Connect with us

Actualités

COI : le 1er Forum Régional des Energies Renouvelables à Maurice du 28 au 30 mai

Published

on

COI : le 1er Forum Régional des Energies Renouvelables à Maurice du 28 au 30 mai

COI : le 1er Forum Régional des Energies Renouvelables à Maurice du 28 au 30 mai

Le 1er Forum Régional des Energies Renouvelables se tiendra à Maurice du 28 au 30 mai prochains, à l’initiative de la Commission de l’océan Indien (COI). En sus d’une forte délégation réunionnaise qui y est attendue, 150 participants, 40 exposants issus des secteurs public et privé sont attendus à Maurice. Cela d’autant plus que les entreprises de la région font de plus en plus confiance aux marchés de l’océan Indien.

Il est à souligner qu’en mars 2017, un partenariat tripartite était signé entre le ministère de l’Énergie et des Utilités publiques de Maurice, l’Agence de l’Environnement et de la Maîtrise de l’Énergie de La Réunion (Ademe) et l’Agence Française de Développe-ment (AFD).

Les acteurs mauriciens et réunionnais s’engageaient à renforcer l’intégration des énergies renouvelables dans le réseau de l’île Maurice. Cela dans la mesure que les deux îles sont confrontées aux mêmes enjeux dans le secteur de l’énergie. Elles sont encore tributaires d’une production majoritairement basée sur les combustibles fossiles (charbon et fioul lourd).

«Ambition forte»

Il est un fait qu’à la Réunion, le recours aux énergies renouvelables s’est imposé comme une alternance. Compte tenu que la part des énergies renouvelables dans le mix énergétique électrique local constitue 35% à ce jour, l’objectif fixé est d’atteindre les 50% d’ici à 2020. On fait remarquer que l’île-Sœur souhaite augmenter sa part en énergies renouvelables passant de 20% à 35% d’ici à 2025.

Il faut dire que cette «ambition forte» vise à relever des enjeux simultanément sur les plans institutionnels, socio-économiques et techniques. Ce partenariat prévoyait l’organisation de manifestations conjointes autour des énergies renouvelables au cours de cette année. D’où le 1er Forum Régional des Energies Renouvelables de l’océan Indien à la fin de ce mois.

Cet événementiel, organisée par le programme ENERGIES de la COI et financée par l’Union Européenne (UE), permettra aux entrepreneurs du secteur d’examiner en profondeur les questions liées à la gestion du secteur de l’énergie, l’intégration des énergies renouvelables et l’efficacité énergétique dans une région où les technologies propres sont en pleine expansion.

Plusieurs thèmes, à savoir la compétitivité des énergies renouvelables en zone insulaire, l’environnement institutionnel et réglementaire des énergies renouvelables et l’efficacité énergétique à travers des présentations, ateliers et tables rondes seront abordés.

Marchés émergents

Voici deux ans, il est soutenu que la dynamique est bien répartie sur la zone océan Indien. Mention est faite qu’il y a même une émulation avec Maurice.

En coulisses, il se chuchote les entreprises réunionnaises restent très «dépendantes» des appels d’offres lancés par la Commission de régulation de l’énergie (CRE). Des appels qui se feraient de plus en plus rares, voire devenant quasi inexistants depuis 2016. De quoi pousser less entreprises à aller voir ailleurs comme Maurice ou la zone océan Indien (Madagascar et les Seychelles) pour exporter leur savoir-faire. Ce sont autant de marchés émergents pour les entreprises réunionnaises et françaises aujourd’hui bridées par la CRE.

Il est souligné que les entreprises Akuo, Green Yellow, Corex Solar ou encore Quadran ont pris pied sur le marché mauricien qui vise à doubler sa part en énergies renouvelables dans son mix énergétique d’ici 2030 (actuellement aux alentours de 20%).

