Actu de l'ile Maurice
Actualités

Décisions du Cabinet : la Commission mixte Maurice-Madagascar se tiendra du 14 au 17 mai

Décisions du Cabinet : la Commission mixte Maurice-Madagascar se tiendra du 14 au 17 mai

Vendredi 11 mai, le Conseil des ministres, présidé par Pravind Jugnauth, a arrêté plusieurs décisions. Le Cabinet a accepté de signer un accord bilatéral commercial avec Madagascar en marge de la Commission mixte Maurice-Madagascar qui aura lieu à Maurice du 14 au 17 mai 2018.

Les lignes directrices de cet accord bilatéral commercial portent sur l’amélioration du commerce et l’élimination des obstacles. Il prévoit, également, la mise en place d’une plate-forme, par l’intermédiaire de la Commission mixte, afin que les deux

les pays puissent se réunir et régler rapidement les problèmes qui surgissent dans leurs échanges bilatéraux.

Dans ce même contexte, le Cabinet a, également, donné son feu vert pour que Maurice signe un Protocole d’accord sur la Coopération Culturelle avec Madagascar. Ce Protocole encouragerait : (a) une participation de groupes artistiques à des manifestations culturelles internationales dans les pays respectifs; (b) une étroite collaboration entre des institutions clés telles que le département des Archives nationales, le Mauritius Museums Council, l’Aapravasi Ghat Trust Fund et la Bibliothèque nationale; (c) un soutien aux projets liés à la généalogie et l’Intercontinental Slavery Museum  et (d) le jumelage du paysage culturel du Morne de Maurice avec la Colline Royale d’Ambohimanga de Madagascar, deux sites du patrimoine mondial de l’UNESCO.

Le Conseil des ministres a aussi pris note de la signature d’un Accord d’assistance administrative mutuelle en matière douanière entre la Mauritius Revenue Authority (MRA) et les autorités avec les autorités douanières malgaches.

Cet accord porte sur plusieurs points : (a) l’établissement des perspectives et des modalités desquelles une assistance sera fournie; (b) les échanges d’informations et l’assistance mutuelle en vue de prévenir, d’enquêter et de combattre les infractions douanières, le trafic de droits illégaux,  le

blanchiment d’argent et le financement du terrorisme; (c) la promotion du transfert d’expertise, de nouvelles techniques et de meilleures pratiques et; (d) la fourniture d’une autre assistance technique en matière douanière.