Actu de l'ile Maurice
Actualités

Trafficking in Persons Report 2018 : Signe d’encouragement pour Maurice

Trafficking in Persons Report 2018 : Signe d’encouragement pour Maurice

Le Human Trafficking Report 2018, du département d’État américain établit un classement des pays en ce qui concerne le trafic humain. Dans ledit rapport, on constate que depuis trois ans, Maurice est classé dans la catégorie Tier 2.

Cependant, le rapport note également que l’Etat mauricien a réalisé des progrès. Le « Combatting of Trafficking in Persons Act 2009 » souligne que ceux trouvés coupables de trafic sexuel ou travail forcé des adultes ou enfants, encourent une peine d’emprisonnement de 15 ans ou une amende. Cette loi interdit le recrutement de travailleurs en utilisant des moyens frauduleux. Et pour la protection des enfants, il y a le Child Protection Act de 2005 qui a été amendé. Selon cette loi, celui trouvé coupable de traffic sexuel impliquant un enfant peut se voir emprisonné pour une durée de 15 ans.

Le rapport souligne que ces pénalités sont suffisamment rigoureuses en ce qui concerne le traffic sexuelle. En 2017, l’État a initié quatre enquêtes et a entamé des poursuite contre six individus pour traffic sexuel des mineurs. En 2016, trois cas similaires ont été enregistrés et l’État a poursuivi 26 personnes.

Le rapport fait aussi état qu’un individu trouvé coupable de traffic sexuel d’un mineu  risquait, sous l’anti-trafficking bill, infligé en 2016, une peine d’emprisonnement de 3 ans.

Afin de combattre le traffic d’humain, la force policière a mis sur pied un « TIP desk » où deux officiers en permanence sont assignés. La Mauritius Police Training School a formé 91 sub-inspectors et caporals, 130 trainee constables et 221 nouveaux recrus pour mieux comprendre et gérer le combat contre le traffic d’humain.

On note aussi dans le rapport, que les officiers du Passport and Immigration Authorities (PIO) font des descentes surprises dans les dortoirs des travailleurs étrangers afin de s’assurer qu’ils ont un minimum de confort. Le PIO a découvert huit « labor trafficking » victimes.  Le Trafficking in Persons Report souligne que les travailleurs étrangers sont libres après les heures de travail et ils sont accommodés dans un dortoir décent.

La Child Development Unit (CDU), en partenariat avec un NGO, a fait plusieurs campagnes de sensibilisation sur l’exploitation et traffic sexuel auprès de 1 650 jeunes dans 96 écoles. La Police’s Family Protection Unit et également la Minors Brigade ont fait plus de 110 campagnes de sensibilisation auprès quelques 31 540 personnes. La force policière, quant à elle, a pu attirer l’attention de 182 320 sur le traffic humain. Alors que le ministère du Tourisme distribue des brochures pour mettre en garde des touristes. Et le gouvernement a aussi mis trois hotlines à la disposition de la population pour dénoncer tout cas de traffic humain.