inside news :
Edito

[Édito] Aaaah… sacré vilain petit canard !

Seule au monde…

[Édito] Aaaah… sacré vilain petit canard !

Rassurez-vous, on ne parle pas là du célèbre conte pour enfants écrit par Hans Andersen. Mais plutôt d’un « manipulateur » qui a bien réussi son coup, loin de l’ambiance feutrée des bureaux rénovés…

Il voulait à tout prix jouer ce rôle important dans le premier cercle de ce soi-disant contre-pouvoir où tout est verrouillé et l’information excessivement contrôlée. L’ethos paranoïaque est la règle comme l’incarne si bien son « vieux » leader. Et pour en arriver là, il n’a pas hésité à faire vivre une énième, non-souhaitable, phase de crise à son parti adoré.

D’ailleurs, tous les apparatchicks de son parti ont décrypté ses agissements, sans qu’un seul n’ait osé élever la voix… par peur de représailles. Et eux, ont la même paranoïa, mais sont forcés à avoir le pouvoir en moins.

Et ce fameux « manipulateur » retourne, très vite, son paletot comme il change d’ambition… en passant pour un agent à la solde des ennemis du parti ou comme un héros rifain animé de nobles intentions dans l’intérêt du premier cercle du pouvoir.

Et que dire de son coup de poker, en utilisant sa fameuse carte « communaliste » pour écarter les fidèles lieutenants du leader indéboulonnable. Et la situation devient de plus en plus malsaine au plus grand bonheur des déserteurs. Ceux-là même qui veillent au grain, à la moindre fissure pour « pran nissa » du pauvre moustachu.

Avec un peu d’huile pour graisser la machinerie, temporairement, ce parti comprendra un jour qu’il a été victime d’un sacré vilain petit canard à la rancune tenace !