Actu de l'ile Maurice
Société

Chiens de race : des personnes bernées par des arnaqueurs

Chiens de race : des personnes bernées par des arnaqueurs

La Mauritius Society for Animal Welfare (MSAW) tire la sonnette d’alarme. Des plaintes ont été enregistrées à la MSAW ainsi qu’à l’Animal Welfare Unit (AWU).

En effet, certaines personnes ont payé des sommes exorbitantes mais se sont retrouvées avec des chiens ordinaires à l’instar d’un dénommé Rajiv. Ce dernier voulait acheter un berger allemand mais s’est finalement retrouvé avec un mélange de chien de race. Sanwantee, s’est elle aussi, procurée un berger allemand. Cependant elle n’a obtenu aucun document de la part de l’éleveur. De ce fait, cela devient plus compliqué pour le faire enregistrer puisque les autorités doivent faire leur enquête pour savoir s’il ne s’agit pas d’un chien volé.

« Il y a des procédures à suivre lorsque vous achetez un chien de race», fait ressortir un responsable de la MSAW. Malheureusement, beaucoup de personnes sont tellement excitées à l’idée d’avoir un chien de race, à prix réduit, qu’elles oublient de faire les papiers. « Sur le long terme, elles se retrouvent avec d’autres complications. C’est surtout le cas pour ceux qui achètent des chiens auprès des personnes qui font des annonces sur les réseaux sociaux. »

La MSAW fait appel à ceux qui veulent acheter un chien de race, de le faire auprès des éleveurs enregistrés à l’AWU. « Les éleveurs enregistrés suivent des règlements très stricts et doivent impérativement fournir les documents nécessaires à l’acheteur surtout pour l’enregistrement. » L’AWU bénéficie d’une base de données et toute personne voulant acheter un chien de race peut avoir des informations précises auprès des officiers.

A savoir que toute personne qui est engagée dans les pratiques de vente de chiens de race doit avoir un permis en bonne et due forme. Le permis est délivré par les officiers de l’AWU après avoir vérifié que l’éleveur ait pris toutes les dispositions.

La vente de chiens sans permis est punissable, sous l’Animal Welfare Act. Si une personne est trouvée coupable, elle sera passible d’une amende ne dépassant pas Rs 50,000 et d’une peine d’emprisonnement ne dépassant pas 2 ans.