Actu de l'ile Maurice
Politique

[2e partie] Revue politique: le sort de Jeeha et celui d’Obeegadoo suspendus à une épée de Damoclès

[2e partie] Revue politique: le sort de Jeeha et celui d’Obeegadoo suspendus à une épée de Damoclès

Du coup, Steven Obeegadoo ignore s’il sera candidat pour le CC.  «Françoise Labelle avait demandé que la liste des électeurs de notre assemblée des délégués soit mise à jour avant ces élections, comme le stipule la constitution, puisque dans certaines branches il manque des membres. Sa demande a été rejetée. Je suis donc inquiet»,  a affirmé l’ancien ministre dans une déclaration à un quotidien le 7 mai. Ainsi, Obeegadoo affirme qu’il n’a pas encore pris de décision sur sa candidature. Néanmoins,  il devra prendre une décision d’ici le 18 mai.

Situation presque identique pour Pradeep Jeeha. Expulsé de toutes les instances du MMM, l’ancien adjoint leader a décidé de ne pas baisser pas les bras. Il a fait appel.

«C’est mon droit de faire appel. Paul Bérenger, le leader l’a dit lui-même, lors de sa conférence de presse, que je pourrai faire appel contre la décision du comité central» :  propos de Pradeep Jeeha, dans une déclaration à Inside News, le 4 mai. De ce fait, il demande  formellement au secrétaire général de convoquer une assemblée des délégués spéciale en vue de revoir la décision prise contre lui

 Mais, Paul Bérenger tient la ligne dure, car selon lui, il s’agit d’une «tentative déguisée» de faire du tort au MMM. Par conséquent, le leader du MMM a dit recommander à l’Assemblée des délégués de rejeter l’appel de Pradeep Jeeha.

«Le MMM n’est plus en contact avec la base»

Ainsi, ils sont quatre membres du CC, en l’occurrence Françoise Labelle, Steven Obeegadoo, Moorgesh Veerabadren et Vinaye Soobrun, à avoir voté contre la motion visant à rejeter l’appel de Pradeep Jeeha.

Dans une interview accordée à un quotidien, le 8 mai, Françoise Labelle a déclaré : « On sent que le MMM n’est plus en contact avec la base » L’ancienne députée du MMM vole à la défense de Steeve Obeegadoo qu’elle décrit comme «une victime de son leader Paul Bérenger.»

 Revenu à la charge, Pradeep Jeeha a rencontré de militants et autres sympathisants de No 4 au centre social Le Hochet, Terre Rouge mercredi 9 mai. «Ce n’est pas moi qui quitte le MMM, c’est Paul Bérenger qui me force à le faire», a-t-il lancé publiquement avant d’ajouter : «Paul Bérenger paiera le prix de mon expulsion lors des élections générales de 2019.»

Lors de cette réunion, Pradeep Jeeha a bénéficié du soutien deFrançoise Labelle, membre du CC et de membres de l’exécutif de la régionale No 4, suspendus pour une durée indéterminée par le leader des mauves. «On ne peut biffer d’un trait de plume Pradeep Jeeha du MMM», a soutenu Françoise Labelle.

Quant aux membres de l’exécutif de la régionale No 4 suspendus, sous la férule du président, Swadesh Babajee, ils sont montés au créneau pour exprimer leur renouveler leur soutien à Pradeep Jeeha. Et ils ont lancé un ultimatum au MMM. «Lundi 14 mai, BP bizin decide ki pou fer ar nou. Fou nou dehor ou pas»

  La réplique au trio Jeeha-Labelle-Obeegadoo

Face à cette situation, le secrétaire-général, Ajay Gunnesh dans une interview, accordée à un quotidien, vendredi 11 mai, donne la réplique au trio Steven Obeegadoo-Pradeep Jeeha-Françoise Labelle. «On nous poignarde de l’intérieur du MMM», cela avant d’ajouter : «Obeegadoo a 100% tort quand il parle dans la presse. Il aurait eu 100% raison s’il s’était battu pour ses idées à l’intérieur du parti»

Autre fait politique, cette semaine est Dorine Chukowry, ancien Lord-maire de Port-Louis et démissionnaire du MMM qui envisagerait d’intégrer le Parti Travailliste.

Selon certaines sources, l’ancien membre du MMM serait en pourparlers avec les Rouges.

Pour rappel, Dorine Chukowry avait claqué la porte du MMM le 5 avril dernier. Elle confiait de ne plus pouvoir supporter les conflits entre les membres de la circonscription no 1 (Grande Rivière/Nord-Ouest/Port-Louis Ouest). Elle devait concéder «ne jamais dire jamais» quant à son avenir politique.

S’agissant du projet de loi sur le don d’organe, Paul Bérenger a salué les efforts d’Anwar Husnoo, ministre de la Santé et de la Qualité de la Vie.

De son côté, Paramasivum Pillay Vyapoory, président de la République par intérim a lors d’une interview déclaré : « Un président est le premier défenseur de la Constitution »

Chez les Bleus, les dirigeants et les partisans ont rendu hommage à sir Gaëtan Duval (SGD) pour l’œuvre accomplie, samedi dernier. Il y a 22 ans, soit le 5 mai 1996, mourait SGD.

Hommage à sir Gaëtan Duval

Des prières et dépôts de0 gerbes ont eu lieu devant son buste dans la cour des mairies de Curepipe et de Beau-Bassin/Rose-Hill, ainsi que sur son tombeau au cimetière St-Jean.

« SGD reste bien présent dans l’action politique du PMSD, qui aspire à honorer sa mémoire et faire honneur à ses principes. Vingt-deux ans après sa mort, il demeure bien vivant dans le cœur des membres et partisans du parti », a affirmé Adrien Duval, son petit-fils à un quotidien. « Nous continuerons son œuvre», a-t-il ajouté.

Pour sa part, Alain Gordon-Gentil, écrivain et journaliste, a soutenu dans une interview de presse le 4 mai : «On ne remplace pas des hommes de la trempe de sir Gaëtan Duval.» Auteur du Droit à l’Excès et L’Incarné du voyage, livres consacrés à SGD, Alain Gordon-Gentil vient de présenter Gaëtan Duval, une vie, un film-documentaire le 3 mai.

Toujours au PMSD, la nomination de Kushal Lobine en tant que nouveau porte-parole serait déjà contestée. La principale reproche faite à l’encontre de ce dernier : son passé, vu qu’il avait été pendant un certain temps, membre du Parti Travailliste et de surcroît, président du conseil d’Administration de la Wastewater Management Authority (WMA).