Actu de l'ile Maurice
Politique

[2è partie] Revue politique : l’octroi de passeports aux étrangers, walk-out de l’opposition…

[2è partie] Revue politique : l’octroi de passeports aux étrangers, walk-out de l’opposition

 «318 passeports avaient été accordés aux étrangers sous le règne de Navin Ramgoolam. Je m’attendais à une Private Notice Question (PNQ) sur cette question, mais en vain» 

C’est en ces termes que le Premier ministre Pravind Jugnauth a donné la réplique aux détracteurs sur l’octroi de la nationalité mauricienne et les passeports aux étrangers, la mesure du Budget 2018-2019 qui a suscité plus de critiques parmi l’opposition parlementaire et extra-parlementaire, lors de son Summing-Up sur les débats budgétaires. Ainsi, le PM Pravind Jugnauth a rappelé que l’octroi de la nationalité mauricienne et du passeport a toujours été une pratique courante. Le Premier ministre a laissé entendre que plus il creuse sur ce dossier, il découvrira des choses…

«Je suis en train d’introduire un système qui est plus transparent par rapport à la nationalité mauricienne et le passeport», a soutenu Pravind Jugnauth.

Le Premier ministre a aussi souligné qu’à travers cette mesure, il est en train de générer des fonds en terme de réserves pour l’économie de Maurice. Peu avant la fin des examens au Committee of Supply, l’ensemble de l’opposition parlementaire a effectué un walk-out dans l’après-midi de mercredi dernier. Intervenant lors d’une conférence de presse à son bureau, cet après-midi, le Chief Whip du gouvernement, Bobby Hurreeram a dénoncé le walk-out de l’opposition en pleine séance du Committee of Supply.

«Honteux, inacceptable…»

«C’est honteux, inacceptable et déplorable qu’en 2018, des élus de l’opposition viennent créer du désordre. C’est un complot organisé contre l’esprit parlementaire westminstérien. C’est un complot pour déstabiliser le Parlement», s’est insurgé Bobby Hurreeram, encadré des députés Joe Lesjongard et Zouberr Joomaye.

Le Whip de la majorité gouvernementale a dit constater que tout au long des débats budgétaires, il y avait «une attitude qui n’était pas correcte du tout.» «Les examens des dépenses en Committee of Supply est un exercice important dans la vie du Parlement, surtout dans la prise des décisions pour la vie du pays. Nous nous attendions à ce qu’ils apportent leur contribution pour l’avancement du pays», a-t-il soutenu.

Le Whip de la majorité a fustigé le comportement du député Rajesh Bhagwan au Parlement. «C’est le comportement d’un frustré, d’un mal élevé qui est est toléré par son leader», s’est-il insurgé.

Pour ce qui est du Deputy Prime Minister, Ivan Collendavelloo, était à Bambous, dimanche 24 juin, le bruit court qu’il lorgnerait la circonscription no 14 (Savanne/Rivière Noire). Au fait, le leader du Muvman Liberater était invité à une cérémonie organisée par la  Bambous Handicap Association.

Le secrétaire général du Voice Of Hindu (VOH), Navin Unnoop y était également présent. Les deux hommes se sont adressés à l’assistance. Ivan Collendavelloo a centré son intervention sur les mesures budgétaires, dont le tarif de l’eau.

Industrie sucrière : l’urgence de la situation

Nombreux sont ceux, dont Navin Unnoop, qui se posaient des questions sur la présence du leader du ML à cette fonction au no 14. Ils se sont interrogées si ce n’était pas une stratégie d’Ivan Collendavelloo pour conquérir cette bastion, si chère à Alan Ganoo.

Toutefois dans les milieux proches du leader du ML, on laissait entendre qu’Ivan Collendavelloo ne pouvait décliner cette invitation, d’autant plus que «cela concerne les handicapés, qui lui tiennent à cœur ».

Jeudi dernier, Pravind Jugnauth a rencontré les représentants des associations des petits planteurs, Small Planters’ Association, Planters’ Reform Association, entre autres, dans le sillage du rapport du Joint Technical Committee (JTC) sur le Sucre qui a suscité une grande polémique.

« La situation est urgente », a concédé le Premier ministre, à la presse, à sa sortie de la réunion. « Je souhaite qu’on arrivera à un dénouement positif où tout le monde sort gagnant », a-t-il souligné. Il a soutenu qu’il reste beaucoup de travail à accomplir.

« Le coût de production est fort alors que les revenus engendrés par les planteurs sont faibles,» souligne Pravind Jugnauth. Celui-ci estime que cette rencontre s’est avérée vitale.

Les petits planteurs ont jusqu’au 10 juillet pour soumettre leurs contre-propositions.