Actu de l'ile Maurice
Actualités

Santé: Le Pesticides Regulatory Office comme chien de garde contre les abus

Santé: Le Pesticides Regulatory Office comme chien de garde contre les abus

Les planteurs n’ont qu’à bien se tenir. L’utilisation abusive des pesticides dans les plantations sera réglementée avec le vote prochain de la Pesticide Bill, qui a été présentée la semaine dernière à l’Assemblée nationale. Un bureau, la Pesticide Regulatory Office agira comme chien de garde et les officiers seront légalement autorisés à débarquer dans les plantations pour des tests. Les planteurs devront eux suivre un programme qui sera dispensé par le ministère avant d’être autorisé à utiliser des pesticides dans leurs champs.

Le gouvernement tient donc parole, car la santé des Mauriciens n’a pas de prix. Nous y attardons sur les points importants de ce projet de loi. L’objectif de ce bill est de “regulate, control and monitor the importation and use of pesticides in or on certain fresh fruits, plants, seeds or vegetables with a view to, inter alia, minimising risks to human health and the environment.”

Le message du ministre de l’Agro Industrie, Mahen Seeruttun ne pouvait être plus clair. Nous retenons d’abord et avant la création prochaine de la Pesticides Regulatory Office qui sera dirigé par un “Supervising Officier” et c’est lui qui nommera les autres officiers. Les pouvoirs de ce bureau sont, entres autres, réglementer, contrôler et superviser l’utilisation des pesticides sur les produits agricoles, développer des stratégies pour réduire les risques après l’utilisation des conteneurs des pesticides, présenter un Code de pratique et informer le ministre sur tous sujets relatifs à l’utilisation des pesticides.

Chaque officier affecté à ce bureau obtiendra une pièce d’identité et il sera légalement autorisé à entrer sur des plantations pour effectuer des tests sur des produits qui sont en train d’être collectés pour être vendu ou stocké pour des ventes éventuelles. Ces officiers disposeront aussi des pouvoirs pour effectuer des fouilles, prendre des photos, procéder à des saisies des produits agricoles et des documents sur les plantations ou sur les propriétés des vendeurs.

Après une saisie, l’officier doit s’assurer que l’échantillon est préservé et soumis le plus rapidement possible à un laboratoire. Et si l’analyse s’avère positive, un ‘improvement notice’ sera servi au responsable, qui disposera de 14 jours pour suivre les directives qui lui seront données. La nouvelle loi va aussi s’assurer que les produits importés respectent le taux de MRL (maximum residue level) recommandé. Une liste détaillée des doses à être utilisées est mentionnée dans ce bill.

Que risquent les coupables?

Pour une première offense sous cette loi, un planteur est paisible à une amende ne dépassant pas les Rs 10 000. En cas de récidive, l’amende maximum sera de Rs 25 000 et en cas de troisième offense, l’amende peut aller jusqu’à Rs 50 000 avec une peine d’emprisonnement ne dépassant pas une année. Une personne qui bloque l’accès à un officier du Pesticides Regulatory Office risque une amende de Rs 5 000.