Actu de l'ile Maurice
Actualités

Rashid Imrith : « De nombreux fonctionnaires n’ont pas accès à l’informatique »

Rashid Imrith : « De nombreux fonctionnaires n’ont pas accès à l’informatique »

La 9e conférence annuelle de la SADC Regional United Nations Public Administration Network (UNPAN) a eu lieu, le lundi 28 mai. Cette conférence était axée sur la numérisation dans la Fonction publique.

Eddy Boissezon, ministre de la Fonction publique a affirmé que, tout est mis en oeuvre pour que Maurice soit à l’avant-garde de la digitalisation.

Rashid Imrith, Président de la Government General Services Union (GGSU) estime que la numérisation de la Fonction publique signifie avoir des compétences informatiques. Il affirme que beaucoup de fonctionnaires n’ont pas accès à la technologie. « Ena bizin atann so tour pou servi ordinater », déplore-t-il. Rashid Imrith ajoute que bon nombre de personnes œuvrant dans  la Fonction publique ne sont pas «computer literate».

Le gouvernement devrait-il s’engager à dispenser des formations ?

Rashid Imrith fait remarquer que si nous parlons de formation, alors, 50% du budget qui seraient alloués à la formation des employés de la Fonction publique seront injectés directement dans la caisse du ministère des Finances. Il indique qu’il n’y a pas de volonté de la part du gouvernement pour s’engager dans de programmes de formation.

Il explique que lorsqu’on parle de la digitalisation de la Fonction publique, il faut citer le Human Resource Management Information System (HRMIS). Le HRMIS permettrait l’informatisation des données sur les ressources humaines.

Le président de la GGSU commente également l’e-service. Il souligne qu’auparavant, les citoyens devaient se déplacer pour entreprendre des démarches. Il parle notamment des formulaires de l’income tax. « A présent, on peut remplir ces formulaires de chez soi », soutient-il. Rashid Imrith soutient qu’il restera toujours partisan d’aller plus vite avec l’e-service.

« Dimunn pa le deranze, » lance-t-il. Le président de la GGSU soutient que Maurice a déjà parcouru un long chemin en ce qu’il s’agit de ce système. En revanche, il estime que le gouvernement ne voudra pas investir dans la logistique.