Actu de l'ile Maurice
Politique

[Vidéo] Pradeep Jeeha: «Ce n’est pas moi qui quitte le MMM, c’est Bérenger qui me force à le faire»

[Vidéo] Pradeep Jeeha: «Ce n’est pas moi qui quitte le MMM, c’est Bérenger qui me force à le faire»

«Ce n’est pas moi qui quitte le MMM, c’est Bérenger qui me force à le faire» : propos de Pradeep Jeeha, l’un des quatre leaders adjoints du MMM expulsé, lors d’une réunion d’explications au Centre Social de Le Hochet, Terre Rouge, hier soir. Cela en faisant référence à l’histoire du Mahabharat.

S’adressant aux militants, venus de plusieurs régions de No 4 (Port-Louis Nord/Montagne Longue), Les Mariannes, Crève-Cœur,  Vallée des Prêtre, Cité La Cure, entre autres, en présence de Françoise Labelle et des membres suspendus de la régionale du MMM au No 4, il souligne : «C’est Bérenger qui me contraint d’aller faire de la politique ailleurs. Aujourd’hui, ce n’est que le début !»

Il a fait la chronologie des événements qui ont culminé à son expulsion par le Comité Central (CC), dont sa détermination à défendre Steven Obeegadoo, pris sous le coup d’une motion de suspension et confronté à du lynchage public lors de réunions du CC, ces derniers temps.

«J’ai fait appel à mon expulsion. Finalement, Paul Bérenger a fait convoquer une Assemblée générale des délégués le 24 juin, initialement prévue pour le 29 juillet. Il dit avoir recommandé aux membres de rejeter mon appel», s’insurge-t-il avant d’ajouter : «Pendant 40 ans, je m’étais engagé au sein du MMM et Paul Bérenger a trouvé moyen de m’expulser dans un intervalle de 30 jours. C’est très dur !» Selon lui, le leader du MMM paiera le prix lors des prochaines élections générales en 2019. «Qui sème le vent récolte la tempête !», renchérit-il.

Pradeep Jeeha rassure qu’il sera bel et bien présent au No 4 lors de la prochaine joute électorale. «Entre-temps, je sillonnerai le pays tel lors d’un pèlerinage pour voir comment sauver le MMM», dit-il.

Auparavant dans un autre volet de son intervention, le leader adjoint expulsé du MMM rappelle les idéaux du MMM, inspirés de ceux du Parti Travailliste en 1936. Il accentue l’engagement du parti auprès de la classe laborieuse : salariés de divers secteurs ( port, industrie sucrière,  transport…). «Mai 75 était, également, la lutte du MMM», dit-il.

Il note avec regrets que le MMM d’aujourdhui n’est plus le même qu’il était à sa naissance en 1969. «Malheureusement le MMM est entré dans un jeu d’alliances électorales. Par conséquent son influence auprès de l’électorat a été réduite comme une peau de chagrin», martèle Pradeep Jeeha. Pour preuve, indique-t-il, le parti n’a recueilli que 42% des suffrages aux élections générales de 2010 ; 38% aux élections générales de 2014 ; 28% aux municipales de 2012 et 14% à l’élection partielle au No 18 ( Belle Rose/Quatre-Bornes)

Il soutient qu’en tant que leader adjoint, il n’avait pas le droit de passer sous silence le déclin du MMM.  «Lorsqu’on essaie de faire entendre raison à Paul Bérenger, il devient intransigeant. Par exemple, j’avais dit de ne pas casser le Remake avec le MSM. Mais, Bérenger n’accepte pas des critiques. Il menace, suspend, expulse… C’est un faux démocrate !»,  dénonce le leader adjoint expulsé.  Il déplore que celui-ci ne respecte pas la nouvelle constitution du MMM.

S’adressant à Paul Bérenger, il n’a qu’un seul message : «Aret assize dan salon. Aret assiz dan conference de presse. Aret ale kashiet le 1er mai dan Plaza…Retourn kuma ti été en 1969»