Actu de l'ile Maurice
Actualités

Wildlife Foundation : la biodiversité à Maurice, un travail en continue

Wildlife Foundation : la biodiversité à Maurice, un travail en continue

Nous avons observé le 22 mai la journée mondiale de la biodiversité et Inside News s’est entretenu avec le docteur Vikash Tatayah, directeur executif par intérim à la Wildlife Foundation.

Pour comprendre la situation actuelle de la biodiversité à Maurice, il faut remonter à quelques années, nous explique ce dernier. Le docteur Tataya nous explique que nous avons subi depuis bien des années un appauvrissement de notre biodiversité, « notre faune et notre flore est en danger que ce soit à Maurice ou à Rodrigues », nous confie t-il. Cette situation affecte non seulement les espèces endémiques, les habitats mais également notre écosystème. Le docteur Tatayah souligne la chute considérable du nombre de chauve souris de Maurice suite aux nombreuses opérations d’abattages et le déclin de certaines plantes endémiques – une situation qui serait inquiétante et susciterait des mesures correctives.

Toutefois, la situation de la biodiversité ne broie pas totalement du noir sur notre île. La Wildlife Foundation a noté depuis quelques années, une stabilité ou encore une croissance de certaines espèces. Pour cause, la population des pigeons des mares n’a pas connu de déclin, tandis que le nombre des gros cateau vert a connu une hausse rassurante.

Idem pour le cardinal de Maurice qui a échappé à l’extinction grâce aux mesures de la Wildlife Foundation. « Les exercices de translocation ont permis d’accroître la population des Cardinals de Maurice jusqu’à 300 juste sur l’île aux Aigrettes, » nous confesse t-il. Néanmoins, cette amélioration ne signifie pas la fin du combat « nous ne pouvons nous reposer sur nos lauriers car beaucoup reste à faire » selon le docteur. Il déclare que la Wildlife a déposé deux propositions majeures au bureau du Premier ministre en vue du Budget 2018-19.

La première requête est le maintien de la contribution du CSR et demande à une non-réduction de celle-ci. En deuxième lieu, la Wildlife Foundation demande une exemption ou un remboursement de la taxe afin d’alléger le fardeau financier de leur organisme qui milite pour la conservation de notre faune et notre flore. Elle espère ainsi que le gouvernement comprenne les enjeux qui pèsent sur notre écosystème et notre biodiversité.