Actu de l'ile Maurice
Actualités

Me Bushan Deepchand : “ L’herbe n’est pas toujours plus verte ailleurs”

Me Bushan Deepchand : “ L’herbe n’est pas toujours plus verte ailleurs”

Me Bushan Deepchand du cabinet d’avocats, Lambeth Solicitors, avertit les Mauriciens, surtout ceux immigrant dans les pays étrangers, notamment en Grande Bretagne, où se trouve son cabinet d’avocats.

Cet avocat de renom a reçu la presse ce jeudi matin à l’Hôtel St Georges. Il voulait sensibiliser la population sur l’affaire concernant Laval Nallacouty et de sa mère. Ainsi, ils pourront rester sur leurs gardes et ne pas tomber dans le même piège.

Il a rappelé que l’affaire remonte à 2016 quand la mère de Laval Nallacouty (83 ans) qui s’était établie en Grande Bretagne pendant plus de cinquante ans s’était faite arnaquer par Jason Mareemootoo et Alan Venkatassen. Profitant de son âge et de sa perte de mémoire, ces deux individus en ont profité pour l’exploiter et lui voler toute son économie et ses biens matériels. Ces derniers sont même allés jusqu’à vendre sa maison, d’une valeur de 450 000 livres sterling à une société anglaise.

Le fils, Laval Nallacouty, qui habite à Maurice, en désespoir de cause, a fait appel à Me Bushan Deepchand  qu’il qualifie de « sauveur » pour lui porter secours. Le maître a en effet pris Laval et sa mère sous sa protection juridique pour réunir mère et fils en Grande Bretagne et activer leurs démarches.

« Nombreux Mauriciens veulent immigrer à l’étranger en pensant que l’herbe y est plus verte, or ce n’est pas toujours le cas. Les Mauriciens doivent bien se renseigner et ne pas signer des documents à l’aveuglette. La mère de Laval est la 3ème victime de ce genre et il y en aura beaucoup plus si la population n’est pas avertie du danger. Plusieurs arnaqueurs guettent et ciblent les personnes âgées en particulier, étant des proies faciles.»

Quant aux sans papiers, il existe des sorties de secours dans la loi qu’on nomme une « discrétion » permettant à ces derniers de justifier leurs cas sans se faire déporter. Me Deepchand encourage donc les Mauriciens à s’informer auprès d’un avocat concernant la juridiction du pays qu’ils veulent adopter.