Du côté de Temergie, il est soutenu que ce forum «permettra de confronter les expériences menées dans chacune des îles et de fixer un cap, une feuille de route pour le développement des énergies renouvelables.» Aussi, on avance l’argumentation que ce forum est «une réelle ouverture pour les entreprises réunionnaises.»

Convention cadre

«Si le mouvement de fond est initié par les entreprises du photovoltaïque, une dynamique importante émerge autour de la Biomasse, qui pourrait être le complément idéal aux énergies renouvelables alternatives pour en finir avec notre dépendance aux énergies fossiles, notamment du charbon», soutient-on. Ici, mention est faite d’Albiona, une entreprise réunionnaise qui est à la pointe dans ce domaine.

Au niveau local, l’entreprise a signé une convention cadre en juin 2017 avec la Région sur sa contribution à la Programmation Pluriannuelle de l’Énergie (2017- 2019). L’objectif fixé est d’atteindre un objectif de 50 % en énergies renouvelables à horizon 2020. Il est souligné qu’Albioma s’est engagée à remplacer progressivement le charbon de ses installations thermiques de Bois-Rouge et du Gol par 100% de biomasse durable d’ici à 2023.

A l’instar de La Réunion, Maurice se voit confronté à la même problématique, «grâce à son potentiel de biomasse lui permettant d’améliorer l’équilibre avec les énergies carbonées.»

Advertisement

Actualités

Méthadone : la distribution fait toujours des mécontents  

Published

on

Méthadone : la distribution fait toujours des mécontents  

Méthadone : la distribution fait toujours des mécontents

Pour Nicolas Manbode, Senior Outreach Coordinator de l’association Prévention Information et Lutte contre le Sida (PILS), cela fait longtemps que le sujet de la distribution de méthadone fait débat. Il est d’avis que la distribution aux postes de police, barre la route à la réintégration des toxicomanes. « On ne peut les réintégrer dans la société », fait-il valoir. Il soutient que les choses étaient mieux dans le passé lorsque la distribution de méthadone se faisait dans les centres de santé.

Nicolas Manbode, également membre du Collectif Urgence Toxida (CUT), affirme que cela fait déjà trois ans que les ONG’s déplorent le fait que la distribution de méthadone aux postes de police « n’est pas logique. » Il soutient que cela ne favorise pas un suivi psychosocial approprié.

Il dénonce en même temps les détracteurs qui estiment que l’endroit approprié pour la distribution de méthadone reste le poste de police. Selon lui, les patients ne pourront bénéficier de services médicaux devant un poste de police. « Ces services, ils les auront dans un centre de santé », lance-t-il.

Cependant, le Senior Outreach Coordinator concède qu’il y a certes un problème avec ces toxicomanes qui flânent autour après avoir obtenu leur méthadone, ou ceux qui s’adonnent au trafic de cette substance. Toutefois, Nicolas Manbode estime qu’avec un programme de décentralisation, ils pourront bénéficier de services psychosociaux et pourront ensuite aller travailler. « Zot pu nepli fer nik », soutient-il.

Pour rappel, la question de distribution de méthadone avait été soulevée au Parlement la semaine dernière. Ravi Rutnah, Deputy Chief Whip avait fait état de la situation au centre de santé de Piton. Il a souligné que la distribution est effectuée dans un vieux dispensaire, aux alentours d’une mosquée et d’un temple et que cet endroit est fréquenté par de nombreuses personnes. Ravi Rutnah, aussi député de la circonscription no7, Piton/Rivière du Rempart, a fait mention que les habitants craignent pour leur sécurité. Selon lui, il y a un trafic de méthadone et il y a ceux qui flânent autour durant des heures. Il a voulu savoir si la distribution peut être faite au poste de police ou dans un lieu sûr.

Anwar Husnoo, ministre de la Santé avait affirmé que ce problème de distribution de méthadone existe depuis belle lurette. Il a expliqué qu’avec la méthadone « on veut prodiguer un traitement mais aussi un des soins psychosociaux. »

Au sujet de la distribution de méthadone à Piton, il a déclaré que c’est un projet pilote. « Ce projet a été initié dans ce dispensaire, car, c’est étroit et la distribution se fait tôt, entre 6h à 8 heures », a déclaré le ministre.

