Actu de l'ile Maurice
Actualités

Jayen Chellum : « C’est faux de dire que les manifestations ne rapportent pas ! »

Jayen Chellum : « C’est faux de dire que les manifestations ne rapportent pas ! »

L’ACIM (Association des Consommateurs de l’Ile Maurice) est sous les feux des projecteurs depuis peu. La raison – les hausses des prix du carburant. L’association a même tenu une manifestation dans les rues de la capitale, le 11 juin dernier. Inside News a rencontré Jayen Chellum, secrétaire de l’ACIM pour un entretien. Nous avons abordé plusieurs sujets avec lui, dont la bataille continuelle de l’ACIM par rapport aux prix du carburant.

L’ACIM a toujours fait entendre sa voix au sujet du prix du carburant, mais nous voyons toujours l’indifférence de l’Etat et surtout des automobilistes.

« C’est totalement faux de dire que les manifestations ne nous rapportent pas !, » s’insurge Jayen Chellum. Il remonte en 2008 où l’association s’est intervenue à plusieurs reprises sur la hausse ou non-baisse qu’il fallait y avoir. Il rappelle que le prix du pétrole sur le marché mondial avait chuté de 147$ pour atteindre les 80$. Il fait savoir que la conséquence était que durant trois mois les consommateurs allaient payer Rs 147$ alors que l’achat du carburant se faisait à 80$.

« On avait entrepris des manifestations, des opérations escargots, entre autres. Cela a abouti grâce à une grande manifestation de camionneurs. » Jayen Chellum affirme que le gouvernement n’avait d’autre choix que de réduire les prix des produits pétroliers.

Il ajoute également des hausses étaient également à prévoir « mais toute la machinerie était déjà enclenchée. » Ainsi, lorsque l’ACIM était intervenu, il n’y a pas eu d’augmentation de prix.

Le secrétaire général de l’ACIM explique que cela a mené à une économie à hauteur de Rs 1 milliard et 200 millions. « La force des camionneurs à l’époque avait fait toute la différence, » fait-il savoir.

« Les manifestations ne nous rapportent pas, c’est faux de dire cela ! » s’exclame Jayen Chellum. Il concède toutefois qu’il y a certes peu de gens présents lors des rassemblements mais avec la présence des médias, la population est avertie de la situation. « Il y a une prise de conscience et on influence l’opinion publique, » nous lance-t-il. De plus, il explique que plusieurs objectifs sont atteints à travers ces marches pacifiques, dont, la sensibilisation de l’opinion publique ou à attirer l’attention des autorités entre autres.

« Le développement ne s’impose pas sur la population »

Pour un pays qui veut se développer, est-ce-que le Metro Express n’est pas un projet de grande envergure ?

« Absolument pas ! » nous lance-t-il. Jayen Chellum soutient que le développement ne s’impose pas sur la population. Selon lui, le Metro Express a été imposé. Le secrétaire général de l’ACIM affirme que le gouvernement fait fausse route. Il rappelle qu’au début ce projet avait été initié pour la décongestion de la route et que ce n’était pas un projet de modernisation et de développement avancé. « Est-ce-qu’un pays comme Maurice a le poids financier intrinsèque a elle-même pour pouvoir pénétrer dans un projet de développement ? » se demande-t-il.

Jayen Chellum est catégorique. Il est d’avis que cela prendrait plus d’une heure pour entreprendre le trajet de Curepipe à Port-Louis. Il ajoute que « ce projet va couter au moins Rs 40 milliards. » Il parle également d’un autre projet qui aurait pu couter moins cher, le busway soit des autobus moderne qui seraient identiques au métro. Le busway aurait ainsi relié les villes et les villages.

