Actu de l'ile Maurice
Faits Divers

Hold-up avorté chez un bookmaker : Un chauffeur de taxi kidnappé

Hold-up_ avorté_ chez_ un_ bookmaker_ :_ Un_ chauffeur_ de_ taxi_ kidnappé
Hold-up avorté chez un bookmaker : Un chauffeur de taxi kidnappé

Hold-up avorté chez un bookmaker : Un chauffeur de taxi kidnappé

Si l’un des pneus de sa voiture n’avait pas crevé, Parwez, un chauffeur de taxi ne serait sans doute pas en vie à l’heure qu’il est. Les individus qui l’avaient kidnappé ont été contraints d’abandonner sa voiture avant de le ligoter sur la banquette arrière. Les faits se sont produits dans la nuit de vendredi.

Les malfrats avait prévu de commettre un hold-up au domicile d’un bookmaker. Ils auraient utilisé le taxi de Parwez pour commettre leur forfait mais les choses ne sont pas passées comme ils le voulaient.taxi

Pour mieux comprendre l’histoire il faut remonter à quelques heures plus tôt. Parwez a été accosté par un individu à la gare Victoria à Port-Louis en fin de soirée. L’homme lui a demandé de le déposer à Terre-Rouge. Si Parwez se doutait vraiment ce que l’homme avait derrière la tête, il ne serait jamais rendu sur place.

En arrivant à Terre-Rouge, trois autres individus sont montés à bord de son taxi. L’un d’eux, sans crier gare, a mis un couteau sous sa gorge. Les bandits l’ont tiré hors de son taxi et l’ont roué de coups avant de le ligoter. « Zot finn atass mo dé lamé ek mo dé lipié apre zot finn kouver mo la tete avek enn t-shirt. Lerla zot finn fer mwa asiz par deriere ».

Selon Parwez, ses agresseurs voulaient commettre un hold-up au domicile d’un bookmaker mais leur plan est tombé à l’eau. Qui est ce bookmaker ? Parwez l’ignore. Il se souvient qu’ils ont roulé pendant un long moment avant qu’un des pneus de sa voiture n’éclate. « Sa dimun ki ti lor volan la ti pe roule brite »

Quelques instants plus tard, dit-il dans sa déposition, la voiture s’est arrêtée et il a entendu les malfrats descendre de son taxi. En réalisant que ceux-ci l’avaient abandonné, livré à son triste sort, Parwez est parvenu tant bien que mal à sortir de sa voiture.

C’est un bon samaritain, un habitant de Bambous qui lui est venu en aide. C’est là que Parwez a réalisé qu’il se trouvait à Bambous. Il a noté que ses agresseurs avaient emporté son téléphone portable et une somme de Rs 3 500.

Le poste de police de la localité a été alerté. Parwez a été conduit à l’hôpital Jeetoo par ses proches qui ont été informés de son agression.