqu’un, c’est par rapport à un délit commis». Cela avant de s’interroger «Qui est de taille à pouvoir infliger la mort ? Cela relève d’une arrogance incroyable que de croire qu’on peut infliger la mort. Celui qui inflige la mort se croit égal au créateur. C’est impossible !»

De son coté, Me Ritesh Ramphul, député travailliste, estime qu’il faut avant tout « prendre en considération le contexte international. Même les Nations Unies sont contre cette pratique. Cela ne résoudra pas le problème de la drogue dans le pays ! »

Le député rouge est d’avis qu’il faut surtout revoir le fonctionnement des limiers de l’Anti Drug and Smuggling Unit (ADSU). Le parlementaire du PTr dit attendre les retombées du rapport de la Commission d’enquête sur la drogue avant de tirer des conclusions.

Une réflexion lance un nouveau débat : est-ce que la peine capitale a été efficace dans le passé ?

Continue Reading

Politique

Parlement : le MMM solidaire ou pas d’Alan Ganoo ?

Georges Alexandre

Published

on

PParlement : le MMM solidaire ou pas d’Alan Ganoo ?

Parlement : le MMM solidaire ou pas d’Alan Ganoo ?

Le Mouvement Militant Mauricien (MMM) s’est-il montré solidaire ou pas du député Alan Ganoo ? Ce dernier a été suspendu pour le reste de la journée, d’hier et les deux prochaines séances de l’Assemblée nationale.

A la reprise des travaux en début d’après-midi d’hier, marquée par le ruling de la Speaker, Maya Hanoomanjee, seuls les parlementaire du MMM et deux ou trois menbres du PMSD, dans le camp de l’opposition, qui ont fait leur retour dans l’Hémicycle. Ce n’est qu’après la pause déjeuner vers 14h45, que Xavier-Luc Duval, Aurore Perraud, Malini Sewocksing et Adrien Duval ont brillé par leur absence et ce jusqu’à la fin de la séance.

Cette présence du MMM pour le reste des travaux est perçue par nombre d’observateurs politiques comme étant un manque de solidarité à l’égard du président du Mouvement Patriotique et une solidarité envers la majorité gouvernementale.

Sollicité à pour un commentaire, le secrétaire général du MMM, Rajesh Bhagwan, dans une déclaration à Inside News en début d’après-midi, ce 18 juillet, se défend : «Il n’y a personne d’autre que le MMM qui dénonce le plus la manière de faire de la Speaker. Et hier encore, au Parlement, nous nous sommes fait entendre. Mais, en dehors de l’Hémicyle, il n’y a pas eu de coordination comme il se doit. Nous ignorons de ce qui s’est passé»

Le secrétaire général du MMM soutient : «Nous n’avons pas obtenu d’invitation du leader de l’Opposition pour assister à la conférence de presse» Il laisse entendre que le leader du MMM, Paul Bérenger reprendra toute la question lors de sa conférence de presse hebdomadaire, samedi 21 juillet.

De son côté, intervenant sur une radio privée, ce matin, le député Ganoo, a rappelé que lorsque Rajesh Bhagwan était expulsé du Parlement, récemment, le MP et l’ensemble de l’opposition parlementaire s’étaient montrés solidaires de celui-ci.

Continue Reading

Trending