Actu de l'ile Maurice
Sport International

Mondial 2018 – J-5 : Brésil et Allemagne comme finalistes potentielles

Mondial 2018 - J-5 : Brésil et Allemagne comme finalistes potentiel

Mondial 2018 – J-5 : Brésil et Allemagne comme finalistes potentielles

Groupe favorable et très équilibré pour le Brésil. Opposée à la Suisse, au Costa Rica et à la Serbie, c’est difficile de voir la bande à Neymar ne pas terminer en tête du groupe E. Toutefois, pour la seconde place, cela s’annonce très serré. Dans exactement 7 jours du coup d’envoi, découvrons les groupes E et F.

Groupe E : Brésil, Suisse, Costa Rica, Serbie

17/06/2018: Costa Rica V/s Serbie (16:00) – Samara Arena (Samara)

17/06/2018: Brésil V/s Suisse (22:00) Rostov Arena (Rostov-on-Don)

22/06/2018: Brésil V/s Costa Rica (16:00) – Saint Petersburg Stadium (Saint Petersburg)

22/06/2018: Serbie V/s Suisse (22:00) – Kaliningrad Stadium (Kaliningrad)

27/06/2018: Serbie V/s Brésil (22:00) -Spartak Stadium (Spartak)

27/06/2018: Costa Rica V/s Switzerland (22:00) – Nizhny Novgorod Stadium (Nizhny Novgorod)

Brésil. Neymar sera bel et bien présent pour être du trio offensif Neymar-Coutinho-Jesus. Le fameux 7-1 prit chez eux en 2014 ont déjà été oublié. La Seleção, avec Tite à la tête, affiche un bilan de 15 victoires contre une petite défaite. Avec des joueurs bourrés de talent, les Brésiliens peuvent largement espérer une place en demi-finale et pourquoi pas un sixième titre.

Suisse. Habituée de cette compétition, la bande à Xherdan Shaqiri rêve de se hisser jusqu’en quarts de finale, qu’elle n’a plus atteint depuis 1954. Solides défensivement, les Suisses devront élever leur jeu offensif pour espérer sortir du groupe E.

Costa Rica. Après avoir brillé au Brésil en 2014 (quarts de finale), le Rico veulent faire plus pour le rendez-vous de 2018. Toutefois, reste à savoir si la solidité défensive et la réussite qui les caractérisèrent il y a quatre ans suivront elles aussi.

Serbie. Avec peu de cadres (Kolarov, Matic, Ivanovic), difficile d’imaginer cette équipe de Serbe aller loin. Une place en huitième de finale parait plus probable.

Groupe F : L’Allemagne, le Mexique, la Suède, la Corée du Sud

17/06/2018: Allemagne V/s Mexique (19:00) – Luzhniki Stadium (Moscow)

18/06/2018: Suède V/s Corée du Sud (16:00) -Nizhny Novgorod Stadium (Nizhny Novgorod)

23/06/2018: Corée du Sud V/s Mexique (19:00) –Rostov Arena (Rostov-on-Don)

23/06/2018: Allemagne V/s Suede (22:00) – Fisht Stadium (Sochi)

27/06/2018:Corée du Sud V/s Allemagne (18:00) –Kazan Arena (Kazena)

27/06/2018: Mexique V/s Suède (18:00) – Ekaterinburg Arena (Yekaterinburg)

Les hommes de Joachim Low, champions en titre, feront figure de grands favoris dans cette Coupe du monde. Mais la Mannschaft devra se méfier des solides Suédois, vainqueurs des Bleus à domicile (2-1) lors des éliminatoires, et d’une sélection mexicaine qui a l’habitude de titiller les grands.

L’Allemagne. Treize matchs, dix victoires, 1 nul, 2 défaites et 43 buts marqués contre quatre encaissés. Alors pas facile de mettre cette équipe à terre. Quadruple championne du monde, la sélection allemande peut encore une fois viser la plus haute marche du podium grâce à ses cadres expérimentés (Boateng, Kroos, Müller…) et une nouvelle génération qui a fait ses preuves lors de la Coupe des Confédérations 2017, parmi laquelle figure notamment le Parisien Julian Draxler, mais aussi l’attaquant de Leipzig Timo Werner. Mais l’absence de Leroy Sane demeure toujours une surprise.

Le Mexique. Premiers de la zone Concacaf et seizième au classement Fifa, les hommes de Juan Carlos Osorio sera l’os dur de ce groupe.

La Suède. Zlatan Ibrahimovich et la Suède c’est déjà terminé. Tout de même, elle dispose surtout d’une défense rigoureuse commandée par le capitaine Grangvist. Celle-ci a notamment mené la vie dure à la Squadra Azzurra, muette pendant les 180 minutes des barrages.

La Corée du Sud. Ce ne sera pas facile d’exister dans ce groupe. La sélection coréenne aura du mal à exister dans ce groupe d’un niveau plus élevé. Tirer son épingle du jeu paraît grandement compromis. A suivre.

Avinash Dhondoo