Actu de l'ile Maurice
Monde

Scandale de pédophilie : des évèquent chiliens démissionent en masse

Scandale de pédophilie : des évèquent chiliens démissionent en masse

DATE À RETENIR : Ce vendredi 18 mai, chaque évêque chilien accepte volontairement de démissionner suite à un scandale de crimes sexuels et de dissimulation, dans la plus grande controverse de la longue histoire de la saga des abus de l’Église catholique.

À la fin d’une réunion d’urgence avec le pape François, les 31 évêques actifs et les trois retraités de Rome ont signé un document proposant de démissionner et de remettre leur sort entre les mains du pape. François peut accepter les démissions une par une, les rejeter ou retarder toute décision.
Des appels avaient été lancés pour les démissions après la publication des détails du contenu d’un rapport de 2300 pages du Vatican sur le scandale chilien, divulgué vendredi matin. François avait accusé les évêques de détruire les preuves d’abus sexuels, faisant pression sur les enquêteurs pour minimiser les accusations d’abus et montrant une “négligence grave” dans la protection des enfants contre les prêtres pédophiles.
Dans un des documents les plus accablants du Vatican sur la question, le pape a déclaré que toute la hiérarchie de l’église chilienne était collectivement responsable des “graves fautes” dans le traitement des affaires et de la perte de crédibilité qui en résultait pour l’Eglise catholique.
Personne ne peut s’en dispenser et placer le problème sur les épaules des autres“, écrit le pape François dans le document, qui a été publié par la télévision chilienne T13 et confirmé vendredi précis par le Vatican.
Dans une déclaration en réponse, les évêques chiliens ont déclaré que le contenu du document était “absolument déplorable” et qu’il présentait un “excès d’autorité et de conscience inacceptable”, ainsi que des abus sexuels. Ils ont demandé pardon aux victimes, au pape et à tous les catholiques et ont juré de réparer les dégâts.
C’est effectivement la toute première fois dans l’histoire que toute une communauté nationale des évêques ait offert de démissionner en masse pour un scandale, et a mis à nu la dévastation que la crise des abus sexuels a causé à l’Église catholique au Chili et au-delà. Espérons, dorénavant, qu’il n’y ait plus ce genre d’abus venant de la part des prêtres qui sont censés être des symboles de référence et aussi de révérence, dans notre société. Amen.