Actu de l'ile Maurice
Politique

Revue de la semaine politique : le 1er mai et les principaux enjeux

Revue de la semaine politique : le 1er mai et les principaux enjeux

L’actualité politique cette semaine a été marquée, à plus d’un titre, par les célébrations du 1er mai et les principaux enjeux qui y sont liés. La fête du Travail qui au premier abord se voulait être une commémoration ou une journée de réflexion pour la masse des salariés du pays est devenue, au cours de son histoire depuis 1938, un rendez-vous politique, voire une épreuve de force pour les différents partis politiques, petits et grands pour faire passer leurs messages à leurs mandants et partisans. Seul le Parti Travailliste  qui fait exception à la règle en n’organisant plus de meeting à l’occasion du 1er mai et ce depuis 2013.

Le Premier ministre, Pravind Jugnauth, également leader de l’alliance MSM-ML, très en verve, a centré son intervention sur quatre  principaux axes, lors d’un grand meeting national à Place Bazar, Vacoas. Il soutient que la population doit assumer ses responsabilités. «Napa kroir ki bann zafer pu vinn dan dalo ek nu pu atann li koulé. Lepep ena so part de responsabilité», a exhorté le Premier ministre. Il a fait appel à la discipline à tous les niveaux.

Appel à la discipline

Outre un appel à la discipline, Pravind Jugnauth a exprimé des messages forts et symboliques. «Nous serons sans pitié contre ceux qui iront à l’encontre des règlements», a-t-il prevenu. Ainsi, Pravind Jugnauth a lancé une sévère mise en garde aux brebis galeuses.

Par la suite, il est revenu sur la période, au cours de laquelle, Navin Ramgoolam était Premier ministre. « 2005-2014, Ptr finn soutir mafia ladrog », s’est insurgé Pravind Jugnauth. Soulignant que la mafia a prospéré sur les cadavres du peuple, il a dénoncé qu’à maintes reprises dans le passé Navin Ramgoolam avait refusé l’institution d’une Commission d’enquête sur la drogue. «Kifer?», s’est-il demandé. Pravind Jugnauth a maintenu qu’avec le gouvernement MSM/ML «bann baron ladrog pa pu ggne bar

Dans un autre volet de son intervention, le Premier ministre a rassuré : « Nous lutterons pour que les Chagossiens recouvrent leur territoire ». Cela avant d’aborder la politique de logement social. «Nous visons la construction de plus de 6 000 maisons en 2018-2019», a-t-il annoncé.

 Progrès accomplis

Animant une conférence de presse en marge de mobilisation du 1er mai, le président du MSM, Showkutally Soodhun a déploré : «C’est honteux que les grands partis ne seront pas présents à ce grand rendez-vous.»

Abordant le bilan du gouvernement et des avancées dans plusieurs domaines, il a salué Paul Bérenger qui avait félicité Pravind Jugnauth et le ministre Mentor pour les progrès accomplis sur le dossier Chagos.

Revenu à la charge, lors d’une conférence de presse conjointe MSM-ML, ce jeudi 3 mai, pour commenter le meeting du 1er Mai, le président du MSM a soutenu : «C’est un des plus grands rassemblements que nous avons organisé. C’est un rassemblemt arc-en-ciel, regroupant toutes les composantes de la société mauricienne.» Il souligne que cela constitue un encouragement pour le gouvernement pour aller de l’avant.

«Leçons de la partielle…»

Le leader de l’Opposition, Xavier-Luc Duval, également leader du PMSD a, en prélude de la fête du Travail, soutenu que: «C’est le dernier 1er mai avant les élections générales.» Réunissant ses partisans à l’auditorium Octave Wiehe, le leader des bleus a qualifie la façon d’agir de Paul Bérenger de « traîtrise .»  «Foder pas tromper. Kan li attack Collendavelloo, se pas akoz privatization delo, se enn stratégie de Ton Paul…», a-t-il fustigé.

