Actu de l'ile Maurice
Actualités

Education : étudiants en post-graduate, des parents demandent des exemptions à l’impôt

Education : étudiants en post-graduate, des parents demandent des exemptions à l’impôt

Un groupe de parents, sous la férule de Rajeshnarain Gutteea, ayant des enfants qui sont des étudiants en post-graduate et célibataires dit éprouver des difficultés à l’impôt. Dans une correspondance en date du 25 juin 2018, le travailleur social, Rajesnarain Gutteea a écrit au Premier minister et ministre de Finances, Pravind Jugnauth pour formulér une demande d’exemption.

Selon Rajeshnarain Gutteea, « les parents se retrouvent  dans l’incapacité de financer davantage les études de leurs enfants et de rembourser les prêts ».

Ainsi, Rajesnarain Gutteaa avance que des solutions doivent être trouvées par le gouvernement pour remédier  à cette situation. Il est d’avis que: « Le gouvernement doit encourager les parents, dont les enfants poursuivent leurs études pour l’obtention d’un diplôme universitaire. Il soutient que ces parents doivent être exemptés à l’impôt.»

Par conséquent, le travailleur social a fait ressortir que ceux ayant terminé leurs études à l’étranger, ne souhaitent pas revenir au pays. Selon lui, de nombreux étudiants mauriciens, terminant leurs études, préfèrent y rester pour travailler en vue d’aider leurs parents à rembourser leurs prêts et aider leurs parents financièrement. S’ajoute à cela la brain-drain situation.

Dans ce contexte, Radhakrishna Sadien, président de la Government Services Employees Association (GSEA) dans une déclaration à Inside News, la semaine dernière, a  soutien que les qualifications additionnelles sont essentielles de nos jours. « Le souhait de faire de Maurice un knowledge hub a été évoqué à plusieurs reprises par le gouvernement», a-t-il affirmé.

Dans cette perspective, il a maintenu que pour encourager cela, il faut que les ministères concernés y remédient  à la situation. « Plusieurs facteurs y contribuent, dont l’exemption des taxes, l’élaboration de programmes de formation au sein des entreprises, encourager les programmes, tels que YEP et autres », a  argué Radhakrishna Sadien.