Actu de l'ile Maurice
Actualités

Débats budgétaires – Nando Bodha : «Certains n’ont trouvé bon qu’à brûler le rapport du JTC sur le Sucre»

Débats budgétaires – Nando Bodha : «Certains n’ont trouvé bon qu’à brûler le rapport du JTC sur le Sucre»

Débats budgétaires – Nando Bodha : «Certains n’ont trouvé bon qu’à brûler le rapport du JTC sur le Sucre»

Lors de son intervention sur le Budget 2018-2019, au Parlement, ce samedi 23 juin, le ministre des Infrastructures publiques et du Transport intérieur, Nando Bodha qui a déjà occupé le porte-feuille de l’Agriculture, a abordé le secteur sucre et la réforme mise en œuvre.

Soulignant que le 1er VRS était financé par l’industrie sucrière, il a poursuivi que le 2e VRS l’avait été par les mesures d’accompagnement de l’ordre de Rs 2 milliards, lesquels avaient été négociées par le Premier ministre et lui-même auprès de l’Union Européenne, sous la férule du commissaire Lamy. «Ainsi, Maurice était le seul pays à bénéficier Rs 8 milliards à la fin de 2006. Cet argent est allé aux Finances sous Rama Sithanen et Xavier-Luc Duval, par la suite. De ce fait, à un certain moment, on faisait mention de ‘tablissman ti-planter’. Qu’est-ce qu’on a fait. 2/3 de cette sont allés au ‘corporate sector’. Certains travaux d’épierrage ont été entrepris», a expliqué Nando Bodha.

Il a déploré qu’aujourd’hui «certains n’ont trouvé bon qu’à brûler le rapport du Joint Technical Committee sur le Sucre». Et de préciser : «De tout temps, nous étions tenus debout, d’autant plus qu’il y avait le Blue Print et les droits acquis.»

Rappelant que la fin des quotas sucre en juillet 2017, le ministre Bodha a souligné que le secteur sucrier est confronté à des enjeux.

Au début de son discours, Nando Bodha a soutenu que le Premier ministre et ministre des Finances a compris deux choses, la conjoncture internationale actuelle et le positionnement des Etats-Unis et de l’Union Européenne.

Il a soutenu que les avantages qu’a bénéficié Maurice sous l’African Growth and Opportunity Act (AGOA), ont contribué à faire du secteur industriel un des pilliers économiques pays, cela avec en filigrane la volatilité des prix des produits pétroliers.

Abordant les fondamentaux macroéconomiques à Maurice, le ministre des Infrastructures publiques s’est demandé quels sont les enjeux et les autres facteurs qui favorisent des pièges aux revenus intermédiaires. «Savons-nous le nombre d’emplois qui existent dans le secteur de la construction actuellement ? Il nous faut aller vers le multi-skills», a maintenu Nando Bodha.

Dans ce contexte, le ministre des Infrastructures publiques et du Transport intérieur a accentué sur les mesures phares, mises en application par le pays : 9 Year Schooling – un plan qui touche 250 000 familles – ; minimum wage, décolonisation en 2005, entre autres. «Il faut dire qu’il n’y a pas beaucoup de pays qui ont pu mettre en place le minimum wage au profit des salariés. Cela constitue une réalisation historique», a soutenu Nando Bodha.

Abordant le problème de drogue à Maurice,  il a fait état de l’existence d’un cartel qui mène le combat contre les systèmes démocratiques du pays. «Il est impérieux de voir les méthodes mises en oeuvre par le Premier ministre et le ministre Mentor, s’attaquent à ce fléau, cela avec en toile de fond la rapport de la Commission d’enquête sur la Drogue, le nombre de saisies de cargaisons de drogue.»,  a fait ressortir Nando Bodha. Cela avant d’ajouter : «Nous aussi, il nous faut nous attaquer à ce problème et mener le combat contre le marché. Mais, il y a une chose qui doit être faite : les forces vives, les forces citoyennes… ont à jouer un rôle prépondérant.»