Actu de l'ile Maurice
Sport Local

Coupe du monde: Alain Lim Kee Chong…’ref assessor’ du match Suède / Corée du Sud ce lundi soir

Coupe du monde: Alain Lim Kee Chong...'ref assessor' du match Suède / Corée du Sud ce lundi soir

À 58 ans, notre Alain Lim Kee Chong national, continue à faire honneur au pays. Il ne siffle plus sur un terrain pour la Coupe du monde, mais il joue encore dans la cour des grands. Ce lundi, Alain Lim Kee Cheng sera le “ref assessor”, soit celui va évaluer la performance de l’arbitre et juges des touches du match du groupe F Suède / Corée du Sud à Nizhny Noygorod, Russie. Il est aussi le “new deputy chairman” de la CAF Referees Committee et membre de la FIFA Referees Committee.

Cet homme-là est né un 15 mai 1960. Et en 2018, il vit encore le foot. Alain Lim Kee Chong a été le deuxième Mauricien, après Sydney Picon, à officier un match de la Coupe du monde. C’était en 1994 aux Etats-Unis. Notre “Alain national” était l’arbitre du match du groupe B Brésil v Russie. Beaucoup des Mauriciens ont ressenti à ce moment une énorme fierté. Quatre ans après, il est à nouveau choisi, et il était alors au summum et était considéré comme le sifflet numéro un en Afrique. Il a dirigé le match Romanie/Colombie en France.

Lim Kee Chong  a souvent brillé sur les terrains africains soit les matches de la CAF (92, 94 et la finale de cette année, 96, 98 et 2002. Il a aussi participé à la Coupe du monde de la Fifa -17(1994), le tournoi olympique de 1992.

En tant qu’instructeur de la FIFA et de la CAF et responsable du développement, il sillonne les pays africains pour dispenser des cours d’arbitrage. À inside.news dimanche soir de la Russie, il nous a fait cette déclaration: “Le football m’a tout donné dans la vie. Aujourd’hui, je continue à vivre cette passion autrement. La Coupe du monde est une grosse organisation qui comprend beaucoup des détails. Je suis fier de représenter Maurice à cet évènement.”

Commentant l’assistance vidéo dans cette édition de la Coupe du monde, il considère que c’est un grand pas en avant. “L’assistance vidéo est un outil pour aider l’arbitre, qui reste toutefois le seul maître à bord. C’est obligatoirement qu’il accepte la décision du VAR. C’est un bon début”, nous dit Alain Lim Kee Chong.

“Les VAR sont des spécialistes. Ceux qui sont là, soit 9, utilisent déjà le VAR dans leur championnat”, nous explique notre ancien sifflet numéro un.