Actu de l'ile Maurice
Politique

Revue politique : la part belle aux débats budgétaires…

Revue politique : la part belle aux débats budgétaires…

L’actualité politique, cette semaine, a été largement dominée par les débats budgétaires, agrémentés par trois Private Notice Questions (PNQ) du leader de l’Opposition, à l’Assemblée Nationale. Alors que les élus de la majorité ont tenu des propos élogieux sur le Budget 2018-2019, ceux de l’opposition parlementaire en ont été très critiques.

 «Lorsqu’on jette un coup d’œil au Budget, nous constatons que c’est un budget de confiance. Il suscite le feel good factor» : propos d’Anil Gayan, ministre du Tourisme lors de son intervention sur le Budget 2018-2019, lundi 18 juin. Selon lui, les jeunes se réjouissent de la dotation budgétaire de Rs 1 milliard, destinée à la formation.

«Nos jeunes auront la formation nécessaire, des aptitudes et des connaissances dans tous les secteurs de l’économie. Cela d’autant plus que n’avons pas de personnel qualifié. Par exemple, nous n’avons pas de bons sommeliers», a-t-il affirmé Anil Gayan.

De son côté, le ministre du Travail, des Relations Industrielles et de l’Emploi, Soodesh Callichurn, a lors de son intervention sur le budget 2018-2019, jeudi 21 juin, soutenu : «Avec ce budget, nous continuerons de conduire l’île Maurice à une autre étape de développement afin de rejoindre la ligue des pays à revenu élevé, cela malgré les enjeux décourageants sur le plan international.»

Ainsi, le ministre Callichurn a rappelé depuis 2015, le gouvernement a ouvert la voie à une société mauricienne «dynamique, innovatrice, intelligente et bienveillante, solidaire et ainsi qu’à un système fiscal sain pour répondre aux besoins du pays de façon équitable et durable.»

 «Stop dreaming !»

Tonnant dans le même sens, Alain Wong, ministre de l’Intégration Sociale qui a intervenu le même jouir, a soutenu : «C’est un budget qui garantit une économie à haut revenu» Selon lui, le gouvernement ne cesse de prendre des décisions afin d’éradiquer la pauvreté.

Pour sa part, le PPS Raffick Sorefan a exprimé sa satisfaction au budget, cela tout en égratignant les contestataires. «C’est un budget qui a été très bien accueilli. Zot dir dernier bidze. Stop dreaming ! », a lancé Raffick Sorefan à l’adresse de l’opposition parlementaire, au Parlement, jeudi dernier.  «Vous aurez l’occasion de présenter le prochain budget»,  dit-il au Premier ministre et ministre des Finances, Pravind Jugnauth.

Ainsi, il a répliqué à tous ceux qui ont formulé des critiques virulentes à l’encontre du présent budget, le leader de l’Opposition, Xavier-Luc Duval et les députés Adrien Duval, Arvin Boolell, Reza Uteem, entre autres.

Il a argué que l’alliance au pouvoir est un gouvernement socialiste oeuvrant pour le bien-être du peuple. «Ce que le Premier ministre a réussi en trois ans, c’est de susciter un ‘feel good factor’. Le Premier ministre a pris les bonnes décisions. Il sait très bien que l’avenir sera meilleur.»

Effectivement, dans le camp de l’opposition, Reza Uteem, leader adjoint du MMM, a lors de son intervention sur le budget, le 20 juin, s’est montré trës critique sur plusieurs mesures. «La mesure la plus dangereuse, c’est la vente de la citoyenneté mauricienne aux étrangers. C’est un acte anti-patriotique», a-t-il soutenu avant d’ajouter: «Nous ne voulons pas non plus devenir étrangers dans notre propre pays.»

« La vision de SAJ…»

Pour sa part, le député du PMSD Adrien Duval a salué « la vision de SAJ dans les années 80 », lorsque ce dernier avait pris des mesures pour permettre à plusieurs investisseurs de venir à Maurice. « Il avait eu raison de le faire, et cela avait marché », devait aussi poursuivre ce dernier.

En revanche, le député bleu a critiqué la vente de la nationalité aux étrangers. Ce dernier a, longuement discouru sur ce sujet. « La question de nationalité est un privilège et ne peut être mis en vente », a expliqué Adrien Duval. Il a expliqué attendre les conditions associées à cette mesure.

Revenant sur les lignes directrices du budget, Adrien Duval a souligné que « les intentions sont bonnes, mais ne pourront pas être implémentées ».

Quant à Franco Quirin, député du MMM qui est intervenu lors des débats budgétaires, jeudi 21 juin, il a réitéré : «Le Sport mauricien est sous perfusion depuis des années. Notre sport est malade. Ce budget ne répond pas aux attentes des mouvements sportifs»

A à peine une année de l’échéance de l’organisation des Jeux des Iles de l’océan Indien (JIOI), le député de la circonscription No 20 (Beau-Bassin/Petite Rivière) commente les dotations budgétaires prévues pour les Sports.

«Il y a l’absence de vision du ministre de la Jeunesse et des Sports. On ne propose rien pour promouvoir les sports. Du coup, le secteur sportif mauricien reste sur sa faim. Année après année, les Sports ne s’améliorent pas. Pour preuve, on n’a qu’à voir de ce qui se passe au sein de deux fédérations sportives : celle du football et celle du judo», s’est insurgé Franco Quirin. A son avis, le football est devenu «un trou sans fond.»

A suivre…