Il ajoute que le métro express aurait des conséquences sur la taxe. « On va payer plus cher la taxe, surtout avec le déplacement de tuyaux, de colonnes électriques entre autres. Qui vont payer pour cela ? » Jayen Chellum déplore qu’il n’y a eu aucune consultation avec les parties prenantes. « Ce projet et fait sur le dos de la population et non avec la population. »

Pour Jayen Chellum, le gouvernement fait fausse route. « On est en train de singer l’Inde avec ce projet de développement, sans Environmental Impact Assessement (EIA).

« Les taxes sont perçues comme un loterie pour le gouvernement »

Est-ce-que les taxes aident l’Etat à garder certains produits à un prix raisonnable ?

Jayen Chellum nous explique que la taxe est utilisée avec pour objectif d’obtenir des revenues pour faire des projets de développement. Il parle de 15% de taxe qui est applicable à tout le monde, que ce soit pour les sociétés ou les individus. Il indique toutefois que certains projets sont plutôt le mal développement.

Le secrétaire général de l’ACIM ajoute qu’il y a des taxes perçus sur la tête des consommateurs pour décourager certains types de consommations. Cependant, les revenues obtenues ne sont pas utilisées pour sensibiliser les gens autour d’une mauvaise consommation.

« Ces taxes ne sont perçues que comme un moyen de loterie pour le gouvernement, » déclare-t-il.

Jayen Chellum cite entre autres l’excise duty sur le tabac et l’alcool qui rapporte des milliards. « Komie kas in done pou sansibiliz la popilasyon ki fime ek bwar ? » Selon lui, l’intérêt principal du gouvernement est d’avoir plus de revenues.

« Pourquoi privatiser la CWA ? »

Le secrétaire général de l’ACIM évoque aussi la privatisation de la Central Water Authority (CWA). Il critique les contradictions du ministre des Utilités Publics, Ivan Collendavelloo. Jayen Chellum affirme que dans un premier temps, le ministre avait déclaré que cet organisme avait les compétences requises, mais avait changé de version peu après.

D’autre part, il cite que des personnes ont été licenciées au sein de la CWA afin de faire de la place pour ceux proches des hautes instances. Jayen Chellum explique qu’avec une privatisation de la CWA, cela causerait des pertes d’emplois, accroîtrait la corruption entre autres. « Les démunis n’auront plus accès à une eau propre, » ajoute-t-il. Ce dernier mentionne même que les compagnies embouteilleront l’eau aux fins d’exportations.

Le Metro Express, les hausses des prix des carburants, la privatisation de la CWA…vous vous attaquez plutôt au gros ?

Le secrétaire général de l’ACIM explique que toute augmentation de produits pétroliers a une incidence directe sur le pouvoir d’achat. Il ajoute qu’en juillet 2014 à septembre 2016, il y a eu six baisses dans le prix du carburant mais ni les frais de taxi ni le pain et ni l’électricité ont connu de hausses. « Aster mem van lekol pe al ver ogmantasyon, » affirme-t-il.

« Nous mettons un frein à la perte du pouvoir d’achat »

Jayen Chellum affirme que l’association des consommateurs met un frein à la perte du pouvoir d’achat à travers ses actions. Il cite le Metro Express qui va bouffer de dizaine de milliards de roupies.

Il souligne que pour l’ACIM, le gouvernement est un service élu sur une base de programme gouvernementale pour gérer le pays pendant 5 ans. C’est une gestion de finances publiques basée sur un programme gouvernementale. « Si cela ne se fait pas, alors il y a de la matière pour critiquer. »

Nous sommes à la veille du Budget 2018/2019. Quel est votre message à Pravind Jugnauth ?

Je lui demanderai d’abolir la TVA sur les produits alimentaires, nous affirme Jayen Chellum. Ce dernier indique que le mode de consommation a beaucoup changé. « Ces gens se tournent plus vers les produits haut de gamme, donc le gouvernement ne peut continuer à percevoir les taxes sur cela, » fait-il savoir. Jayen Chellum demande par ailleurs, la création d’une Food Agency qui contrôlera la sécurité alimentaire et un assainissement du secteur financier avec pour but de protéger l’intérêt des clients.