Actu de l'ile Maurice
Politique

Chaise musicale…

Chaise musicale…

Navin Ramgoolam procède actuellement à certains changements, voire une redistribution des cartes au niveau de certaines circonscriptions. Mireille Martin, l’ancienne ministre du Droit de la Femme, qui s’était vue parachutée à la circonscription no1 (Grande-Rivière-Noire-Ouest–Port-Louis Ouest) lors de la dernière joute électorale en décembre 2014, fait son come back au no4 (Port-Louis Nord-Montagne-Longue), où elle avait été élue en tête de liste en 2010.

Selon nos renseignements, le retour de Mireille Martin au No 4 s’inscrit dans une perspective de regrouper tous les sympathisants du Ptr et de râtisser large. Cela d’autant plus que le bruit court,  depuis un certain moment, que la secrétaire-générale du Ptr ne s’intéresserait plus avec No 4. D’où la décision de Navin Ramgoolam d’y déléguer une personne inspirant un «feel good factor»

Interrogée, Mireille Martim a confirmé qu’elle travaille déjà au No 4, selon les instructions de son leader. «Le Ptr est bien accueilli au No 4. Le public  commence à réaliser que ce parti est là pour le défendre. Le vent doit souffler…», déclare-t-elle dans une déclaration à Inside News, ce 13 mai 2018. Pressée de questions, l’ancienne ministre n’a pas en dire plus.

Tout laisse croire que Kalyanee Juggoo, secrétaire générale du Ptr serait mutée ailleurs, oû l’herbe serait plus verte. Selon nos recoupements d’informations, la secrétaire-générale serait mutée au No 7 (Piton–Rivière-du-Rempart), une circonscription qui ne lui est pas inconnue.

«Franchement dire, je ne sais pas, où je serai candidate. Je suis toujours au No 4», soutient la secrétaire-générale du Ptr à Inside News. Tout en confirmant l’engagement de Mireille Martin sur le terrain au No, elle souligne que le leader des rouges est en train de préparer sa liste de candidats en marge des prochaines élections générales. «A la lumière des spécificités des circonscriptions, il est en train de voir, où chaque candidat est valable»

Labourer le terrain dans une circonscription ne veut nullement dire obtenir l’investiture du parti pour une joute électorale, précise-t-on dans les milieux du Ptr. «L’octroi des tickets est la prérogative du leader», soutient les mêmes sources.

Chez les rouges, le leader qui était battu dans son fief au No 5 (Triolet/Pamplemousses) en 2014, il se chuchote que son cœur balance entre la circonscription No 5 et 10 (Montagne Blanche/GRSE). D’ailleurs, il avait réglé ses comptes avec Triolet en marge des célébrations de la fête Dival en 2017.