Actu de l'ile Maurice
Politique

[2e partie] Revue politique : altercation Bhagwan-Obeegadoo,  plateforme pour un nouveau MMM…

[2e partie] Revue politique : altercation Bhagwan-Obeegadoo,  plateforme pour un nouveau MMM…

Les autres faits qui ont marqué l’actualité politique, cette semaine sont l’altercation de Rajesh Bhagwan avec Steven Obeegadoo, le lancement officiel  de la plateforme pour un nouveau MMM, Vinay Sobrun qui se dit être «marginalisé, blessé, humilié…» par Paul Bérenger, la dénonciation de Xavier-Luc Duval par Joe Lesjongard, entre autres.

«Mo capav kas to f… en publik. To pe fane. To pa ti bizin vinn ici. To ti bizin demissionne ale !» : c’est en ces termes que le président du MMM, Rajesh Bhagwan s’en était pris à Steven Obeegadoo, ancien président de la commission de l’Education du MMM, à l’issue de la réunion du Comité Central, samedi dernier, cela en présence de plusieurs militants.

Selon nos renseignements, Steeve Obeegadoo lui aurait rétorqué : «MMM se mo parti, se la caze sa ! Mo pa pran lord ar twa pou vinn ici»

Rencontrant la presse, jeudi 7 juin, la plateforme pour un nouveau MMM, regroupe plus d’une vingtaine de membres, émanant du CC sortant. Elle se dit constituer une nouvelle force militante en vue de participer aux débats sur de principaux enjeux.

Dans la conjoncture actuelle, Pradeep Jeeha, leader adjoint du MMM expulsé, a travaillé un document, intitulé From sugar to cane, en collaboration avec Steven Obeegadoo, Françoise Labelle et Vinay Sobrun. «Sa rapport Joint Technical Committee lor disic li mem pa bon pou poubelle ! Il y a des recommandations qui émanent du secteur privé», a martelé Pradeep Jeeha. Cette plateforme pour un nouveau MMM dit de ne pas être contre le fait que les usiniers et les gros planteurs fassent des profits, mais maintient que tous les partenaires, dont les petits planteurs puissen en bénéficier.

Pradeep Jeeha a soutenu la nécessité de revoir le partenariat avec tous les stockholders qui sont engagés dans l’industrie sucrière.

Toujours en ce qui concerne le MMM,  Vinay Sobrun, membre du BP sortant, ancien président du Conseil de District de Pamplemousses/Rivière-du-Rempart, et candidat malheureux aux dernières élections générales, fait partie de ceux qui ne brigueront les prochaines élections pour le renouvellement du CC mauve le 24 juin.

«Entre autres, j’ai choisi d’être absent à ces élections, car je ne pense pas qu’elles seront libres, transparentes et équitables», a-t-il déclaré dans une interview de presse le 2 juin. Citant un seul exemple, il a ajouté : «A la base de toute élection, une des exigences minimales est la mise à disposition d’une liste de candidats et d’une liste de votants. Or, dans le présent cas, la première liste est connue alors que la seconde ne l’est pas.»

A son avis, «aujourd’hui le MMM est plutôt conservateur.» Selon lui, ce parti «est en déphasage avec le monde actuel.»

Ayant consacré 25 ans de sa vie au MMM, il dit avoir «le coeur brisé.»  Ainsi, il a fait référence de sa mutation, de la de la circonscription no6 (Grand-Baie–Poudre-d’Or) à celle du no12 (Mahébourg–Plaine-Magnien). «Je ne parle pas de la «mutation» elle-même. Un leader doit avoir la prérogative de procéder à un repositionnement de ses équipiers pour quelque motif qu’il juge approprié. Dans mon cas, il s’agissait de faire de la place à Mme Danielle Selvon.», a confié Vinay Sobrun.

Il a déploré le fait qu’une fois  le problème réglé, Paul Bérenger aurait choisi de couper toute communication avec lui en dehors des réunions des instances du parti. «Ma dernière rencontre avec lui remonte à mai 2017. Je me sentais marginalisé. Je trouve cela inacceptable, blessant et humiliant. Je ne mérite pas un tel traitement», s’est insurgé Vinay Sobrun.

Du côté de la majorité gouvernementale, Joe Lesjongard, lors de la conférence de presse hebdomadaire, samedi 2 juin, a dénoncé : « Se enn campagne de bassess contre sa madame la, orchestrer par leader l’opozision !» La prise de position de Joe Lesgongard s’inscivait dans le cadre de la nomination de Shamila Romila Sonah-Ori comme membre de l’Electoral Supervisory Commission (ESC) et de l’Electoral Boundaries Commission (EBC).