Actu de l'ile Maurice
Actualités

Cargo Handling Corporation – Pravind Jugnauth : «L’institution peut revoir sa politique d'embauche concernant les vigiles»

Cargo Handling Corporation - Pravind Jugnauth : «L’institution peut revoir sa politique d'embauche concernant les vigiles»
Au Parlement aujourd’hui, la question de la députée Aurore Perraud, concernant les 50 agents de sécurité de la Cargo Handling Corporation Ltd (CHCL), dont leurs contrats ont pris fin et n’ont pas été renouvelés de manière permanente, a été entendue par le Premier ministre.

Cargo Handling Corporation – Pravind Jugnauth : «L’institution peut revoir sa politique d’embauche concernant les vigiles»

Au Parlement aujourd’hui, la question de la députée Aurore Perraud, concernant les 50 agents de sécurité de la Cargo Handling Corporation Ltd (CHCL), dont leurs contrats ont pris fin et n’ont pas été renouvelés de manière permanente, a été entendue par le Premier ministre Pravind Jugnauth. Celui-ci a affirmé que les services de ces agents de sécurité étaient retenus par une firme de sécurité privée, mais suite à des cas de vols dans des conteneurs au Mauritius Container Terminal, le Conseil d’administration de la CHCL, a décidé de résilier le contrat des 50 employés recrutés en 2016.
Cependant en 2017, 48 d’entre eux ont été réembauchés sur une base mensuelle, mais la compagnie se réserve le droit de recruter ses propres vigiles. Le Premier ministre a soutenu qu’en prenant appui sur l’Employment Rights Act, il ne peut pas s’immiscer dans la politique de la CHCL, mais que la compagnie pourrait revoir sa politique et conditions de travail pour assurer l’emploi de manière permanente de ces employés.
En vertu de l’article 5(3) de l’Employment Rights Act, les agents de sécurité, qui ont été employés sur une base mensuelle pendant plus de 24 mois dans un poste qui est de nature permanente, sont considérés comme étant employés pour une durée indéterminée, a-t-il indiqué D’autant plus que la CHCL peut envisager de revoir sa politique sur les conditions de travail des agents de sécurité concernés si elle le souhaite.