Connect with us

Politique

Augmentation du nombre de séances parlementaires : qu’en pensent nos politiciens ?

Published

on

Augmentation du nombre de séances parlementaires : qu’en pensent nos politiciens ?

Augmentation du nombre de séances parlementaires : qu’en pensent nos politiciens ?

Le débat est lancé. Désormais, chaque semaine, nous avons la possibilité de suivre les débats de séances parlementaires qui sont diffusés en live sur la  télévision. Bon nombre de personnes notent que certaines questions restent, soit sans réponse ou n’arrivent pas d’être posées, vu que le temps alloué est écoulé. La raison ? Faute de temps, arguent certains observateurs. La question se pose: le moment n’est-il pas propice pour augmenter le nombre de séances parlementaires par semaine ? A cet effet, Inside News a pris l’avis de quelques politiciens sur le sujet.

« Augmenter le nombre de séances parlementaires ne permettra pas aux membres du gouvernement d’avancer dans leurs dossiers respectifs. Nou nou ena enn pays pou rouler, contrairma à l’oppozision ! », avance Bobby Hurreeram, le Chief Whip de la majorité. S’opposant à cette proposition. il fait-il ressortir: « Si travay la pa fer, bann-la mem [l’opposition] ki pu vinn kritiker ». Donc, pour Bobby Hurreeram, une séance parlementaire hebdomadaire « est largement suffisante avoir des débats constructifs ».

Pour sa part, Shakeel Mohamed, le chef de fil du Ptr à l’Assemblée nationale ne partage pas cet avis. Il se prononce pour  l’instauration d’une deuxième session parlementaire par semaine. Cependant, le député travailliste estime que cela n’apportera pas grand-chose à l’avancement des débats. Il est convaincu qu’il faut avant tout que « l’attitude du Speaker de l’Assemblée nationale change.» «Ses démarches ne sont pas équitables ! », déplore-t-il.

Pour Tania Diolle, politologue, elle argue qu’il est grand temps de trouver une solution à cette situation. « Ce n’est pas possible qu’on voit des questions qui soient retirées, alors qu’elles concernent des sujets de grande importance ! », soutient-elle.  Elle se joint à Shakeel Mohamed pour suggérer la nécessité d’augmenter le nombre de séances parlementaires. « Pourquoi pas deux jours par semaine », se demande-t-elle.

On a tenté d’avoir l’opinion du leader de l’opposition, Xavier-Luc Duval. Mais, Il est resté injoignable.

Advertisement

Politique

MMM – Steven Obeegadoo: «Nous continuerons à mobiliser les militants»

Published

on

MMM - Steven Obeegadoo: «Nous continuerons à mobiliser les militants»

MMM – Steven Obeegadoo: «Nous continuerons à mobiliser les militants»

«Nous continuerons à rencontrer les militants. Nous continuerons à les mobiliser autour du projet pour un nouveau MMM,» affirme Steven Obeegadoo, ancien président de la commission de l’Education au MMM dans une déclaration à Inside News, cet après-midi.

Il rejoint en quelque sorte la même voie tracée par Pradeep Jeeha, leader adjoint du MMM expulsé, qui précédemment, lors d’une réunion d’explications dans la circonscription No 4 ( Port-Louis Nord/Montagne Longue) a dit prendre son bâton de pèlerin pour mobiliser les militants aux quatre coins du pays.

Vu que l’appel de Steven Obeegadoo, ainsi que celui de onze de ses autres camarades du Comité Central (CC) sortant, signataires d’une lettre ouverte, adressée à Paul Bérenger, leader du MMM pour le renvoi du scrutin du 24 pour le renouvellement du CC, n’a pas été entendu, Steven Obeegadoo soutient qu’il ne compte pas baisser les bras.

Invité à commenter l’interview de presse d’Ajay Gunness, secrétaire général du MMM, à l’effet qu’ «Obeegadoo a été marqué d’abord par le fait qu’il n’a pas été élu en  décembre 2014, ensuite parce qu’il n’a pas obtenu le poste de secrétaire général du MMM, poste qu’il convoitait en 2015», Steven Obeegadoo lance sans ambages : «Je n’ai pas à me polémiquer avec Ajay Guness. Mon combat est tout autre.»

De son côté, Swadesh Babajee, le président de la régionale du MMM au No 4, suspendu avec cinq autres membres, qui accorde son soutien au groupe Obeegadoo, il suggère: «Désormais, il nous faut penser au plan B. Il faut s’asseoir et parler»

Continue Reading

Politique

Jack Bizlall : « Steeven Obeegadoo so Komba se enn peine perdi ! »

Published

on

Affaire 'Tikka' : «Les hôtels forcent leurs employés à porter des tenues archaïques !», déplore Jack Bizlall

Jack Bizlall : « Steven Obeegadoo so Komba se enn peine perdi ! »

Jack Bizlall, observateur politique, affirme que la situation au sein du MMM ne le choque guère. Celui qui se dit être un militant dans l’âme, soutient que la crise au sein du parti ne présume pas la fin des Mauves. Il se rappelle que plusieurs fois dans le passé, le MMM a vu plusieurs personnes quitter le navire mauve, « comme en 1973, avec la première crise en interne ayant pour toile de fond : un conflit idéologique ».

Jack Bizlall pense que le problème actuellement avec le MMM, c’est le changement constant de sa stratégie politique. « Sa parti la se enn kameleon ki sanz kouler constaman ! » De plus selon lui, «  c’est comme au football, quand quelqu’un n’adhère plus à la philosophie de Paul Bérenger, il doit impérativement quitter les mauves, mais le parti recrute ceux qui se soumettent à l’idéologie du leader! » Évoquant le cas de Steven Obeegadoo, Jack Bizlall le qualifie d’inédit. Il a d’ailleurs un message pour ce dernier : « arret rever ! So combat pou apport sanzman dan MMM, se enn peine perdi ! »

Par ailleurs, Jack Bizlall estime que « toutes les tendances confondus veut que le MMM aille seul aux prochains élections générales. Seulement Paul Bérenger veut tout contrôler, au détriment de l’avancement du parti ! »

Continue Reading

Politique

BP du MSM : Pravind Jugnauth confirme son intention de compléter son mandat

Published

on

BP du MSM : Pravind Jugnauth confirme son intention de compléter son mandat

Les membres du Mouvement Socialiste Militant (MSM) ont convoqué un Bureau Politique spécial au Sun Trust, hier, samedi 19 mai. Lors de cette rencontre, le Premier ministre a fait une comparaison entre le MSM et les autres partis sur l’échiquier politique. Pour Pravind Jugnauth, le MMM ne représente plus une force actuellement. En ce qui concerne le Parti Travailliste, il décrit le rassemblement tenu par les Rouges à Saint Pierre, le 4 mai dernier, comme un flop.

Dans ce sillage, le chef du gouvernement s’est targué que l’alliance gouvernementale ait eu une grosse foule lors du rassemblement du 1er mai à Vacoas.

Le leader du MSM a exprimé son intention d’aller jusqu’à la complétion de son mandat, à la tête du pays. Cependant, il demande à ses troupes de rester mobilisés.

 

 

Continue Reading

Trending