Actu de l'ile Maurice
Actualités

Politique nationale de l’emploi – Pradeep Dursun : « Ne pas brûler les étapes »

Politique nationale de l’emploi – Pradeep Dursun : « Ne pas brûler les étapes »

Un atelier de travail sur la National Employment Policy a eu lieu les 22 et 23 mai à l’hôtel Gold Crest à Quatre-Bornes. L’objectif c’est surtout de trouver des solutions afin de réduire le taux de chômage. Prenant la parole, le ministre Soodesh Callichurn avait déclaré qu’en 2017, il y avait 41 800 chômeurs.

Pour Pradeep Dursun, Chief Operating Officer (COO) de Business Mauritius, cet atelier de travail était une rencontre tripartite avec plusieurs parties prenantes, dont un représentant de l’ILO (International Labour Organisation). « Ce sont tous des facilitateurs pour la mise en place d’une National Employment Policy», nous déclare-t-il.

Il estime que d’ici juillet une ébauche sera prête et la politique nationale de l’emploi verra le jour jusqu’à la fin de l’année. Pour lui, il ne faut pas brûler les étapes, car le dialogue social est essentiel. Il est d’avis que la politique nationale de l’emploi n’est pas faite pour seulement une personne. « C’est une feuille de route nationale », fait-il savoir.

« C’est sous-entendu que la National Employment Policy nécessite des consultations avec toutes les parties prenantes, que ce soit des entreprises, des syndicats, le gouvernement ou les travailleurs », affirme-t-il.

Il ajoute qu’un drafting committee sera tout d’abord instauré. Le comité soumettra son rapport sur ce dossier et fera par la suite la validation et des recommandations. Il poursuit que la National Employment Policy devra avoir une perspective à long terme sur le marché du travail, que ce soit en quantité ou en ce qu’il s’agit de la qualité.

Il rappelle que ce projet de politique nationale de l’emploi remonte à 2010. Les travaux avaient déjà débuté et une première ébauche avait même été circulée. « Ce projet a pris beaucoup de retard », affirme-t-il. Il ajoute qu’il faut plusieurs consultations au sujet du marché du travail, soit connaître les « policy areas. » Le COO de Business Mauritius souligne qu’aujourd’hui c’est le ministère du Travail qui chapeaute ce projet.

Il soutient que ce dossier est maintenant dans une phase où il faut développer les consensus sur les orientations que la National Employment Policy doit adresser. Pradeep Dursun cite les politiques de chômage, la création d’emploi, l’investissement ou la formation. Pour lui, il faut qu’il y ait une entente dans le système d’éducation et l’industrie de l’emploi. Plusieurs autres sujets ont également été évoqués lors de cet atelier de travail. Il y a notamment le chômage parmi les jeunes et les femmes.

Le COO de Business Mauritius indique qu’il y a une nécessité de « policy coherence. » Pour Pradeep Dursun, la National Employment Policy ne doit pas exister dans un « vacuum » mais elle doit intégrer la politique nationale du pays du côté économique et aussi sociale. Il parle de la politique sectorielle ou la stratégie d’exportation. Il mentionne également l’informatique, l’économie bleue. « Toutes ces politiques doivent être prises en considération, » nous explique-t-il.

Pradeep Dursun parle de l’EESE (Enabling Environment for Sustainable Enterprises) et fait savoir qu’il est essentiel d’avoir un climat propice pour les entreprises. Selon lui, la politique nationale de l’emploi doit aussi prendre en considération les mutations dans le monde du travail. Il parle de l’avenir dans ce monde et parle de l’économie collaborative et le « freelancing » où beaucoup se lanceront dans des activités rémunératrices, économiques et productives.

Pradeep Dursun commente la technologie « qui changera les mœurs au travail »Il pense qu’il n’y aura plus de « unified workplace » et de « unified workers ». Selon lui, il faut découpler « job » et « work ». Il explique que certaines personnes pourraient être « jobless » mais pas « workless ». Le COO de Business Mauritius évoque l’ère digitale qui permet à acquérir l’indépendance dans différentes formes.

Bhoopa Brizmohun, secrétaire de la Government General Services Union (GGSU) affirme pour sa part, qu’à ce stade, il serait prématuré de dire quelles seront les recommandations faites dans l’atelier de travail. « Il faut attendre que tout soit finalisé ». Selon la secrétaire de la GGSU, l’essentiel reste qu’un objectif soit fixé et que la politique nationale de l’emploi soit en vigueur avant les prochaines élections.

Radhakrishna Sadien, président de la Government Services Employees Association (GSEA) parle sur l’emploi durable. Il est d’avis que de nos jours « natir travay pe sanze. » Il estime que la population doit venir avec une « compréhension commune » sur l’avenir de l’emploi à Maurice. Il ajoute qu’il a évoqué la présence des travailleurs étrangers au pays. Il pense qu’il faut voir comment ces derniers s’intègrent au sein du monde de travail et surtout sur quelles sont les conséquences sur les travailleurs mauriciens.

Radhakrishna Sadien commente également les rôles des institutions de formation telles que le prévoc. « Il faut une remise en question de leur rôle. » En dernier lieu, le Président de la GSEA parle du problème de « mismatch » à Maurice. « Il n’y a pas assez de main-d’œuvre ici et il y a des formations dans des domaines pour ensuite rechercher de l’emploi dans des autres domaines ».