Actu de l'ile Maurice
Politique

Paul Bérenger sur la plage de Pomponette : « Il faut revoir l’aspect de sécurité »

Paul Bérenger sur la plage de Pomponette : « Il faut revoir l’aspect de sécurité »

Le leader du MMM animait sa conférence de presse hebdomadaire ce samedi 12 mai. Commentant la plage de Pomponette, Paul Bérenger a lancé que « c’était inévitable que nous atteignons un niveau de saturation. » Ce dernier ajoute aussi que « pe donner mem lotel. » Il est d’avis qu’il y aura un moment où la population dira « enough is enough. »

Paul Bérenger demande au gouvernement de faire attention à ne donner aucun permis à de nouveau hôtels. « In byen donne pou bann lotel, » fait-il savoir, même s’il est d’avis que le tourisme reste un aspect fondamental de notre pays. Il explique également que le permis avait été octroyé en 2006 sous le régime travailliste. « Depuis on a changé de propriétaire et de promoteur. »

Le leader des Mauves soutient que ce qui lui inquiète, c’est surtout l’aspect de sécurité. Il cite ici les nombreux cas de noyades. « Nune perdi kont le nomb de noyad. » Paul Bérenger parle de 1968 où sept élèves du QEC avaient disparu avec leur maître-nageur. « Zame finn gayn personn. »

Paul Bérenger parle également du rapport de Gibb Mauritius de janvier 2007. Il y est mentionné qu’il y a des risques de noyades, ainsi on avait prévu deux swimming/dip zones. Un système de baywatch au courant de la journée avait aussi été recommandé et également un bateau de sauvetage. « Pakone kifer zot in soizir sa plass la pou enn lotel 5 etoile, » déplore-t-il.

Le leader du MMM évoque aussi la présence des requins à La Réunion qui se situe juste à côté. Il concède que certes qu’il n’y a jamais eu d’attaques de requin à Maurice, mais qu’avec l’aquaculture, le risque est réel.

Paul Bérenger pense que la mise en place d’un select committee au Parlement serait convenable par rapport à ce dossier. « Il faut dépolitiser ce sujet et revoir les aspects de sécurité. »

Dans la foulée, le leader des Mauves estime qu’il sera aussi à l’écoute des ONGs, telles que Aret Kokin Nu Laplaz (AKNL).