Actu de l'ile Maurice
Actualités

Chiens errants : une dizaine de plages publiques envahies

Chiens errants : une dizaine de plages publiques envahies

La Beach Authority ainsi que la Mauritius Society for Animal Welfare reçoit de nombreuses plaintes quant à la présence de chiens errants sur différentes plages publiques. Notamment d’Albion, La Cambuse, Péreybère, St Félix, Le Bouchon, Blue Bay, Flic en Flac et Pointe aux Sables entre autres.

Pourquoi justement cette prolifération? Un responsable de la MSAW affirme que malgré les campagnes de ramassage et de sensibilisation, certains propriétaires et d’autres individus viennent se débarrasser des chiots dans ces endroits. Les plages publiques sont très ciblées par les propriétaires. « Ils savent que les animaux pourront facilement avoir de la nourriture.» Cela devient un problème pour les pique-niqueurs et les touristes. Des plaintes liées à l’hygiène et aux attaques potentielles de chiens sur les plages sont répertoriées tous les jours. C’est dans cette optique, que la Beach Authority ainsi que la MSAW travaille en collaboration pour diminuer le nombre des chiens errants sur les plages. La Dog Control Unit de la MSAW a capturé 400 chiens de janvier 2017 à ce jour.

Autre pratique qui encourage la prolifération des chiens errants : les ‘feeding events’ organisés sur les plages publiques. Les personnes viennent alors donner à manger aux chiens. « Cela attire d’autres chiens errants. » Certaines dispositions seront prises afin d’y remédier. « Si une personne veut recueillir un chien, la personne doit prendre en charge l’animal complètement. Non seulement lui donner de la nourriture mais aussi lui construire une niche adéquate dans un endroit sécurisé, lui prodiguer des soins chez un vétérinaire entre autres. »

A savoir que la MSAW offre aussi le service de stérilisation gratuite pour les chiens et chats afin de diminuer les cas d’abandons. Vous pouvez prendre rendez-vous dans les trois cliniques de la MSAW ; Rose Hill, Rose Belle et Calodyne. Abonner un chien est considéré comme un acte de maltraitance sous l’Animal Welfare Act. Les coupables sont passibles d’une amende ne dépassant pas 15 000 roupies et d’une peine d’emprisonnement ne dépassant pas 6 mois.