Connect with us

Faits Divers

Vallée Pitot : Vaishnavi (26 ans) retrouvée pendue à son domicile

Published

on

Vallée Pitot : Vaishnavi (26 ans) retrouvée pendue à son domicile

Vallée Pitot : Vaishnavi (26 ans) retrouvée pendue à son domicile

Un terrible drame s’est produit à Vallée Pitot, hier, mercredi 9 mai. Une jeune femme s’est donnée la mort par pendaison à son domicile. C’est l’un de ses proches qui a fait l’horrible découverte. Lorsque l’inspecteur Joomun et ses hommes se sont rendus sur les lieux du drame, ils ont constaté que Vaishnavi (26 ans) avait, autour du cou, une écharpe accrochée aux barreaux d’une fenêtre. Les policiers ont tenté de la réanimer mais ils ont noté que le corps était déjà froid. La jeune femme avait déjà rendu l’âme.

Les officiers du Scene of Crime Officer (SOCO) ont été dépêchés sur place. Le corps a été par la suite transporté à la morgue de l’hôpital Victoria. L’autopsie pratiquée par le Dr Maxwell Monvoisin, Principal Police Medical Officer a attribué le décès à une asphyxie causée par la pendaison.

Advertisement

Faits Divers

Insolite : Du « dholl puri », du gros pois et de l’escargot…

Published

on

Consommation - Port-Louis : du « dholl puri », du gros pois et de l'escargot…

Insolite : Du « dholl puri », du gros pois et de l’escargot…

Le « fast food » est un moyen très prisé des Mauriciens. Tout comme Hema, vous êtes nombreux à acheter du dholl puri quand vous descendez à Port-Louis.

Mais aujourd’hui, Hema a eu une désagréable surprise en croquant dans son « dholl puri » fondant. Dans un premier temps, elle pensait que c’était un « gros pois » mal cuit. Mais grande fut sa surprise de constater que c’était un escargot qui nageait entre les curries.

« Kan mo fine senti enn zaffaire dure en bas mo ledent mo ti pensé c’est en gros piment, mais quand mo fine ouvert mo fine trouve enn zaffaire marron. Mo ti pensé c’est enn gros pois mal cuit mais quand mo fine guette bien mo fine trouve enn courpa…, » nous relate Hema.

Continue Reading

Faits Divers

Drogue : rebondissement dans l’affaire de Kusraj Lutchigadoo

Published

on

Drogue : rebondissement dans l’affaire de Kusraj Lutchigadoo

Kusraj Lutchigadoo, arrêté dans le sillage de trafic de drogue synthétique, peut pousser un ouf de soulagement. Le rapport de la Forensic Science Laboratory (FSL), a établi qu’aucune trace de la drogue synthétique n’a pu être relever sur les pièces à conviction découvertes dans la soirée du 30 au 31 mars dans un laboratoire clandestin à Triolet.

Pour rappel, les limiers de la brigade anti-drogue, avaient fait une descente dans une résidence convertie en laboratoire à Triolet. Une somme de Rs 301 000, 300 paquets de thé un litre de Benzène et un litre de dissolvant.

Kusraj Lutchigadoo, un habitant de route Bassin, Quatre-Bornes, avait nié toute implication dans le trafic de drogue.

Les proches comptent faire des démarches auprès de des hommes de loi, pour que Kusraj Lutchigadoo retrouve la liberté.

Continue Reading

Faits Divers

Extorsion : à l’aide de ses deux fils, il piège un policier

Published

on

Extorsion : à l’aide de ses deux fils, il piège un policier

Extorsion : A l’aide de ses deux fils, il piège un policier

Le bon, la brute et le truand

Une fois n’est pas coutume… Des membres du public ont appréhendé un policier. Ce dernier, affecté au poste de police de Phoenix, a été piégé par trois individus avant d’être livré au poste de police de Quatre-Bornes, dans la soirée d’hier, vendredi 20 juillet. Le policier est soupçonné d’être impliqué dans une affaire d’extorsion.

Le policier avait sollicité un pot-de-vin de Rs 45 000 d’un habitant de Quatre-Bornes, impliqué dans un cas de « possession of stolen property ». Le policier a proposé son aide contre une somme d’argent afin d’éviter toute possibilité de poursuite : «de lame baté, fer son», avait affirmé le policier. Selon nos informations, le policier qui compte plus de 20 ans de service au sein de la force policière, s’était fait passer pour un inspecteur de la Criminal Investigation Division (CID) de Flacq.

Un rendez-vous a été fixé dans la localité entre le policier et son interlocuteur. Ce dernier, épaulé par ses deux fils, a tendu un piège au policier.  Une fois que le policier avait l’enveloppe en main, deux hommes ont surgi d’une voiture et ont attrapé le policier. Ils ont confisqué le téléphone, le «warrant card» et le képi du policier avant de le livrer à la police.

Le policier a passé la nuit en cellule et a comparu à la Bail and Remand Court (BRC), ce samedi 21 juillet.

Continue Reading

Trending