Actu de l'ile Maurice
Sport International

Mondial 2018 – J-6 : La France en pôle position

Mondial 2018 – J-6 : La France en pôle position

Mondial 2018 – J-6 : La France en pôle position

Groupe très équilibré, avec l’équipe de France qui a hérité d’un groupe largement abordable. Toutefois, elle sera accompagnée d’une formation de Pérou combative à souhait. A J-6 du coup d’envoi, découvrons les groupes C et D.

Le Groupe C : La France, le Pérou, le Danemark et l’Australie

16/06/2018: Australie V/s France (14:00) -Kazan Arena (Kazena)

16/06/2018: Perou V/s Danemark (20:00)-Mordovia Arena (Saransk)

21/06/2018: France V/s Perou (19:00) –Ekaterinburg Arena (Yekaterinburg)

21/06/2018: Danemark V/s Australie (16:00) -Samara Arena (Samara)

26/06/2018: Australie V/s Pérou (22:00)-Fisht Stadium (Sochi)

26/06/2018: Danemark V/s France (18:00) -Luzhniki Stadium (Moscow)

La France. Pas très convaincante pendant la phase éliminatoire l’équipe, menée par Didier Deschamp,s s’est fait peur en trois occasions. Finaliste malheureuse du dernier Euro, sortie en quarts de finale lors du dernier Mondial, les Bleus s’en sont finalement sortis avec quatre points d’avance sur la Suède et les Pays-Bas. Avec plusieurs blessures, l’équipe sera toutefois emmenée par des cadres tels que Paul Pogba et Antoine Griezmann. La formation tricolore peut aussi rêver grand grâce à l’éclosion de ses pépites, parmi lesquelles l’inévitable Kylian Mbappé.

Le Pérou. La « Blanquirroja » a validé son ticket avec beaucoup d’autorités en dominant la Nouvelle-Zélande en barrage. La dernière qualification de cette équipe remonte à 1982. Bien positionné au classement Fifa, le Pérou a cependant donné du fil à retordre aux grandes équipes sud-américaines grâce à un style agressif et offensif.

Le Danemark. Pas une seule défaite pendant l’année 2017 où il n’a encaissé que cinq buts. Comme le Pérou, les Danois ont dû passer par les barrages  pour obtenir leur billet pour la Russie. Les joueurs, emmenés par leur milieu Christian Eriksen, peuvent croire en leur capacité défensive pour quand même essayer de terminer à la deuxième place.

L’Australie. Les Socceros sont en crise depuis la démission surprise de leur sélectionneur, en place depuis 2013. L’Australie débarque donc en Russie sans grande ambition, auréolée de l’image d’une génération d’Harry Kewell ou encore Viduka  en fin de cycle. L’équipe sera emmenée par le vétéran Tim Cahill et servira de son expérience pour jouer gros.

Le Groupe D : Argentine, Croatie, Islande et le Nigeria

16/06/2018: Argentine V/s Islande (17:00) –Spartak Stadium (Moscow)

16/06/2018: Croatie V/s Nigeria (23:00) –Kaliningrad Stadium (Kaliningrad)

21/06/2018: Argentine V/s Croatie (22:00) –Nizhny Novgorod Stadium (Nizhny Novgorod)

22/06/2018: Nigeria V/s Islande (19:00) –Volgograd Stadium (Volgograd)

26/06/2018: Islande V/s Croatie (22:00)- Rostov Arena (Rostov-on-Don)

26/06/2018: Nigeria V/s Argentine (22:00) –Saint Petersburg Stadium (Saint Petersburg)

Groupe très relevé pour les coéquipiers de Lionel Messi, qui devront se défaire de la Croatie, de l’Islande et du Nigeria. Au vu de l’inconstance constatée ces dernières années chez les Argentins, tout semble possible pour les trois outsiders au niveau très homogène.

Argentine. Le double champion du monde se sait attendu, quand bien même il n’afficherait pas les mêmes certitudes qu’au Brésil. Avec une absence surprise de Icardi, Messi sera l’homme à surveiller.

Croatie. Pétrie de talent, comme d’habitude la Croatie toutefois ne semble pas forcément dans les meilleures dispositions pour rééditer sa performance de 1998 (demi-finale face à la France). A suivre.

Islande. Après un Euro héroïque qui les a mené jusqu’en quart de finale de la compétition face à la France (défaite 5-2), les Islandais jouerons leur premier Mondial de leur histoire. Pourquoi ne pas rêver d’une place parmi les seize meilleures équipes de la planète ? Tout semble possible.

Nigeria.  Après avoir frôlé la catastrophe au deuxième tour des éliminatoires face à la Swaziland (0-0), Nigeria va disputer sa 6e phase finale, après celles de 1994, 1998, 2002, 2010 et 2014, ce qui en fait le pays africain le plus régulier en Coupe du monde après le Cameroun (7 participations). N’ayant jamais atteint les quarts du tournoi, les « Super Eagles » vont essayer de faire mieux.

Avinash Dhondoo