Auparavant, le 28 avril,  face à la presse,  Xavier-Luc Duval a estimé que les élections générales auront lieu avant l’échéance du 1er mai 2019 et que les  célébrations de cette année culminéront à une campagne électorale.

Faisant une virulente sortie contre Paul Bérenger, Xavier-Luc Duval est d’avis que le MMM «est devenu le dernier choix pour contracter une alliance électorale.»  Cela tout en précisant que les bleus ne sont pas dans une logique d’alliance pour le moment.

Nouveau recensement

Par conséquent, Xavier-Luc Duval a annoncé une «refonte» dans l’action du PMSD sur le terrain et à l’Assemblée nationale.  «Nous avons tiré les leçons de la partielle à Belle-Rose/Quatre-Bornes», a-t-il assuré.

En sus d’un nouveau recensement de la population, vu que le dernier exercice a eu lieu en 2011, le leader du PMSD a soutenu l’importance de connaître la composition de la population et trouver des solutions pour que les minorités soient représentées. «Le PMSD est totalement contre l’abolition du Best Loser System» a renchérit XLD.

De son côté, le Mouvement Patriotique a réuni ses partisans lors d’un congrès à Glen Park, Vacoas. «Le MP fera partie du prochain GM», a lancé  le président du MP, Alan Ganoo

Se montrant critique à l’égard de l’alliance gouvernementale pour «non respect de ses promesses électorales», il a laissé entendre que « le MP apportera son soutien au parti qui prendra l’engagement devant le peuple pour honorer ses promesses électorales.» Alan Ganoo a insisté que « la lutte contre la corruption sera l’enjeu des prochaines élections générales.»

«Léthargie»

S’agissant du Collectif 1er mai, regroupant des gauchistes, des syndicalistes et des travailleurs sociaux, il a organisé un rassemblement à Place Taxis, Beau-Bassin. «Les salariés doivent sortir de leur léthargie», a insisté Jack Bizlall. D’autres dirigeants se sont joints à lui pour déplorent l’absence d’engagement de la part des salariés et des membres des syndicats.  Par conséquent, ils ont lancé un appel à la mobilisation.

« Les employés ne font que créer des monstres », a déclaré Jack Bizlalll. Evoquant la création d’un parti politique, il a déploré le désintéressement des employés dans la lutte syndicale. « Sortez de votre confort », a-t-il exhorté..

Quant au Parti Travailliste, le leader Navin Ramgoolam a donné la réplique au gouvernement à travers de journalistes qui l’interrogeaient sur les raisons de ne pas tenir de meeting le 1er mai «Bizin riye ! », a –t-il lancé avant d’ajouter sur un ton laconique : «Be 2011 ki senn la pas ti rode donne la parole ? 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 ki senn la pas ti rode donne la parole ?  Poz zot la question. Fodre pas gob tou ceki zot dir ek repete sa ek mwa.» C’était dimanche 29 avril, au matin à une cérémonie de dépôt de gerbes devant la statue de Pandit Sahadeo à Vacoas en marge des célébrations du 1er mai.

La lutte des salariés

Et le jour du 1er mai, à l’issue d’une cérémonie de dépôt de gerbes, au Square Guy Rozemont, à Port-Louis. Navin Ramgoolam a expliqué en des termes plus clairs : «Le Parti travailliste (Ptr) ne fait plus de meeting du 1er mai depuis plusieurs années.»

Arguant que le Ptr reconnaît la lutte des salariés dans le pays, le leader des rouges a rappelé que le 1er mai a été proclamé jour férié à Maurice sur une motion de Guy Rozemont, tribun du Ptr au conseil législatif d’alors.

Donnant la répliquant à ceux qui l’accusent de s’esquiver par rapport à la tenue d’un meeting du 1er mai, Navin Ramgoolam s’est insurgé :  « Zot finn tom lor zot latet. Parti Travaillist depi 5-6 an  pa fer meeting premié mai.»