Ce dernier a également expliqué que le gouvernement souhaite la prise en charge psychosociale de ces personnes. « Le faire au poste de police ne résoudra pas notre problème », a-t-il fait savoir.

Nicolas Manbode déclare que les propos du ministre Anwar Husnoo démontre qu’il est à l’écoute comparé à ses prédécesseurs. Commentant ce problème à Piton, Nicolas Manbode soutient que ce problème a été soulevé depuis le début de l’année. Il souligne que ce même genre de difficulté existe également à Trou d’Eau Douce.

Continue Reading

Actualités

Gagnant du loto : Il compte s’offrir un bungalow au bord de la mer

Published

on

Gagnant du loto : Il compte s’offrir un bungalow au bord de la mer

Gagnant du loto : Il compte s’offrir un bungalow au bord de la mer

Le gagnant du dernier tirage du loto est venu récupérer son chèque au siège de Lottotech, à Ebène, ce lundi 19 mai. Il s’agit d’un retraité et père de famille, habitant les hautes Plaines-Wilhems. Le veinard avait coché les six bons numéros, lui permettant de remporter Rs 19,498,962. Le ticket gagnant a été vendu par Mungur Pool House située à Curepipe.

Le  multimillionnaire compte se focaliser sur l’avenir de ses enfants, s’offrir un bungalow au bord de la mer et effectuer un voyage.

Soulignons que Mungur Pool House vient se hisser à la tête du classement des tops détaillants du Loto. Cela grâce à ce dernier gros lot qu’il a vendu. Au total, ce détaillant de Curepipe a vendu 7 tickets gagnants pour 6 jackpots. Rappelons-le, en 2013, il avait vendu deux tickets gagnants  lors d’un même tirage.

Continue Reading

Actualités

Assemblée nationale : Adil Ameer Meea s’intéresse aux prix des carburants

Published

on

Assemblée nationale : Adil Ameer Meea s’intéresse aux prix des carburants

Assemblée Nationale : Adil Ameer Meea s’intéresse aux prix des carburants

Lors de la séance parlementaire, ce mardi 22 mai, Rajesh Bhagwan demandera au Premier ministre sur la situation qui prévaut à la MBC, surtout depuis la nomination d’un nouveau directeur général par intérim. Il questionnera le ministre des Utilités publiques sur l’installation d’une turbune à gaz à la station de Fort George.

De son côté, Reza Uteem questionnera Pravind Jugnauth sur la promulgation du ‘Sexual Offence Bill’. Il posera une PQ au ministre de la Bonne Gouvernance. Le sujet qui l’intéresse : les compagnies contrôlées par l’affaire Sobrinho. Reza Uteem voudra des explications par rapport aux pèlerins du Hadj.

Pour sa part, Veda Baloomoody s’intéressera aux faux billets en circulation, lesquels ont été détectés en 2015. Il sera aussi question de la disposition prise par la BOM pour s’assurer de la sécurité des billets de banque. La sécurité nationale interpellera le député du MMM. Veda Baloomood voudra savoir du Premier ministre s’’il existe bien une unité spéciale au-dessus du NSS qui rapporterait directement à son bureau.

Adil Ameer Meea questionnera le Premier ministre, par rapport au ‘Build Mauritius Fund’, le montant disponible et la somme que la STC a obtenue des prix des carburants d’avril 2017 à ce jour, et la liste des projets qui ont bénéficié de ladite somme.

Quant à Jean-Claude Barbier, député du MP, il adressera une question sur le secteur de la pêche artisanale. Il voudra savoir si la Banque de Développement de Maurice se penchera sur l’éventualité de  ‘write-off’ des emprunts, contractés par des pécheurs pour l’achat de leurs pirogues.

Continue Reading

Trending