Actu de l'ile Maurice
Actualités

Taux de chômage: les chiffres ne reflètent pas la réalité, disent les syndicalistes

Taux_de_chômage_les_chiffres_ne_reflètent_pas_la_réalité_disent_les_syndicalistes
Taux de chômage

Taux de chômage: les chiffres ne reflètent pas la réalité, disent les syndicalistes

Le taux de chômage pour 2017 s’élève à 7,1 %, pour le quatrième trimestre de 2017 contre 7,3 % en 2016. La plus forte concentration de chômeurs se situe toujours chez les moins de 25 ans, soit 16 700 jeunes. Selon le Premier ministre et ministre des Finances, Pravind Jugnauth, c’est un niveau que nous n’avons pas atteint depuis très longtemps et que c’est un très bon signe pour l’économie. Les syndicalistes, que nous avons interrogés, ne sont cependant pas du même avis. Ils s’accordent à dire que les chiffres ne reflètent pas la réalité.

Rashid Imrith président de la GGSU

Le président de la Government General Services Union (GGSU), Rashid Imrith explique que plusieurs facteurs contribuent à cette baisse du taux de chômage, comme le YEP (Youth Employment Programme). Il souligne que plusieurs jeunes sont recrutés mais ne sont pas employés et ne sont donc pas considérés comme chômeurs. D’autant plus que la plupart d’entre eux, n’exercent pas dans leurs filières respectives. Ils sont recrutés pour faire des travaux qui n’ont aucun lien avec leur domaine d’étude, explique-t-il. «Ena boku ki under-employed. Ena sertin osi kip e bat baté. » Les chiffres, souligne le syndicaliste, ne reflètent pas la réalité.

Reaz Chuttoo de la CTSP

Le porte-parole de la Confédération des travailleurs du secteur privé ( CTSP), Reaz Chutoo, dit ne pas faire confiance aux chiffres révélés par Statistics Mauritius. « si enn dimun travay pou zis Rs 1000 par mwa ou si li travay zis pou 1heure tan par zur, li pa konsidere kuma enn somer. » Au passage, il est d’avis qu’il y a une dégradation qualitative de l’emploi. « ou gayn travay lor enn duré determiné. Dan sertin sekter kuma konstriksyon travayer pe gayn travay mensuellement
tandis ki travayer etranzer gayn kontra lor 2 ans ». Le syndicaliste est d’avis que le bureau des statistiques doit mener une étude sociale sur la qualité de l’emploi. Afin de déterminer le nombre exact de chômeurs.

Deepak Benydin, Federation of Parastatal Bodies & Other Unions

Le syndicaliste Deepak Benydin partage le même avis. Le président de la Federation of Parastatal Bodies and Other Unions considère qu’il y a un « skills mismatch ». « Nu pe koz enn baisse du taux de chômage mais nu bizin pran an konsiderasyon ki ena boku ki lor YEP. Zot lor enn training zot pa bann anploye, zot pa pei NSF, NPF.» Le syndicaliste estime que les jeunes diplômés devraient avoir plus d’opportunités de mettre en pratique ce qu’ils ont appris, au cours de leur formation.

Radakrishna Sadien, GSEA

Radakrishna Sadien, président de la Government Services Employees Association (GSEA) affirme, pour sa part, que si le taux de chômage était vraiment en baisse, il n’y aurait pas eu autant de postulants dans différents secteurs. « Ena 7 000 à 8 000 kandida pou 300 post dan fonksyon piblik. » Il est aussi d’avis que ce sont les programmes tels que le Youth Employment Programme et le Services To Mauritius qui contribuent à une baisse du taux de chômage. Cependant, le syndicaliste n’est pas convaincu des chiffres avancés par Statistics Mauritius.